De la bibliographie – qu’elle n’est pas un catalogage

Qu’est-ce qu’une bibliographie ? L’inventaire raisonné, analytique et parfois critique, des documents de toute nature susceptibles d’éclairer par leur contenu un objet donné. Dans certains cas ces documents sont ceux qui ont été explicitement utilisés par un auteur – ainsi des bibliographies fournies en fin de monographie ou d’article, qui permettent à celui qui les parcourt de savoir quel matériel a été employé pour la rédaction de la publication dont il prend connaissance. Dans d’autres, il s’agit d’une liste produite non par un chercheur, mais par un bibliographe de métier, qui va utiliser ses propres connaissances scientifiques et techniques pour l’élaborer en fonction du domaine concerné. C’est le cas pour les bibliographies thématiques à parution régulière ou continue – la bibliographie devenant ainsi un genre scientifique à part entière, susceptible à son tour d’une publication.

On voit que du fait d’une telle définition, la bibliographie se caractérise par plusieurs traits singuliers :

– elle suppose de la part de celui qui l’élabore une connaissance au moins synthétique du contenu des publications recensées ;

– elle suppose également de ce fait une connaissance du domaine auquel appartiennent les dites publications ;

– synthèse des précédents, sa pertinence s’évalue ainsi par l’adéquation entre les contenus des publications et le contenu du domaine, le bon bibliographe étant capable de faire coïncider les deux aussi bien en quantité (il a pu recenser pratiquement tout ce qui est pertinent) qu’en qualité (il n’a rien conservé qui ne soit pertinent).

Pour que soit mise en valeur de telles bibliographies scientifiques – et donc, pour que leur usage soit lui aussi aisé et pertinent – il convient qu’elles bénéficient d’une exposition adéquate à leur nature. L’auteur en quête de bibliographie sur son sujet d’étude doit pouvoir disposer d’instruments de référence facilement disponibles, fiables, et d’un maniement simple ; il doit surtout avoir l’assurance que les données mises à sa disposition sont bien celles qui le concernent. Une bibliographie suppose une spécialisation ; si l’auteur doit lui-même faire un travail préalable de bibliographe pour identifier et signaler au sein de la masse ce qui le concerne réellement, l’outil bibliographique ne remplit pas son but.

C’est pourquoi il faut se méfier d’une tendance actuelle des grands instruments numériques (portails scientifiques, bases de données documentaires) qui, dans un souci louable de fournir une grande quantité de données en un seul clic, fusionnent des objets digitaux qui n’avaient pas vocation à se trouver mêlés, noyant ainsi parfois l’information au lieu de la servir.

J’ai eu la chance récemment d’assister à plusieurs présentations détaillées du portail PSL Explore – ambitieux projet d’humanités numériques ayant vocation à rassembler en un seul lieu l’accès à toutes les ressources disponibles dans le toujours plus large périmètre de l’université Paris Sciences et Lettres.

Ce portail, par un ingénieux système de masque d’interrogation intégré – sous forme d’un bandeau de couleur claire visible en haut de chaque page – donne un accès immédiat aux notices décrivant aussi bien les documents disponibles dans les bibliothèques des établissements réunis par PSL, que les ressources numériques acquises par PSL – notamment un très grand nombre de bouquets numériques de revues et monographies (Cairn, JSTOR, Persée, etc).

Se constitue ainsi une sorte d’hyper-catalogue, et la mise à disposition est proprement vertigineuse en terme de quantité. Je parle ici d’hyper-catalogue car il s’agit bien d’un travail de catalogage, d’une part du fait de la nature des données compilées – principalement des notices de type ISBD, qui signalent prioritairement la présence d’un document en tel ou tel lieu, qu’il soit physique ou dématérialisé -, d’autre part du fait de leur présentation générale sous forme de liste non hiérarchisée. Ainsi, si je tape le terme « épicurisme » dans le bandeau de recherche, PSL Explore me propose immédiatement 141 documents de diverses natures, que je peux ensuite trier suivant leur support (numérique/imprimé), leur établissement d’origine et donc leur localisation s’il s’agit d’ouvrages des bibliothèques des dits établissements, leur type, leur date, leur langue, leur sujet identifié par mot-clef et même leur base de donnée d’origine.

J’ai donc en apparence à ma disposition un début de bibliographie. Un début seulement, car comme tout bon catalogue, PSL Explore s’arrête là où une bibliographie scientifique commence :

– il ne fournit que des renseignements extrêmement succincts sur ce qui est la base d’une bibliographie, à savoir le contenu des publications. Je sais que je me trouve face à des ressources qui sont reliées à « épicurisme » via des mots-clefs assez généraux. Le lien lui-même est aléatoire, car il dépend des usages de tel ou tel catalogue ou base de donnée. Ainsi, là où « Epicure » me donne accès à 325 notices, « Epicurus » m’en fournit 393. Je sais donc que pour trouver tout ce qui me concerne je vais devoir faire plusieurs recherches via différents termes, avant même de procéder à un tri plus spécifique de mes résultats.

– il ne propose aucune hiérarchisation des documents en terme de pertinence ; s’agit-il d’ouvrages de vulgarisation ou savants ? L’épicurisme est-il leur sujet central ou un thème annexe ? Le traitement du sujet est-il historique, littéraire, philosophique, sociologique ?

– du fait de l’impossibilité de savoir qui a produit les notices et dans quelle condition – je sais juste qu’elles émanent de tel ou tel établissement, sans plus – comment puis-je m’y fier ? Je constate que certains documents sont signalés plusieurs fois : quelle est la meilleure notice ?

Bref, nous avons bien affaire à un catalogue et non à un instrument bibliographique. Il me renseignera très aisément sur la localisation et la mise à disposition d’une ressource mais ne me dira pas grand-chose de son contenu – et ce sera à moi de contourner l’usage évident de cet outil si je veux pouvoir avec lui mener une véritable recherche bibliographique. De fait un chercheur qui établit une bibliographie doit pouvoir entrer dans le détail des sources. Il ne va pas travailler sur « l’épicurisme » en général, mais sur, par exemple, la canonique épicurienne. PSL Explore ne peut rien alors pour lui. Si je tape « canonique épicurienne » dans mon bandeau de recherche, je récupère seulement 39 notices (gageons qu’il y a en vérité beaucoup plus de documents qui abordent la question dans les 393 notices reliées à « Epicurus ») dont je remarque immédiatement que la troisième me renvoie à une recension de « L’Organon d’Aristote dans le monde arabe », ouvrage de 1937 sans doute fort respectable mais dont rien ne m’indique a priori qu’il est bien lié à ma requête et dont j’ignore pourquoi il se trouve dans ma liste.

capture d'écran1

Plus ennuyeux, en 16ème position, je constate la présence d’une recension d’un ouvrage de F. Wolff, « L’être, l’homme, le disciple » dont je sais effectivement que plusieurs chapitres portent sur l’épicurisme. Malheureusement il ne s’agit pas du tout de la canonique épicurienne, théorie systématique de la connaissance et du langage, mais de l’usage dans le compte-rendu du terme « canonique » employé comme adjectif pour désigner les textes d’un maître.

capture d'écran2

Je n’irai pas plus loin dans ma visite. J’ai suffisamment d’informations à ma disposition pour en conclure que PSL Explore est un instrument numérique puissant mais qu’il ne pourra pour le moment se substituer à des interfaces de recherche plus spécialisées. Les auteurs scientifiques disposent aujourd’hui d’une immense abondance de biens en terme de publications, et la constitution d’une bibliographie spécialisée, indispensable si l’on veut éviter la redite ou le piétinement, devient de plus en plus complexe ; la meilleure solution à leur offrir n’est pas de redoubler cette pléthore en les inondant de plus belle, mais de leur garantir un accès fiable à ce qu’ils cherchent – et uniquement ce qu’ils cherchent.


Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *