La ponctuation dans les manuscrits en araméen christopalestinien : quelle importance ?

La question de la ponctuation dans les manuscrits en araméen christopalestinien1 n’a encore jamais été abordée dans une publication scientifique. La raison est certainement à chercher dans la rareté des témoins, d’une part, et dans la difficulté du déchiffrement d’autre part, puisque beaucoup de textes nous sont parvenus en écriture inférieure de palimpsestes et ont été déchiffrés à une époque où les techniques de lecture des encres inférieures étaient encore rudimentaires, pour ne pas dire barbares. Les éditeurs ont donc longtemps placé leurs efforts dans le déchiffrement des textes sans vraiment se soucier de rendre avec exactitude une ponctuation parfois à peine visible.

couvertureMais les choses changent lentement et il est encore aujourd’hui difficile d’avoir accès aux photographies de nombre de manuscrits pourtant édités depuis fort longtemps. Néanmoins, on trouve des photos de très bonne qualité, bien que toujours réduites et sans indication d’échelle, dans le catalogue de Sebastian Brock, Catalogue of Syriac Fragments in the Library of the Monastery of Saint Catherine, Mount Sinai, publié en 1995. Pour les autres cas, il faut se contenter d’une planche ici où là, qui ne permet pas de vérifier l’exactitude de l’ensemble des transcriptions effectuées, mais il faut bien admettre que les éditeurs récents sont encore trop négligents lorsqu’il s’agit de décrire avec précision l’appareil diacritique, qu’il s’agisse de la ponctuation ou de la mise en page. Les quelques éléments qui suivent sont donc limités aux manuscrits pour lesquels j’ai eu accès à un assez grand nombre de photographies, d’où j’ai pu tirer quelques conclusions.

J’ai choisi pour exemples deux manuscrits dont la ponctuation, indissociable de la mise en page, permet d’évaluer l’importance d’un relevé précis.

Ms. Sinaï, CPA Sp6 (détail) © Monastère Ste Catherine du Mont Sinaï

Ms. Sinaï, CPA Sp6 (détail)
© Monastère Ste Catherine du Mont Sinaï

Le premier est le ms. Sinaï, CPA Sp6 (8e-9e s.). Il contient les restes de l’Épître aux Galates et a été découpé pour servir de couverture. On ne peut donc pas analyser l’ensemble du manuscrit, mais ce qui nous reste permet de constater que, d’une manière générale, le scribe utilise avant tout trois points disposés en triangle comme marque de ponctuation. Dans quelques cas, on trouve quatre points en fin de verset, ou des motifs décoratifs jouant le rôle de space-fillers. Le point seul ou le double point, qui ne marquent que des césures brèves, demeurent rares. L’usage est aussi très constant, à peu d’exceptions près, de pratiquer un retrait en marge du premier mot de la phrase précédé de trois points en rouge, parfois quatre, pour indiquer le début d’un verset. Il s’agit donc ici d’une ponctuation peu complexe qui indique principalement les fins de phrases, les débuts de versets et, occasionnellement, les distinctions entre principales et subordonnées, ou entre les différentes parties d’une phrase.

S. Brock avait remarqué une similitude d’écriture entre ce manuscrit et le CPA Sp32. En réalité, une observation attentive de ces deux manuscrits permet d’affirmer que ces deux fragments appartenaient originellement au même manuscrit. Si la ponctuation finale par trois points en triangle est largement répandue en araméen christopalestinien, la caractéristique rare du retrait en marge précédé de points rouges ne laisse pas place au doute.

Comparaison des waw initiaux en Sp6 (à dr.) et en Sp3 (à g.)

Comparaison des waw initiaux en Sp6 (à g.) et en Sp3 (à dr.)

On pourrait encore ajouter ce détail qui a son importance : la façon de tracer le waw initial, en lui ajoutant à droite un appendice incurvé, est, à ma connaissance, unique. Or on la retrouve sur les deux manuscrits et dans les deux cas, le scribe a noté les points rouges à l’intérieur de la lettre – ce qui est bien visible sur la photo du Sp6 mais, malheureusement, moins net sur la photo de Sp3. Par ailleurs, la mise en page est en tout point identique dans les deux fragments. Enfin, CPA Sp3 contient les restes de l’Épître aux Philippiens, ce qui laisse supposer que nous étions en présence d’un codex ayant contenu au moins les Épîtres pauliniennes.

On regrettera aussi que ni l’éditeur du catalogue susmentionné, ni les éditeurs du texte à sa suite n’aient fourni de meilleure description du manuscrit qui le mérite pourtant3. Nulle mention n’est faite des phrases écrites en rouge et qui séparent le texte en différentes parties – certains de ces découpages attestent pourtant d’un antique découpage des chapitres à l’instar d’autres manuscrits néotestamentaires très anciens – ni des ornementations qui les précèdent, ni des ajouts interlinéaires ou marginaux signalés par des croix empattées. Ce manuscrit, par ces annotations, présente ainsi des caractéristiques communes avec le Codex Climaci Rescriptus II, en particulier pour le découpage du texte.

Si l’on s’en tient à la stricte ponctuation comme marque de découpage des phrases, on constate, à l’instar du manuscrit présenté ci-dessus, que la ponctuation est généralement simple : un même signe sert pour tous  les découpages, et un élément composé sert pour marquer la fin d’un paragraphe et le début d’un autre. Le reste est plus rare et souvent irrégulier. Est-ce à dire pour autant que les éditeurs ont bien fait de ne pas être plus attentifs, jusqu’alors, à la ponctuation ? À dire vrai, non. Celle-ci indique parfois un état de la division du texte que la tradition n’a pas toujours conservé.

Ms. Sinaï, M59N (détail) : fin de l'apophtegme de Jean le Cénobite © A. Desreumaux (reprod. interdite)

Ms. Sinaï, M59N (détail) : fin de l’apophtegme de Jean le Cénobite
© A. Desreumaux (reprod. interdite)

Prenons deux exemples, tous deux tirés du ms. Sinaï, M59N, qui contient une collection d’Apophtegmes des Pères. À la fin de l’apophtegme de Jean le Cénobite4, une ponctuation a été placée après ܝܘܚܢܝܣ (Yuḥanis = Jean), de sorte que l’on traduit : « Jean leur dit : “le pécheur n’a pas de temps pour cela” ». Mais dans la version grecque, on trouve la ponctuation avant Ἰωάννης, ce qui donne : « Il leur dit : “Jean le pécheur n’a pas de temps pour cela” ». Quelle tradition est la meilleure ? L’araméen se conforme ici aux autres traditions connues : le syriaque, l’arménien et le latin, toutes anciennes. Il y a donc fort à parier que les manuscrits grecs, plus tardifs, doivent être corrigés sur ce point.

Ms. Sinaï, M59N (détail) : les trois apophtegmes Marc 4, Marc 5 et Silvain Suppl. 1. © L. Capron (reprod. interdite)

Ms. Sinaï, M59N (détail) : les trois apophtegmes Marc 4, Marc 5 et Silvain Suppl. 1.
© L. Capron (reprod. interdite)

Sur une autre page, n’apparaît aucune marque de section, ce qui laisse supposer qu’elle ne contient qu’un seul et même apophtegme. Or elle en contient trois : Marc disciple de Silvain 4 et 55, et Silvain Supplément 16. L’association en un seul de plusieurs apophtegmes n’est pas une innovation dans le cas de Marc, puisque l’arménien associe 2, 4 et 5 en un seul texte. Mais ce qui surprend davantage, c’est l’association d’un apophtegme de Silvain, qui plus est, d’un texte rarissime que fort peu de manuscrits grecs ont conservé. Or, Marc 5 traite de la volonté de Silvain de quitter l’Égypte et de partir s’installer en Palestine ; Marc refuse de suivre son maître et meurt trois jours plus tard. Quant à Silvain Supplément 1, il raconte précisément l’installation de Silvain en Palestine. Les deux textes sont donc intimement liés par leur contenu et le supplément a probablement été jugé une conclusion adéquate à la série d’apophtegmes.

Ces trois exemples illustrent donc à quel point le relevé de la ponctuation est loin d’être superflu : non seulement il a permis d’identifier deux fragments d’un même manuscrit (Sp3 et Sp6) et d’y relever des indications liturgiques déjà présentes dans un manuscrit plus ancien, mais il montre aussi que les textes ont pu être interprétés différemment, probablement suite à une absence de ponctuation ou à l’inattention d’un scribe (M59N, Jean le Cénobite). Enfin, l’absence de ponctuation prouve que certains textes ont circulé sous une forme autre que la forme commune et permet de reconstituer une partie de la tradition de ces textes dans des contextes particuliers (M59N, Marc et Silvain). En fin de compte, disons-le clairement : la ponctuation fait partie intégrante de l’histoire du texte et du texte lui-même, et doit donc être relevée, voire commentée, avec la même attention que l’on porte aux mots.


 

  1. Cet article est issu de la communication que j’ai donnée en annexe à la présentation faite par Alain Desreumaux (CNRS-UMR Orient & Méditerranée) au sujet de la ponctuation dans les textes syriaques, lors du Cycle thématique de l’IRHT consacré à la ponctuation (12-13 mai 2016). Qu’il soit ici remercié de m’avoir proposé d’intervenir, ainsi que les organisateurs qui ont accepté cet écart de dernière minute dans le programme. []
  2. Il indique en effet « Script : Large CPA (very similar to that of CPA Sp 3) », et, en description de Sp3 : « Script : large CPA ». []
  3. Le texte de ces fragments a été édité dans A Corpus of Christian Palestinian Aramaic, vol. IIB : The Christian Palestinian Aramaic New Testament Version from the Early Period : Acts of the Apostles and Epistles, edited by Chr. Müller-Kessler and M. Sokoloff, Styx Publications, Groningen, 1998. Les deux fragments sont édités sous leurs textes respectifs, mais leur rapprochement n’est pas fait. On relève quelques erreurs de transcription. []
  4. Texte grec dans PG 65, col. 220. []
  5. Texte grec dans PG 65, col. 296. []
  6. Texte grec dans : Recherches sur la tradition grecque des Apophtegmata Patrum, 2e éd. avec des suppléments, par Jean-Claude Guy, s.j., « Subsidia Hagiographica » 36, Société des Bollandistes, Bruxelles, 1984, p. 47. []

Laurent Capron

Docteur en études grecques (spécialité Papyrologie) Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme ancien ; Hagiographie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *