Écrire en grec sous les distributions Ubuntu et assimilées

Le recours déjà universel à l’informatique dans le monde de l’enseignement et de la recherche en langues anciennes, et tout spécialement en grec ancien, a permis de développer des outils efficaces sur les ordinateurs Windows ou MacOS. Malheureusement, les distributions réputées « libres » et reconnues sous le nom GNU-Linux (Ubuntu, Fedora, etc) n’ont pas encore mis à disposition la palette d’outils nécessaires. Or, dans le processus qui mène des touches du clavier à l’affichage des caractères et à la conservation des données tapées, trois prérequis techniques successifs doivent être réunis : le clavier, l’encodage, la police de caractères. Ces trois principaux volets sont invisibles à l’utilisateur d’un clavier moderne répandu : écrire en français ne demande pas de connaissances techniques particulières.

Le clavier

Par « clavier », on entendra ci-dessous la façon dont l’ordinateur interprète les signaux envoyés par l’utilisateur lorsqu’il enfonce une ou plusieurs touches. L’infrastructure matérielle (c’est-à-dire le clavier tel qu’il se présente physiquement) n’a rien à voir avec le caractère affiché lorsque l’on appuie sur une touche, dans la mesure où l’information transmise n’est qu’un code signifiant, par exemple, « l’utilisateur a appuyé sur la première touche ». L’enjeu est d’expliquer à l’ordinateur que ce caractère doit être traduit par « c’est un alpha » et non par « c’est un a ». C’est le dictionnaire qui prélude à cette phase de traduction que l’on désigne par le terme de « clavier ».

Pour écrire en grec ancien sous Windows ou MacOS, de nombreuses possibilités existent et elles sont dans l’ensemble bien répertoriées (1). Elles sont le plus souvent simples d’installation et d’utilisation et un utilisateur persévérant trouvera toujours comment s’en servir. Le cas des distributions Linux est plus difficile. Sous Ubuntu un clavier Qwerty est fourni nativement (2), mais pour l’utilisateur francophone, il est peu pratique. Pour pallier à ce manque, différentes solutions ont été proposées. La plus connue est le clavier Hypathie (3). Quoiqu’assez complet dans sa présentation, il n’est plus maintenu, et certains choix sont difficilement compréhensibles. Il existe une troisième solution référencée par la documentation Ubuntu France, qui est assez incomplète (4).

Sur le plan technique, installer un tel clavier demande au novice des opérations en ligne de commande, très simples (copier-coller), mais rédhibitoires. Il faut souvent faire quelques recherches dans la documentation Ubuntu France pour comprendre le fonctionnement du système de clavier, et c’est toujours une barrière technologique pour le plus grand nombre (5). Il manque donc un clavier prêt à l’emploi qui corresponde aux principaux besoins de l’étudiant, du passionné, de l’enseignant, ou du chercheur, accompagné d’explications claires. À l’image du clavier français « Azerty » le plus répandu, ce clavier doit répondre simplement aux besoins typographiques fondamentaux (l’alphabet et les diacritiques, la ponctuation), tout en permettant par des combinaisons de touches d’accéder à des caractères plus spécifiques ou d’emploi plus rare.

Partant de ce constat, j’ai élaboré pour des besoins personnels un clavier grec Azerty qui fonctionne dans la galaxie Ubuntu, en m’appuyant sur le clavier existant et distribué nativement en Qwerty. Ce clavier n’est pas parfait, mais son objectif est de répondre aux usages de la majorité des hellénistes, en adoptant les solutions les plus pratiques et les plus consensuelles. Il peut donc être amélioré, et ne demande qu’à l’être. Il est néanmoins déjà fonctionnel et accessible en ligne sur un dépôt. Ce dépôt Git permet aux utilisateurs de télécharger les fichiers nécessaires, et aux personnes intéressées de partager leurs améliorations ou de l’adapter à leurs besoins personnels. Plus les utilisateurs seront nombreux, plus le clavier pourra être amélioré, pour le bénéfice de tous. C’est pourquoi il est souhaitable de le diffuser largement à l’intersection des communautés hellénophiles et linuxiennes.

Le dépôt Git comporte un fichier README affiché en page d’accueil, qui précise le nécessaire pour utiliser et installer ce clavier. Il fallait être aussi pédagogique que possible pour que cela reste accessible aux plus débutants. Aussi, si vous rencontrez des difficultés pour installer ou utiliser ce clavier, n’hésitez pas à me contacter : d’une part je vous aiderai, d’autre part cela permettra d’améliorer la documentation. S’il manque des caractères ou que des placements semblent aberrants, il est également plus que recommandé de le signaler.

L’encodage et la police de caractères ne présentent pas de telles difficultés. Il ne s’agit donc ci-dessous que de donner quelques éclairages sur leur rôle et sur les rares problèmes qu’ils peuvent présenter.

L’encodage

L’encodage désigne le système de codes par lequel l’ordinateur distingue les caractères. L’encodage est totalement indépendant de la police. Le plus répandu est l’encodage maintenu par le consortium Unicode, et cela tombe bien, car il est extrêmement complet pour le grec ancien. Il répertorie même des caractères rares employés dans des disciplines pointues, comme la papyrologie, la codicologie, etc. Il prend le plus souvent intégralement en charge les systèmes d’écriture des langues anciennes les plus connues (ainsi du cunéiforme). Une grande majorité de logiciels se sert de cet encodage, et il n’y a donc pas d’obstacle majeur de ce côté. Tout au plus peut-on faire remarquer que l’encodage Unicode a un système ambivalent de gestion des diacritiques. Certains caractères avec diacritiques fréquents sont identifiés par un seul code (ainsi du é français), tandis que d’autres ont besoin de deux codes : les codes des diacritiques seuls, et le code du caractère. Ainsi, ẹ́ n’est pas renseigné par défaut et n’est compris par Unicode que comme l’addition des caractères  ̣, ΄ et e. Cela peut causer quelques difficultés minimes dans les logiciels de traitement de texte qui compteront deux caractères au lieu d’un. Dans des domaines encore plus pointus, Unicode ne connaît parfois pas certains caractères. C’est toutefois un cas rare.

Les polices d’écriture

On désigne par police d’écriture la représentation visuelle d’un ensemble de caractères (par exemple Times New Roman, Liberation, etc). Les créateurs de police ne définissant pas de correspondant graphique pour tous les caractères existants, il peut arriver qu’il soit impossible de représenter certains caractères avec certaines polices. Toutefois, les polices d’écriture intègrent souvent le grec ancien et sont plutôt nombreuses. Sur ce point là, les polices libres n’ont pas de retard par rapport aux équivalents propriétaires. Pour l’helléniste travaillant dans le domaine de l’édition de textes, les polices IFAO-Grec-Unicode sont très pratiques, et plutôt esthétiques. Pour les linguistes indo-européanistes ayant besoin du grec ancien, mais pas que, Thomas Pellard a réalisé un très bon comparatif des différentes polices existantes dans le carnet de recherche Cipanglossia (6). Enfin, pour des besoins esthétiques, la Greek Font Society travaille exclusivement sur l’alphabet grec et présente sur son site de très belles polices distribuées sous l’Open Font Licence.

Je remercie Julie Giovacchini pour ses encouragements à mener à bien ce projet et à le présenter ici, ainsi que les chercheurs du séminaire « L’analyse et l’édition des sources anciennes: quels outils à l’ère numérique? » (2019-2020, Département des Sciences de l’Antiquité, l’ENS de Paris).

Ressources

En complément des notes qui renvoient de façon détaillée vers les différentes pages évoquées, on trouvera ci-dessous quelques liens généraux utiles :

Notes

(1) Pour Azerty, on pourra se reporter au clavier de Michel Langlois, qui fonctionne sur Windows et sur MacOS. Pour Qwerty, le consortium Digital Classissists répertorie différentes solutions sur son wiki. Le site de Denis Liégeois, qui a longtemps proposé un clavier grec pour Windows, semble ne plus fonctionner.
(2) Le clavier fourni nativement dans les distributions Ubuntu est situé dans le fichier gr du répertoire /usr/share/X11/xkb/symbols
(3) Le clavier d’Hypathie est présenté en détail sur le forum Debian par son créateur.
(4) Le clavier de Xexanoth est présenté à la réponse #36 d’un fil de discussion du forum et dans l’article Logiciels pour le lycée de la documentation. Les informations sont donc éparpillées et difficiles d’accès. Il s’inspire du clavier Windows de Denis Liégeois.
(5) On pourra en particulier se référer aux pages suivante : pour de premiers éléments, la page Clavier, pour choisir la langue du clavier la page Configurer le clavier, pour des informations utiles mais en vrac la page Utilisation avancée du clavier, et enfin pour adapter le clavier à ses besoins la page très détaillée Créer et utiliser un agencement personnalisé.
(6) Thomas Pellard, « Polices de caractères pour la linguistique », Cipanglossia, 6 juin 2016, https://cipanglo.hypotheses.org/99


Jules Bouton

Étudiant à l'École Normale Supérieure de Paris, à Paris IV (linguistique grecque).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Maïeul dit :

    Pour les clavier Suisse (QWERTZ), j’ai produit un clavier adapté. https://github.com/grecromand/grecromand

    • Jules Bouton dit :

      Bonjour,
      Merci pour ce lien. Effectivement, en dehors de la question de l’agencement Azerty, il y a celle des autres claviers « non-qwerty », qu’ils soient Qwertz, Bepo, etc. A chaque fois, il faut semble-t-il résoudre manuellement le problème, comme vous l’avez fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search