Mgr Paul Canart : le détective de la Vaticane

Mgr Paul Canart

En cette fin d’été, le 14 septembre 2017, un entrefilet dans les journaux a profondément ému les philologues de tous pays : il annonçait le décès de Mgr Paul Canart, longtemps directeur du département des manuscrits de la Bibliothèque Vaticane, puis vice-préfet de cette même bibliothèque, probablement la plus riche du monde en manuscrits et documents grecs et latins. Dans cette institution qu’il a fréquentée pendant plus de quarante ans, et dont il a patiemment et brillamment organisé scientifiquement les collections, Mgr Paul Canart a incarné un idéal de rigueur et de talent.
En 1957, alors auteur d’une thèse consacré à Platon, il est appelé par Mgr Ruysschaert, conservateur de la Vaticane, afin de poursuivre ce qui apparaissait alors comme une gageure : le catalogue complet des manuscrits grecs de la bibliothèque. Pour avoir une idée de l’ampleur d’un tel travail, et de sa difficulté, qui lui vaut à juste titre dans L’Osservatore Romano le surnom de détective byzantiniste, on pourra, en plus de ses contributions à la monumentale édition des Codices Vaticani Graeci (pour les volumes correspondant aux mss 1684-1744 et 1745-1962) se pencher sur les ouvrages et articles qu’il écrivit à ce sujet – notamment son livre de 1979, Les Vaticani graeci 1487-1962. Notes et documents pour l’histoire d’un fonds de manuscrits de la Bibliothèque Vaticane .

Mais Paul Canart n’était pas seulement un codicologue de génie. Ses contributions en paléographie et histoire littéraire sont décisives. Il s’était ainsi attaqué depuis fort longtemps au dossier si complexe de l’Anthologie grecque, pour lequel il a proposé un certain nombre d’hypothèses ingénieuses qui ont considérablement fait progresser les connaissances à ce sujet, aussi bien du point de vue de l’histoire du manuscrit palatin lui-même que de celle du florilège poétique et de ses avatars.

Dans une de ses dernières publications sur le sujet1 la toute dernière note indiquait : « nous touchons là un champ d’études encore peu exploré : celui du contenu des manuscrits de miscellanea de l’époque byzantine ».

L’homme qui écrivait cette remarque avait alors plus de 80 ans. Il faut une bien belle jeunesse d’esprit, ainsi qu’une immense générosité, pour poser comme il le faisait alors les jalons essentiels de recherches nouvelles à un moment de l’existence où l’on sait que l’on ne verra probablement pas leurs débouchés. Mgr Canart a légué dans cette note un splendide programme scientifique – et ce n’est pas la moindre des choses que nous retiendrons de lui.

 

  1. « Pour un répertoire des anthologies scolaires commentées de la période des Paléologues », dans
    The Legacy of Bernard de Montfaucon: Three Hunderd Years of Studies on Greek Handwriting: Proceedings of the Seventh International Colloquium of Greek Palaeography (Madrid-Salamanca, 15-20 September 2008), Brepols, 2010 https://doi.org/10.1484/M.BIB-EB.3.4545 []

Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *