Citer proprement (et efficacement) une source ou une publication en Sciences de l’Antiquité (1)

Ce petit compendium est destiné aussi bien aux étudiants et doctorants qu’aux auteurs plus aguerris qui souhaitent améliorer significativement l’aspect bibliographique de leurs textes. Il s’agit d’un point de friction récurrent entre éditeurs et auteurs, et malheureusement sur cette question on a trop souvent tendance à négliger la formation des jeunes chercheurs, en partant du principe qu’il s’agit là d’un aspect bien connu du travail de rédaction et que les règles qui vont suivre n’ont pas besoin d’être rappelées. Mon expérience personnelle de rédactrice, relectrice, bibliographe m’ayant prouvé à maintes reprises la fausseté de cette croyance, voici un résumé des règles principales qui, si vous les suivez, vous garantiront d’avoir des références propres, limpides et conformes aux usages les plus courants et reconnus dans la profession.

La première chose à faire lorsque vous devez rédiger un texte sur commande (qu’il s’agisse d’un mémoire de recherche ou d’un article pour une revue) est de vous renseigner sur la charte éditoriale en vigueur soit dans l’université dans laquelle vous étudiez, soit dans le périodique dans lequel vous vous apprêtez à publier. Beaucoup d’écoles doctorales ont leur propre guide de rédaction et de présentation des mémoires et des thèses. Quasiment toutes les publications périodiques ont une charte éditoriale. La plupart du temps, l’éditeur pour lequel vous écrivez vous communique la charte éditoriale au moment de l’acceptation de l’article – plus rarement on vous demandera dès la soumission, donc avant même acceptation, de vous conformer à certaines règles de présentation. Cette charte contient souvent des indications quant à la présentation des références bibliographiques : il est absolument nécessaire de s’y conformer. Les suggestions qui suivent ne doivent pas interférer avec les instructions de l’éditeur qui, quoi qu’il arrive, constituent des exigences dictées par les besoins de l’impression et donc impossibles à contourner.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (70)-FT 4

Ce préalable posé, il convient pour commencer d’avoir bien en tête ce qui doit être le critère absolu de démarcation entre une référence propre et une référence mal bâtie : l’absence d’ambiguïté. Une bonne référence est une référence compréhensible immédiatement par tous, permettant de retrouver facilement le texte mentionné sans aucun risque d’erreur ou de confusion. Toutes les règles bibliographiques sont dictées par ce souci de clarté. C’est particulièrement important quand on travaille sur un corpus ancien, fragmentaire et mal établi.

Je vais passer en revue l’ensemble des cas de figure possibles. J’en profiterai pour faire un point sur certaines bizarreries bibliographiques mal connues. Il est tout à fait possible que j’oublie des éléments importants : les commentaires de ces deux billets pourront accueillir toutes précisions et questions qui vous sembleront judicieuses.

Citer des sources

1. Comment citer un texte littéraire antique

On a besoin de trois éléments pour pouvoir situer sans aucune ambiguïté un texte littéraire antique :

– un auteur

– un titre

– une édition de référence

L’auteur et le titre doivent être mentionnés soit selon leur appellation latine traditionnelle, soit éventuellement dans la langue d’écriture de votre texte : Aristoteles ou Aristote, Analytica priora ou Premiers analytiques par exemple. L’avantage de la forme latine est qu’elle est internationale et identifiable de ce fait par tous.

Je ne saurais trop vous conseiller d’utiliser les instruments de référence pour déterminer la bonne forme du nom et du titre.

– le Canon du Thesaurus Linguae Graecae pour les formes grecques

– la Library of Latin Texts pour les formes latines

– le PerseusCatalog – qui a l’avantage d’indiquer pour chaque auteur la liste des appellations dans les différentes langues

– la Clavis des Pères latins et grecs pour les textes chrétiens1 .

Un usage courant consiste à abréger les noms et les titres anciens pour ne pas alourdir les notes de bas de page des publications. C’est un usage dangereux, car source de grandes confusions. De plus chaque auteur a tendance à utiliser son propre système d’abréviation, ce qui est très chic mais aboutit parfois à des énigmes pour le lecteur qui n’en demandait pas tant. Plt. est-ce Platon, Plutarque ou Plotin ? Il existe une liste d’abréviations canoniques à peu près reconnue internationalement : c’est celle du Diccionario Griego-Español en ligne. La liste complète est ici et la liste classée par auteurs est là.

Vous pouvez aussi utiliser les abréviations d’un dictionnaire reconnu (celles du Liddell-Scott par exemple qui en réalité est le Liddell-Scott-Jones-McKenzie et s’abrège par LSJ, il faut le savoir). Une courtoisie appréciée consiste éventuellement à mentionner le système d’abréviation que vous utilisez (par exemple dans la note liminaire de l’article, celle où vous remerciez l’expert qui vous a fait des suggestions et l’ANR qui vous a permis ce merveilleux séjour à la cité universitaire de Louvain-la-Neuve). C’est particulièrement important dans le cas d’un texte très long.

En règle générale, si vous souhaitez vraiment abréger, attention à ne pas proposer vos abréviations avant d’avoir au moins une fois quelque part mentionné le nom et le titre en entier – soit dans une note précédente soit dans le corps du texte. Cela évitera à votre lecteur de se creuser trop longtemps l’esprit pour comprendre de quoi vous parlez exactement.

Venons-en au point le plus conflictuel de cette histoire : la mention de l’édition de référence. Mes collègues et moi-même avons suffisamment glosé dans ce carnet de recherche sur le fait que parler de « textes » antiques n’a pas grand sens en soi, et que ce que nous citons la plupart du temps ce sont des reconstructions proposées par des éditeurs modernes de ces textes perdus dans leur version originale. Une mention en passant ou une référence vague ne nécessitent pas forcément de mentionner une édition. Mais à partir du moment où vous citez un passage sur lequel vous proposez des hypothèses interprétatives, à partir du moment où vous travaillez un texte, il est indispensable d’indiquer à quel état du texte vous vous référez. Ceci peut être fait de façon détaillée dans la première note attachée à ce texte, avec une formule passe-partout : « L’édition de référence dans laquelle je cite XX est sauf mention contraire celle de Tartempion 1967 » ; vous pouvez également indiquer à chaque fois en note Auteur-titre (Tartempion 1967), surtout si vous changez au cours de votre texte d’édition de référence. La mention de la date est importante parce qu’il arrive qu’un même éditeur édite plusieurs fois le même texte dans sa carrière – ou, à tout le moins, corrige son édition et en propose des versions amendées.

La plupart du temps, vous n’allez pas citer une œuvre entière, mais un passage de cette œuvre. Il est indispensable d’indiquer ce passage avec la plus grande précision possible. Plusieurs cas sont possibles :

– vous citez Platon, Plutarque ou Aristote. Bingo, vous avez beaucoup de chance, il existe ce qu’on appelle une pagination Stephanus. Il s’agit d’un ingénieux système de référence (expliqué en détails ici) s’appuyant sur la numérotation des pages des éditions anciennes de ces auteurs (celle d’Henri Estienne pour Platon et Plutarque, celle de Bekker pour Aristote). Une référence à un de ces auteurs devra donc se présenter suivant la pagination dite stephanus, sous la forme suivante : numéro de page-stephanus suivi d’une lettre minuscule indiquant une section de la page (a, b, c, d, e) et d’un chiffre indiquant la ligne au sein de cette section : 74a8, 1005b8-1006a11 par exemple. Ce système vous dispense de préciser la page de l’édition de référence que vous consultez – mais pas d’indiquer votre édition de référence elle-même, car la préservation de la même numérotation ne veut pas dire que le texte sera établi de la même façon par les différents éditeurs ! Ross ou Bekker pour Aristote, cela change pas mal de choses…

Statue d’Henri Estienne, façade de l’Hotel-de-Ville

– vous citez un autre auteur dont il existe une édition de référence à peu près connue de tout le monde – soit parce qu’elle est à peu près complète, soit parce que c’est la première voire la seule, soit parce que pour n’importe quelle raison elle est remarquable. Il peut être particulièrement utile dans ce cas, si cette édition est acceptable pour vous, de l’utiliser comme édition de référence et de situer vos passages dans la pagination ou le système de numérotation choisis par cet éditeur. Par exemple pour Stobée on utilise encore très souvent la pagination + numérotation de l’édition de Wachsmuth et Hense.

– vous citez un auteur dont il existe une édition « historique », considérée comme mauvaise, en train d’être remplacée par une autre. C’est par exemple le cas pour Galien : il y a la grande édition de Kühn, qui n’est pas toujours très bonne mais qui a le mérite d’être à ce jour la plus exhaustive, et les éditions du Corpus Medicorum Graecorum, bien meilleures mais qui paraissent au compte-goutte. Idem pour Hippocrate : on ne cite plus Littré que si on n’a pas le choix. Si vous devez citer un texte dont il existe les deux versions (dans notre exemple celle de Kühn/Littré et celle du CMG) il est particulièrement important d’indiquer avec une grande précision celle qui vous convient et éventuellement de proposer une équivalence (sous la forme réf CMG = réf Kühn). On trouvera une table de concordance très utile ici.

NB : une édition du CMG ou du CML (pour les médecins romains) s’indique avec nom de l’éditeur ET numérotation CMG du volume, sous une forme toujours de ce genre : V, 3, 2 ; voir ici pour les éditions en ligne.

Quel que soit le cas de figure, il est rare que l’éditeur de votre texte n’ait pas pensé à vous et ne propose pas un système de numérotation vous permettant de citer facilement un passage. Qu’il s’agisse de Budé, Teubner, Loeb, Oxford, vous aurez la plupart du temps en plus d’une pagination une numérotation par paragraphes ou sections et un décompte des lignes du texte. De plus les éditeurs modernes ont tous (ou presque) gardé la saine habitude de conserver la mention de la numérotation de la première édition ou de l’édition de référence dans leurs propres éditions. Vous n’avez donc aucune excuse pour vous contenter de la pagination (qui va nécessairement changer au fur et à mesure des réimpressions et qui donc rendra votre article illisible à long terme) : utilisez toujours le ou les systèmes de numérotation proposés par votre édition de référence.

2. Comment citer un objet : une inscription, un papyrus, un manuscrit

Parfois votre texte a un support matériel unique. C’est le cas des inscriptions, des papyrus et des ostraca, et des manuscrits. Il y a des règles très strictes pour citer ces textes et il est absolument indispensable de les respecter.

Si votre texte a été publié dans un instrument de référence, vous devez utiliser la nomenclature de cet instrument. La plupart des inscriptions et des papyrus et ostraca sont dans ce cas. Les grands corpus épigraphiques sont régulièrement mis à jour, et sont listés dans l’indispensable Guide de l’épigraphiste qui vous dira comment vous y retrouver. La plupart ont un numéro de volume et associent à chaque texte un numéro de notice. La référence se présentera donc de la façon suivante : abréviation du titre du corpus (par exemple SEG pour Supplementum epigraphicum graecum, IG pour Inscriptiones graecae, CIL pour Corpus inscriptionum latinarum etc ces abréviations sont dans le Guide de l’épigraphiste) + numéro du volume + numéro de la notice.

Un cas particulier : celui de l’Année épigraphique. Dans ce cas précis on remplace le numéro de volume par le numéro de son année de parution.

Cela donne :

SEG 51, 1735

AE 1980, 919

Pour les papyrus et les ostraca il faut absolument s’aider de la Checklist of editions qui vous donnera les abréviations utiles. La règle générale de présentation d’une référence pour un papyrus est :

nom du papyrus ou du corpus + numéro d’inventaire + numéro de colonne + ligne.

Le nom du papyrus se présente de la façon suivante : P.nom : ex P.Euphrates, P.Vind.Bosw. P.Oxy.

Une exception : les papyrus d’Herculanum : on écrit PHerc.

Il est bienvenu d’y associer en même temps que le numéro d’inventaire (et c’est aussi le cas pour les inscriptions) la mention du lieu de conservation de l’objet. La plupart du temps on proposera la forme « ville + nom du musée ou du bâtiment ». Si c’est un objet appartenant à une collection privée, on pourra aussi le signaler.

Venons-en au cas des manuscrits. Un usage charmant est fort heureusement tombé en désuétude complète : celui d’affubler les manuscrits de ravissants sobriquets latins liés à leur lieu d’invention ou à leur premier catalogage. Tous les bibliographes du monde se réjouissent de la fin de ce type de citation pour au moins deux raisons :

– il est parfois un peu difficile de retrouver l’allusion sous le nom latin ; tout le monde sait à peu près interpréter Parisinus mais je gage que vous serez un peu plus perplexes devant Guelferbytanus (= de Wolfenbüttel).

– les manuscrits ont parfois une histoire un peu compliquée : ils voyagent, ils sont achetés/échangés/volés/perdus et le lieu d’invention peut n’avoir plus rien à voir avec celui de conservation.

Aujourd’hui on cite un manuscrit en mentionnant les différents éléments suivants dans un ordre obligatoire :

– pays (facultatif) et ville de conservation

– lieu de conservation

– fonds

– cote

– (facultatif) siècle

Ex. : Deutschland, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Gud. gr. 016, XIVe s.

Si vous souhaitez ajouter la mention d’un ou de plusieurs folios on indique le numéro du folio et s’il s’agit d’un recto ou d’un verso. On tolère aussi de ne rien signaler si c’est le recto et de ne préciser que le verso. S’il y a plusieurs folios vous pouvez l’indiquer par ff. mais ce n’est pas obligatoire.

Ex : f. 65r = f. 65 ; f. 78v ; f. 88-90v = ff. 88-90v = ff. 88r-90v

3. Comment citer un grand corpus de fragments ou d’extraits

Parfois vous avez besoin de mentionner des fragments ou des extraits qui ont été réunis par un ou plusieurs éditeurs dans un grand corpus semblable aux corpus épigraphiques ou papyrologiques. Les fragments des Présocratiques par exemple sont réunis dans l’édition Diels-Kranz bien connue2 . Il peut être très compliqué de citer correctement ces corpus, parce qu’ils proposent une numérotation complexe et difficile à saisir. La précision est donc particulièrement importante.

L’usage général est 1) de respecter la totalité de la numérotation et 2) de mentionner par une abréviation canonique le corpus en question.

Pour Diels-Kranz cela donne pour un fragment de Démocrite par exemple : 68 B 155 DK (ou DK 68 B 155).

68 => on sait qu’il s’agit de Démocrite

B => on sait que c’est une citation attribuée à Démocrite ; A signifierait que c’est un témoignage sur Démocrite, C un plagiat ou une imitation chez un autre auteur.

155 => on sait que c’est le fragment numéroté 155 dans le chapitre consacré à Démocrite

Plus complexe est le cas des Fragmente der grieschichen Historiker. Il s’agit d’une compilation monumentale élaborée par Felix Jacoby à partir d’une reprise augmentée et considérablement enrichie et améliorée des Fragmenta historicorum graecorum de Karl Müller. On l’abrège soit par FGrH, soit par FgrHist. L’entreprise étant inachevée elle a été reprise par un groupe de philologues dans les années 1990. Depuis cette date il est donc problématique de citer cette somme en utilisant le nom de Jacoby, comme cela a pu se faire pendant longtemps.

La liste des auteurs dont les fragments sont compilés dans cette sorte d’encyclopédie ne suit pas un ordre très clair. Il est donc essentiel quand on veut citer les FGrH de connaître le numéro attribué à cet auteur dans l’édition et de le signaler, ainsi que le numéro du texte.

La numérotation complexe des FGrH…

Cela donne :

FGrH 115 F 13

=> 115 : Théopompe de Chios

=> F : un fragment de cet auteur

=> 13 : le numéro du fragment

FGrH 120 T 2a

=> 120 : Diognète dit d’Erythrées

=> T : un testimonium ou témoignage sur l’auteur

=> 2a : le numéro du fragmenta

Parfois les grands corpus ne rassemblent pas des textes fragmentaires mais des extraits d’autres textes, souvent doxographiques mais pas seulement, qui sont regroupés thématiquement ou par auteur mentionné. C’est le cas par exemple des Stoicorum veterum fragmenta rassemblés par Von Arnim. Quand on veut être vraiment précis (et faire plaisir à l’éditeur) il est bon de :

– citer proprement la référence aux SVF avec les bons numéros, comme pour les autres corpus ; pour le SVF on donne le numéro du tome (1, 2 ou 3) et la pagination originale.

– faire une équivalence avec les autres façons de citer cet auteur, quand elles existent.

Ex : Cicéron, De Natura deorum, I, 15, 38 = SVF, I, 448

Eusèbe, Préparation évangélique, XV, 3-5 (SVF II, 528)

Ce principe d’équivalence est valable pour tous les corpus thématiques qui rassemblent des extraits de textes connus et déjà édités.

J’en ai fini avec les sources… La suite là-bas.

  1. Pour ces derniers, on consultera avec profit l’ancien site des Sources chrétiennes qui contient une liste assez complète d’auteurs chrétiens ; chaque entrée d’auteur contient une liste des œuvres (publiées ou non) associée au numéro CPG ou CPL voire à la référence ancienne dans la Patrologie []
  2. en passe d’être remplacée par l’édition Laks-Most ce qui promet de nous ramener au cas Kühn/CMG mentionné plus haut []

Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *