Mission : Venise

Demandez à un étudiant de lettres classiques de vous définir le travail d’un philologue : il vous dira très vraisemblablement qu’il consiste à déchiffrer, corriger, éditer, traduire et commenter… des textes. C’est une définition correcte, habituelle, voire banale, et absolument non polémique. Elle est pourtant partiellement incomplète et inexacte.

On peut en effet distinguer deux unités méthodologiques concurrentes dans le travail du philologue ; ces deux unités sont le texte d’une part, le manuscrit de l’autre.

Un texte, réalité abstraite, est contenu la plupart du temps dans plusieurs manuscrits qui en offrent autant de versions. Un manuscrit quant à lui contient très souvent plusieurs textes. Suivant l’unité que l’on choisira, on ne fera pas le même travail : on éditera par exemple le De rerum natura de Lucrèce en collationnant plusieurs manuscrits que l’on confrontera, en remontant le temps, pour essayer de retrouver par inférence le texte le plus proche de l’hypothétique « archétype » ; ou bien on éditera un codex, c’est à dire un objet, en se souciant non pas de « corriger » son texte mais de comprendre sa logique interne et sa cohérence propre, notamment en identifiant éventuellement sa ou ses mains, ses possesseurs successifs, sa méthode de fabrication, son histoire.

Notre équipe d’information scientifique, partie initialement en ce mois de novembre à Venise pour examiner un texte (le « problème des bœufs » d’Archimède), a finalement occupé son séjour à la Marciana à étudier de façon serrée un codex, le Gr. XI, 1 (425), qui s’est avéré bien plus riche que ce que nous en attendions. Les perspectives ouvertes par son examen sont extrêmement intéressantes et nous sommes bien loin de les avoir épuisées en quatre jours de travail.

Nous ouvrons aujourd’hui une brève série de billets destinés à donner une idée de l’ensemble des investigations menées, qui va d’un travail sur l’histoire du manuscrit et de ses pérégrinations jusqu’aux premiers résultats concernant sa cohérence codicologique et littéraire (hypothèses sur le statut de l’anthologie qu’il contient notamment). Ce que nous voudrions avant tout dans les semaines qui viennent, c’est présenter non pas tant un résultat de recherche qu’une méthode de travail, en montrant l’extrême fluidité du passage entre les objets et les textes ; loin de s’opposer, les deux conceptions, abstraite ou archéologique, de la philologie, s’éclairent et s’enrichissent mutuellement.


Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *