Sarmatas, Silvain et Théophile sont dans un codex (ou deux) : quand l’identification des textes sert la codicologie

Le Monastère Sainte-Catherine du Mont Sinaï recèle de nombreux trésors littéraires. S’y côtoient des manuscrits en grec, en latin, en syriaque, en arabe, en géorgien, en latin, en araméen christopalestinien, etc., et il arrive bien souvent que les palimpsestes contiennent des textes de langues différentes selon la couche d’écriture.

Il y a quelques années, Alain Desreumaux me confia les photographies qu’il avait prises là-bas d’un codex appartenant à la fameuse « redécouverte », en 1975, de la bibliothèque murée au XIXe siècle. Très endommagé par le feu et l’humidité, mais aussi par l’usure, le codex se présente aujourd’hui sous la forme de feuillets épars et d’un reste de volume, sous les cotes M58N, M59N, CPA Sp5 et CPA Sp14. Ces deux derniers fragments, fort abîmés, n’avaient pas été identifiés comme partie du codex, mais l’analyse paléographique et codicologique m’assura bien vite qu’il s’agissait de fragments séparés du même livre. L’identification des textes se chargea d’apporter la preuve finale. L’édition de ce codex est donc en cours et devrait aboutir prochainement. Mais l’identification des textes qu’il contient ne s’est pas faite linéairement, loin s’en faut, et la lecture des travaux de mes savants prédécesseurs m’a apporté récemment quelques heureuses surprises. J’espère leur rendre ici hommage par la présentation de ces trouvailles, qui améliorent modestement le résultat de leurs recherches.

Le codex que je publie n’a pas pu être photographié dans son ensemble car de nombreuses pages se sont trouvées collées sur leurs bords et ne peuvent actuellement être lues sans l’intervention d’une restauration complète, ou l’utilisation de techniques de lecture non invasives. Il s’agira donc d’une publication partielle, mais qui suffit à révéler l’importance et la qualité du manuscrit, et la nécessité qu’il y aura, tôt ou tard, à accéder aux pages encore cachées. Le livre contient une collection alphabétique d’Apophtegmata Patrum, classée selon l’ordre alphabétique araméen. Un total de 44 textes, souvent incomplets, ont pu être déchiffrés, mais cinq demeurent non identifiés. Les textes identifiés correspondent aux apophtegmes de 20 Pères différents.

dernière page du ms. contenant les apophtegmes de Sarmatas. © A. Desreumaux

Dernière page du ms. M59N contenant les apophtegmes de Sarmatas.
© A. Desreumaux (reprod. interdite)

Parmi ceux-ci, l’un en particulier a retenu mon attention, car les apophtegmes conservés sous son nom ont été d’une lecture ardue. Ceux-ci figurent en effet sur la dernière page du ms. M59N qui forme le reste du codex encore relié. Comme le montre la photographie ci-contre, l’état du manuscrit est particulièrement détérioré. Après avoir repéré que la page donnait les restes de deux apophtegmes, je finis par pouvoir lire le nom de Sarmatas (ܣܪܡܛܣ) plusieurs fois mais de manière fragmentaire. On connaît en grec six pièces sous le nom de Sarmatas. Il était donc aisé de reconnaître dans le second texte l’apophtegme Sarmatas 3. Mais le premier texte ne figurait pas dans cette liste. Il s’agit en fait d’un apophtegme transmis dans la collection anonyme (N202), mais qui est transmis sous le nom de Sarmatas… en syriaque ! Le témoin araméen présente d’ailleurs les mêmes variantes textuelles que la version syriaque.

Je ne fus pas peu surpris lorsque je découvris ensuite que Hugo Duensing avait fait la même découverte… en 19441. Il publiait plusieurs fragments palimpsestes qui précédaient d’autres fragments qu’il avait déjà publiés en 19062 et qui contenaient les restes d’apophtegmes de Silvain. Désormais, on avait aussi les trois derniers apophtegmes de Sarmatas, c’est-à-dire un de plus que dans le codex sinaïtique, puis, à la suite directe, ceux de Silvain. L’un de ces nouveaux fragments fut porté à la connaissance de Duensing par un catalogue de vente de manuscrits de la maison Hiersemann3.

Ms. Princeton, Garret MS 24, contenant les apophtegmes de Silvain (pl. III du catalogue de Hiersemann).

Ms. Princeton, Garret MS 24, contenant les apophtegmes de Silvain (pl. III du catalogue de Hiersemann).

Duensing donne le déchiffrement de la planche III du catalogue4, qui signale que d’autres feuillets sont écrits en araméen. Il semble que Duensing n’ait pas vu le manuscrit, aujourd’hui dans le fonds de l’université de Princeton (Garrett Ms. 24). La description qu’il donne de sa reconstitution des fragments est malheureusement si peu claire qu’elle aurait mérité un schéma ! Elle a induit en erreur Michael Sokoloff qui a reproduit l’édition de Duensing5 : non seulement Sokoloff intitule ces deux séries de textes respectivement « Life of Sarmatos (VSar) » (sic) et « Life of Silvanus (VSil) », alors qu’il s’agit d’une seule série d’apophtegmes et non de deux biographies, mais il a mal disposé les demi-colonnes éditées par Duensing.

Description de la reconstitution des fragments par Duensing (op. cit. 1944, p. 221)

Description de la reconstitution des fragments par Duensing (op. cit. 1944, p. 221)

Ainsi, la page VSil 2 est présentée comme un haut de feuillet alors qu’elle est la moitié basse du verso d’un feuillet dont la partie haute et le recto sont inédits ; et VSil 7 et VSil 8 sont le recto et le verso bas (et non haut) respectivement de VSil 5 et VSil 6, et ne sont pas des pages différentes. Une fois tous ces fragments replacés à leur juste place de manière claire, nous avons la succession des apophtegmes suivants : Sarmatas N202 – Sarmatas 3 – Sarmatas 4 – Silvain 1 – [Silvain 2 (sur le feuillet inédit)] – Silvain 3 – Silvain 4 – Silvain 5 – Silvain 6 – Silvain N217. Ce dernier apophtegme appartient à la série des anonymes, mais mentionne Silvain. D’ailleurs, dans la collection systématique, où il figure au chapitre X, il est placé parmi les apophtegmes de Silvain et non dans le groupe des anonymes.

Les fragments concernant les apophtegmes de Sarmatas sont fort peu fragmentaires et m’ont donc permis soit de vérifier que certaines restitutions étaient exactes, soit, pour les parties plus abîmées, de proposer une restitution qui comble au mieux les lacunes.

Un autre fragment publié par Duensing en 1906 figurait en fin de section des fragments des homélies d’Éphrem6. Son caractère homilétique avait donné à penser à Duensing qu’il pouvait s’agir là d’une homélie non identifiée d’Éphrem. Il n’en était rien et la réponse m’est venue du feuillet Sp5 que j’étudiais. Ce bifolio très endommagé donne sur un feuillet les restes d’un texte au recto et au haut du verso, toute la moitié inférieure étant vide de texte. L’autre moitié du bifolio, non directement consécutive dans le cahier, donne la fin d’un texte trop délabré pour être identifié, puis le titre d’une homélie attribuée à un certain Grégoire, sans qu’on sache, parmi les Pères, de quel Grégoire il s’agit. Le texte est lui aussi trop mutilé pour être déchiffré.

Détail du ms. Sinaï, Mon. Ste Catherine, CPA Sp5

Détail du ms. Sinaï, Mon. Ste Catherine, CPA Sp5. © A. Desreumaux (reprod. interdite)

La lecture du fragment d’homélie publié par Duensing (et reprise par M. Sokoloff7 sous l’appellation Homily 7) m’a permis de constater que plusieurs passages correspondaient au texte de Sp5 (photo ci-contre). Le texte de Duensing, bien que très fragmentaire lui aussi, donnait quatre pages de texte et fut donc beaucoup plus facile à identifier : il s’agit en réalité, non d’une homélie, mais de l’apophtegme Théophile, évêque d’Alexandrie 4. En comparant les deux versions, on constate encore que les deux témoins araméens partagent les mêmes variantes par rapport au texte grec. Que le texte ne fut pas identifié plus tôt, on le doit très probablement au fait que les pages furent publiées dans le désordre. Le bon ordre est en effet Homily 7 4-3-1-2.

Ceci étant fait, il ne me restait plus qu’à replacer ce bifolio à sa juste place dans le codex. Il faut se souvenir qu’en araméen christopalestinien, le Θ (thêta) grec se transcrit par un ܬ (taw), dernière lettre de l’alphabet araméen. Cet apophtegme se situait donc à la fin de la collection, après le reste de codex M59N. Le vaste blanc qui suit l’apophtegme s’explique donc certainement par le fait qu’on a atteint ici la fin de la collection. Pourtant, l’ouvrage n’est pas terminé, puisqu’on possède encore des fragments de textes homilétiques sur le second feuillet. Cela ne doit pas étonner, puisque les fragments publiés par Duensing contenaient eux-mêmes des homélies d’Éphrem. L’examen paléographique des fragments publiés par Duensing paraît aller dans le sens d’un manuscrit originel unique ayant contenu, entre autres, une collection alphabétique d’apophtegmes.

Si l’on résume, le codex du Sinaï, qui présente en deux endroits les mêmes variantes aux mêmes textes, semble bien être une copie du codex dont plusieurs fragments furent publiés par Duensing en 1906 puis en 1944, et il y a fort à parier que le codex du Sinaï ait contenu originellement les mêmes apophtegmes de Silvain. Ces deux codex ont peut-être encore contenu, entre Silvain et Théophile, d’autres apophtegmes, mais nous n’en avons plus aucune trace aujourd’hui. Retenons seulement que, hormis le cas de lectionnaires, ce serait la première fois que l’on possède, en araméen christopalestinien, une copie et son modèle.


  1. Hugo Duensing, « Neue christlich-palästinisch-aramäische Fragmente », Nachrichten der Akademie der Wissenschaft in Göttingen. Philologisch-historische Klasse 9 (1944), p. 215-227. []
  2. Hugo Duensing, Christlich-palästinisch-aramäische Texte und Fragmente nebst einer Abhandlung über den Wert der palästinischen Septuaginta, Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen, 1906. []
  3. Orientalische Manuskripte. Eine Sammlung hervorragender Stücke  aus dem 9.-19. Jahrhundert, par Karl W. Hiersemann, Leipzig, s.d. Le fragment fut acquis par Robert Garrett qui en fit don, à sa mort, à la bibliothèque de l’université de Princeton. Il est aujourd’hui répertorié sous le numéro « Garrett MS 24 » []
  4. Op. cit., p. 225. []
  5. Texts of Various Contents in Christian Palestinian Aramaic, par Michael Sokoloff, « Orientalia Lovaniensia Analecta » 235, Peeters, Leuven, 2014 (= TOVC). []
  6. Op. cit. p. 69-71. []
  7. TOVC p. 132-135 []

Laurent Capron

Docteur en études grecques (spécialité Papyrologie) Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme ancien ; Hagiographie

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/05/2016

    […] deux exemples, tous deux tirés du ms. Sinaï, M59N, qui contient une collection d’Apophtegmes des Pères. À la fin de l’apophtegme de Jean le Cénobite4, une ponctuation a été placée après […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *