Les comptes rendus en sciences de l’Antiquité : un modèle d’open-peer-review ?

Le 30 novembre 2017 avait lieu au siège du CNRS la journée « Innométriques 2017 » consacrée à la bibliométrie et aux procédures d’évaluation de la production scientifique française. Une des questions les plus débattues, nourrie notamment par la présentation par son auteur des résultats du rapport de Pierre-Carl Langlais sur les « nouveaux modes d’éditorialisation des revues scientifiques en accès ouvert », fut celle de l’avènement attendu d’un modèle séduisant à divers titre mais pour certains mystérieux voire effrayant : celui de l’open-peer-review ou « évaluation ouverte ». Si cette procédure, qui suscite aussi bien des questionnements déontologiques que méthodologiques, reste encore marginale en ce qui concerne les articles, elle est en revanche à ma connaissance en train de prendre dans l’univers des SHS une importance considérable par le biais d’un instrument dont je voudrais aujourd’hui souligner le grand potentiel : le compte rendu de monographie, ou note de lecture.

Car en sciences humaines nous publions encore des livres – et nous en publions beaucoup, qu’il s’agisse de recueils ou de monographies. Dans le domaine des sciences de l’Antiquité et des études classiques, il faut bien admettre que la production d’un livre demeure un aboutissement – ou en tout cas, une étape décisive dans une carrière de chercheur. Si cette réalisation n’est pas exigée au sortir de la thèse, elle devient plus ou moins obligatoire   lorsqu’il s’agit d’affronter l’étape de l’Habilitation à Diriger des Recherches. Et, sur un plan plus collectif, il est extrêmement courant dans nos disciplines qu’un ou plusieurs chercheurs consacrent une énergie considérable à réunir des contributions autour d’un thème pour composer un recueil dont le prétexte n’est pas nécessairement la tenue d’un colloque.

 

Les procédures d’évaluation de ces livres sont complexes. Il existe une première barrière, très matérielle, en amont de la parution du volume : le livre ne paraît que si l’auteur trouve un éditeur. Mais les raisons du refus d’un livre et du refus d’un article ne sont pas exactement les mêmes, et la décision de publier une monographie repose sur des considérants un peu particuliers ; et en premier lieu, le risque financier étant bien plus important dans le cas d’un livre, la décision fera très souvent intervenir des critères de faisabilité et d’amortissement financier qui n’interviennent pas ou peu dans le cas des articles.

Si l’auteur a la chance de bénéficier de subventions et autres aides à la publications (qui sont pour certains éditeurs un requisit, comme on peut le lire par exemple sur le site des presses universitaires de Bordeaux), il peut se trouver face à une multitude de cas de figure : certaines maisons d’édition disposent de comités scientifiques qualifiés (c’est souvent le cas des Presses universitaires) qui rendront un avis autorisé et ne lâcheront pas dans la nature des livres dont la validité est douteuse ; d’autres adoptent une procédure inverse, et plutôt que d’évaluer le manuscrit, cherchent des garanties du côté du CV de l’auteur. C’est le cas notamment des labels prestigieux mais généralistes, qui ne font pas de la publication scientifique en tant que telle une spécialité, ou de ceux qui, comme les éditeurs scolaires par exemple, produisent à très grande échelle et ne peuvent se permettre d’évaluer au cordeau tous les manuscrits. Tous les enseignants-chercheurs en SHS ont ainsi reçu des propositions de maisons d’éditions parfois peu scrupuleuses leur proposant de publier un ouvrage dans leur domaine de spécialité – parfois même à compte d’auteur, ce qui bien entendu est une pratique contestable.

 

De ce fait, les librairies sont chaque année inondées de monographie dont l’évaluation véritable se fait en réalité pour beaucoup en aval de la publication, par le biais de comptes rendus, auxquels une section entière est consacrée dans quasiment tous les périodiques en SHS. Ces comptes rendus, qui constituent traditionnellement la première publication d’un doctorant, suivent un circuit bien balisé. Le livre est envoyé, par le service de presse de l’éditeur, aux revues susceptibles de trouver un intérêt à sa recension. Bien évidemment, les revues les plus prestigieuses sont ensevelies sous les demandes de comptes rendus – et il existe un véritable CAC 40 de la recension, dont le poids dépendra de deux variables essentielles : le nom de son auteur et le titre du périodique qui le publie. Si l’ouvrage attire l’attention du directeur de rédaction de la revue – ou, plus prosaïquement, s’il a sous la main un volontaire -, le livre est confié à un chercheur choisi en fonction de ses compétences dans le ou les domaines abordé par l’ouvrage – et, oui, le chercheur GARDE le livre. La rédaction de comptes rendus est un excellent moyen pour un jeune chercheur désargenté de garnir sa bibliothèque.

Dans la mesure où l’exercice demande une lecture attentive et critique de volumes parfois fort longs, il est chronophage et difficile. Mais – et c’est aussi pour cela qu’il est souvent confié aux doctorants -, c’est une excellente façon d’exercer sa plume, et de se tenir au courant des grandes inflexions dans son champ de recherche.

 

Combien de comptes rendus portant sur des ouvrages en sciences de l’Antiquité paraissent-ils chaque année ? C’est une donnée difficile à établir mais on peut éventuellement s’en faire une idée en utilisant quelques outils bibliographiques spécialisés. Je prendrai comme point de référence l’année 2012 pour laquelle j’ai à ma disposition des données à peu près stabilisées. L’Année philologique répertorie pour 2012, toutes disciplines confondues, 5828 comptes rendus (qui ne portent pas tous sur des ouvrages parus en 2012, mais aussi sur d’autres plus anciens, les comptes rendus pouvant paraître plusieurs années après la publication de la monographie). Parmi ces notices, beaucoup paraissent dans des revues plus ou moins généralistes (comme par exemple le Museum Helveticum, revue suisse qui pour la seule année 2012 concentre pas moins de 83 comptes rendus) ou des revues spécialisées proposant des dossiers de comptes-rendus (comme la Revue Philosophique de Louvain qui publie chaque année un cahier bibliographique assez épais composé de comptes rendus de philosophie ancienne) ; mais sur ce nombre, une proportion considérable est surtout proposée par des journaux spécialisés, parfois très anciens, qui ne publient que des comptes rendus. Les plus importants sont :

la BMCRev : 692 comptes rendus en 2012

la Classical Review : 290 comptes-rendus en 2012

Gnomon : 226 comptes rendus en 2012

Sehepunkte : 152 comptes rendus en 2012

Si le principe des « review journals » est vieux comme le monde académique, le mode de fonctionnement de ces honorables institutions a connu de sérieux bouleversements ces dernières années. Deux modèles s’affrontent :

  1. le modèle traditionnel, incarné par la Classical Review et Gnomon, propriétaire, qui d’une part commercialise les comptes rendus au même titre (et au même prix parfois !) que les articles de revues, d’autre part les produit selon une procédure similaire à celle des expertises d’articles : les auteurs de comptes rendus sont sollicités directement par les directeurs des « review journals » et leurs notices sont elles-mêmes soumises éventuellement à validation par l’editorial board. Les fascicules paraissent selon une périodicité régulière et ont encore souvent un support imprimé. Dans ce modèle, tout est fait pour lisser les singularités du compte rendu et le traiter comme une entité autonome. Au-delà de la rigidité de ce modèle éditorial, ce dernier aspect est particulièrement problématique, dans la mesure où rien n’est fait dans ces périodiques pour faciliter la liaison entre le compte rendu et la monographie dont il est pourtant le partenaire naturel.
  2. Un modèle beaucoup plus dynamique, ouvert, non commercial, représenté par Sehepunkte et la BMCRev. Le fonctionnement de ces « review journals » est remarquable en ce qu’ils ont spontanément adopté un fonctionnement très proche de l’évaluation ouverte depuis maintenant un bon moment, sans que cela soulève aucune réticence dans l’univers des études classiques. Si un editorial board contrôle bien la qualité des comptes rendus, ils sont ouverts le plus largement possible. La BMCRev diffuse chaque mois la liste des ouvrages reçus et invite les chercheurs à candidater spontanément pour en recenser un ou plusieurs, à charge pour les candidats de faire valoir par un bref descriptif les compétences dont ils peuvent se prévaloir dans le champ disciplinaire concerné. Sehepunkte diffuse sur son site la liste (très longue) de ses contributeurs volontaires et examine toutes les candidatures. Dans les deux revues, les comptes-rendus publiés sont ouverts aux commentaires : on assiste donc parfois à la réponse au compte-rendu par l’auteur de la monographie recensée. Enfin, la BMCRev comme Sehepunkte ont adopté deux principes de publication qui me semblent particulièrement pertinents pour des objets de ce genre. Tout en conservant le principe de livraisons périodiques, qui permettent un archivage simple des données, ils proposent d’une part une publication « au fil de l’eau » qui permet une grande réactivité. D’autre part, ils accompagnent le compte rendu d’un accès à la monographie ou à sa description méthodique, soit par le « publisher preview » dans le cas de BMCRev, soit par les notices bibliographiques du KVK dans le cas de Sehepunkte.

Nous avons donc avec ces deux « review journals » des modèles de procédures d’évaluation ouverte qui fonctionnent remarquablement bien et qui sont très massivement approuvées par les chercheurs des disciplines concernées. Une pointe de regret serre mon âme en constatant que nous n’avons pas expérimenté grand chose de similaire en France en la matière : si l’on excepte quelques revues pionnières (la Revue des études anciennes qui malheureusement n’est pas bien servie par son outil web, et surtout Histara en histoire de l’art et archéologie, dont le modèle s’inspire fortement de celui de la BMCRev), et d’autres épaulées par le travail remarquable de Persée ou Revues.org (qui a le fort bon goût d’imposer l’Open Access pour les recensions), une grande masse de nos comptes rendus en langue française paraît encore dans des revues soit confidentielles, soit puissantes mais protégées par des modèles éditoriaux propriétaires et des barrières mobiles qui ne donnent accès aux documents qu’après plusieurs années.

Nous avons en réalité encore beaucoup de mal à apprécier l’intérêt de ce matériel scientifique de première main qu’est la note de lecture. J’en veux pour preuve la très (très) faible densité des comptes rendus dans HAL-SHS.

Pour l’année 2012, en études classiques, seuls trois dépôts concernent des comptes rendus en sciences de l’Antiquité (un peu plus au moment où j’écris ce billet, car devant ce constat sinistre, j’ai déposé au plus vite les miens).

Si l’on élargit la recherche au maximum temporel possible, on ne trouve que 63 dépôts entre 1989 et 2017 – avec une probable marge d’erreur, dans la mesure où de nombreux comptes-rendus sont mal classés, signalés comme « article dans une revue » au lieu de « autres documents » et décrits de façon trop ambiguë pour pouvoir être repérés correctement. Rappelons au passage la bonne procédure telle que stipulée dans la documentation de HAL (dans la rubrique FAQ ) :

On signalera le cas tout à fait catastrophique de la philosophie ancienne : les quelques comptes rendus déposés n’ont pas été rattachés à ce champ disciplinaire et ne sont pas indexés dans la bonne catégorie de document : ils sont peu ou prou introuvables en tant que comptes rendus.

Dans la mesure où la France n’a pour le moment pas développé de « review journals » suffisamment influents en études classiques, il est particulièrement dommage que l’archive ouverte HAL-SHS ne soit pas davantage et mieux utilisée pour signaler et déposer les comptes rendus. Les comptes rendus et notes de lecture sont des données de la recherche ; ces données représentent une quantité de travail considérable, fournissent une information indispensable et participent à l’équilibre de la production scientifique. Les comptes rendus sont également, comme je l’ai indiqué, un laboratoire particulièrement fécond pour l’évaluation ouverte et à ce titre mériteraient une très forte valorisation.


Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *