C’est assez d’un seul lambda :

quelques notes sur une leçon étrange dans la Catéchèse 14 de Cyrille de Jérusalem (suite et fin)

Relativement aux bizarreries philologiques dont L’édition Touttée gratifie parfois ses lecteurs, il n’est peut-être pas inutile de rappeler à quelle conclusion nous étions parvenus à propos des leçons de Michée 5, 1 données en Cat. 12, 20.21. Touttée suit ici son prédécesseur immédiat, Thomas Milles1, qui suit lui-même l’editio princeps de Jean Prévot2, lequel recopie un manuscrit tardif et fautif, l’Ottoboni 4463. Dans le cas de Michée 5, 1 la chose était relativement simple.

Il n’en va pas de même, nous allons le voir, pour Jonas 1, 12. Allons directement à l’editio princeps de Jean Prévot. Elle donne le texte comme suit :

Ἀλλ’ ἐκεῖνος μὲν, λέγει· ἄρατέ με εἰς τὴν θάλασσαν, καὶ κοπάσει ἡ θάλασσα ἀφ’ ὑμῶν4.

On ne s’étonnera pas outre mesure de l’omission de la séquence καὶ ἐμβάλ(λ)ετε, si l’on se rappelle que le manuscrit Ottoboni 446 recopié par Prévot est un apographe — tardif et fautif certes, mais un apographe tout de même — de l’Ottoboni 86, seul parmi les subarchétypes, on l’a vu, à comporter cette omission.

Voyons à présent ce qu’en a fait Milles. Sans grande surprise, ici encore, il édite rigoureusement le même texte que Prévot, ponctuation comprise. Mais il l’assortit d’une note critique rédigée comme suit :

καὶ ἐμβάλλετε εἰς τὴν θάλασσαν Roe, Casaub5.

Milles suit donc, comme souvent, la voix moyenne : il hésite à corriger le texte de son prédécesseur, mais il fait tout de même timidement œuvre de critique textuelle en signalant en note les variantes qu’il a pu connaître.

On comprend ainsi la démarche de Touttée, qui prétend amender le texte par addition et non par simple restitution. L’éditeur mauriste, dont le projet ecdotique se pose explicitement en révision et en dépassement de celui de Milles, part du texte établi par ce dernier et le confronte aux trouvailles qu’il a pu glaner dans la tradition manuscrite. Par ailleurs, au sein de celle-ci, il doit faire un sort particulier à l’Ottoboni 86, resté jusqu’à ce jour le plus ancien témoin connu de la tradition. Il s’agit donc moins d’éditer le texte jugé correct — avec sa séquence καὶ ἐμβάλ(λ)ετε — tout en signalant les variantes écartées — celles de Prévot, de Milles et de O en l’occurrence— que de corriger le texte de ces trois témoins importants en s’appuyant sur d’autres témoins, y compris, du reste, ceux que Milles a lui-même mentionnés tout en les écartant. Telle est donc, nous semble-t-il, la démarche qui explique le verbe « adjecimus » qui aurait pu sembler étrange au premier abord.

Mais le problème des deux lambda reste entier : pourquoi Touttée, qui a eu accès à une tradition manuscrite attestant massivement l’aoriste ἐμβάλετε, a-t-il conservé le présent ἐμβάλλετε suggéré par Milles dans sa note critique ?

Peut-être l’explication résiderait-elle dans un texte biblique présentant lui-même cette variante ἐμβάλλετε ? Arrêtons-nous un instant sur cette hypothèse. L’idéal, pour en vérifier la validité, serait de savoir quelle édition de la Septante a pu consulter Touttée pendant ses travaux d’édition à Saint-Germain-des-Prés. Malheureusement les catalogues susceptibles de donner de telles informations pour la période concernée sont épars, difficile d’accès et consacrés en priorité aux collections de manuscrits6. Au demeurant il n’est même pas certain que la compilation de ces sources nous livrerait l’identité de la Bible consultée in situ par le savant mauriste.

Frontispice de la Septante éditée par Roger Daniel (Londres 1653), une des édutions que nous avons consultées

Frontispice de la Septante éditée par Roger Daniel (Londres 1653)

À défaut de ce laborieux examen, il est en revanche possible de faire un sondage parmi les éditions de la Septante susceptibles d’avoir été en circulation à l’époque, c’est-à-dire parues en gros entre 1550 et 1700. Nous avons donc consulté quatre éditions parues, pour être précis, entre 1550 et 16537. Or chacune d’elles, en Jon 1, 12, porte la leçon ἐμβάλετε8.

 

Par conséquent, et sous réserve d’un improbable inventaire exhaustif qui nous donnerait accès à une leçon alternative du verset biblique, il nous faut revenir aux rapport entre les textes établis respectivement par Touttée et Milles. À propos de ce dernier, formulons la même hypothèse que pour Touttée précédemment : a-t-il pu avoir accès à une édition spécifique qui porterait la variante ἐμβάλλετε? La question n’est pas absurde, puisqu’une édition de la Septante est parue à Oxford peu après 1700. Mais, outre que le tome concerné est postérieur de plus de quinze ans à l’édition cyrillienne de Milles, cette Septante présente elle aussi la leçon ἐμβάλετε9. Ainsi donc, quand bien même Milles aurait été en contact avec cette édition avant qu’elle ne fût donnée au public — ce qui n’est a priori pas du tout invraisemblable —, il n’aurait pu y lire la variante de Jon 1, 12 qu’il signale en note.

Il n’y a donc, à notre connaissance, qu’une explication plausible à l’émergence de cette variante : une coquille d’impression. Cette erreur s’explique du reste assez bien : il s’agit d’une faute sur le grec, moins repérable sans doute que sur le latin, portant de surcroît sur une consonne double et située dans une note de bas de page. Il n’est donc pas invraisemblable qu’elle ait échappé à la correction d’épreuves.

La note critique de Milles a ensuite suscité l’intérêt de Touttée, qui y a vu à juste titre la source de ce qu’il considère tient pour une addition indispensable au texte de l’Anglais. On imagine assez bien ce qui a pu se passer après : Touttée apporte une amélioration notable au texte cyrillien en corrigeant ce que nous devons considérer, à la lumière de la tradition manuscrite, comme une omission ; mais ce faisant il introduit à son tour une erreur dans son texte ainsi amendé : une graphie fautive qui modifie malencontreusement le temps du verbe, contre les traditions directe et indirecte du texte biblique.

  1. ΤΟΥ ΕΝ ΑΓΙΟΙΣ ΠΑΤΡΟΣ ΗΜΩΝ ΚΥΡΙΛΛΟΥ ΙΕΡΟΣΟΛΥΜΩΝ ΑΡΧΙΕΠΙΣΚΟΠΟΥ ΤΑ ΣΩΖΟΜΕΝΑ = S. Patris nostri Cyrilli Hierosolymorum archiepiscopi opera quae supersunt omnia…, Oxford, Christ Church, 1703, p. 196 []
  2. ΤΟΥ ΕΝ ΑΓΙΟΙΣ ΠΑΤΡΟΣ ΗΜΩΝ ΚΥΡΙΛΛΟΥ ΙΕΡΟΣΟΛΥΜΩΝ ΑΡΧΙΕΠΙΣΚΟΠΟΥ ΚΑΤΗΧΗΣΕΙΣ = S. Patris nostri Cyrilli Hierosolymorum archiepiscopi catecheses…, Paris, Claude Morel, 1608, p. 342 []
  3. Voir notre article « Michée 5, 1 dans les Catéchèses prébaptismales de Cyrille de Jérusalem : recension « lucianiste », « hexaplaire » ou « testimoniale » ? », Adamantius 18 (2012), p. 297-306 []
  4. Éd. cit., p. 342 []
  5. P. 196, n. h. []
  6. Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris : églises, monastères, collèges, etc., t. 1, Paris 1872, p. 111 s. []
  7. Auxquelles il faut ajouter une cinquième édition, plus tardive, sur laquelle nous reviendrons peu après []
  8. Par ordre de parution, les éditions consultées sont les suivantes : 1. Bibliorum graecorum latinorumque pars tertia…, Bâle, Nikolaus Brilinger, 1550, p. 590 ; 2. Η ΠΑΛΑΙΑ ΔΙΑΘΗΚΗ ΚΑΤΑ ΤΟΥΣ ΕΒΔΟΜΗΚΟΝΤΑ ΔΙ ΑΥΘΕΝΤΙΑ ΧΙΣΤΟΥ Ε’. ΑΚΡΟΥ ΑΡΧΙΕΡΕΩΣ ΕΚΔΟΘΕΙΣΑ = Vetus Testamentum juxta Septuaginta ex auctoritate Sixti V. pont. max. editum, Rome, Francesco Zannetti, 1587, p. 575Ε ; 3. Biblia sacra, hebraice, graece, & latine…, [éd. François Vatable], [Genève], Pierre de Saint-André, 1587, t. 2, p. 606 ; 4. ῾Η ΠΑΛΑΙΑ ΔΙΑΘΗΚΗ ΚΑΤΑ ΤΟΥΣ ῾ΕΒΔΟΜΗΚΟΝΤΑ = Vetus Testamentum graecum ex versione Septuaginta interpretum, juxta exemplar Vaticanum Romae editum…, Londres, Roger Daniel, 1653, p. 1027, col. 1. []
  9. ΤΗΣ ΠΑΛΑΙΑΣ ΔΙΑΘΕΚΗΣ ΚΑΤΑ ΤΟΘΣ ΕΒΔΟΜΗΚΟΝΤΑ ΤΟΜ. Γ’. = Septuaginta interpretum tomus tertius, continens Veteris Testamenti libros propheticos…, [ed. Johann Ernst Grabe], Oxford, Sheldonian Theatre, 1720, cahier E, fol. [8r]. L’édition complète a commencé à paraître en 1707 []

Sébastien Grignon

Ingénieur de recherche à l'UMR 8230 • Docteur de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) • Spécialités de recherche : Œuvre de Cyrille de Jérusalem ; Catéchèse ancienne ; Christianisme palestinien ancien ; Réception et survie de l'origénisme

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *