La fortune de Macrobe à la Renaissance (1/2)

Introduction

Verum qui optima conetur tradere, is curabit omnia scire, huic igitur per omne genus auctorum vagandum erit : suppeditabit multa Macrobius

« Celui qui s’efforcera de transmettre le meilleur aura soin de tout savoir : il lui faudra donc consulter au hasard toutes sortes d’auteur : Macrobe fournira alors bien des choses », écrivait Érasme en 1512 dans son De ratione studii, soulignant ainsi la richesse et la diversité de la production macrobienne.

La question de la fortune de Macrobe à la Renaissance est un sujet qui intéressa déjà nombre de chercheurs car elle interroge sur la circulation des savoirs entre l’Antiquité et la Renaissance, sur la lecture humaniste des Anciens, mais aussi sur les centres d’intérêt de ceux-ci. Elle permet donc d’aborder conjointement l’œuvre et sa source, l’auteur et sa culture, l’homme et ses lectures. Mais c’est aussi l’occasion de découvrir que Macrobe est lui-même tributaire d’une science qu’il s’approprie et qu’il transmet, à la fois comme un compilateur – ce qui lui a été souvent reproché –, comme un passeur et comme un homme de lettres.

Les Humanistes, qui replaçaient volontiers l’homme dans son siècle, ne pouvaient que s’émerveiller de l’étendue et de la variété des savoirs de Macrobe, dont l’œuvre, nous allons le voir, leur était parvenue en grande partie. Eux-mêmes allaient, en outre, perpétuer cette longue tradition macrobienne, en fournissant éditions, traductions et commentaires de ce corpus. Pourquoi Macrobe fut-il si apprécié et autant lu par les Humanistes et dans quelle mesure cet homme du Ve siècle pouvait-il se faire le témoin et la somme de toutes les connaissances de l’Antiquité ?

Pour saisir les enjeux liés à la lecture de l’œuvre de Macrobe, je souhaiterais d’abord rapidement présenter l’auteur, puis l’étendue et la complexité de son œuvre. Ensuite, j’en viendrai à dresser un panorama des éditions de Macrobe à la Renaissance. Enfin, j’analyserai la fascination humaniste pour la polymathie macrobienne, c’est-à-dire pour la diversité des savoirs de notre auteur. L’enjeu sera de souligner que Macrobe, non seulement incarne l’érudition antique, mais permet également de proposer une vision du monde et de la littérature, que les Humanistes réinterprètent, relisent et avec laquelle ils dialoguent.

Présentation : Macrobe et son œuvre

Qui est Macrobe ?

Comprendre l’intérêt des Humanistes pour l’œuvre de Macrobe ne saurait se concevoir qu’en revenant à l’auteur lui-même : en effet, bien que la notion d’auctorialité soit complexe dans l’Antiquité, les Anciens avaient conscience qu’une œuvre reflétait quelque chose de son auteur – sa langue, son statut social, ses convictions religieuses. Revenons donc à Macrobe.

Dans les manuscrits médiévaux, Macrobe apparaît sous le nom de Macrobius Ambrosius Theodosius, dans un ordre variable. Il manque parfois l’un ou l’autre nom, à l’exception de Macrobius, que l’on trouve à chaque fois. Pourtant Alan Cameron considère que Theodosius dut être son nom d’usage, même si la pratique de l’auteur lui-même, dans les Saturnales, ainsi qu’une étude systématique menée par Mireille Armisen-Marchetti, semblent montrer le contraire. Prenons donc le parti de garder cet usage.

Son origine est également problématique car, si l’on peut déterminer qu’il n’était pas romain, comme l’indique la préface des Saturnales, il n’est pas certain qu’il n’ait pas été latinophone de naissance : il affirme en effet « être né sous un autre ciel » (Sat., Praef. 11 : nos sub alio ortos caelo) et être « dépourvu de l’élégance innée à une bouche romaine » (Sat., Praef. 12 : si in nostro sermone natiua Romani oris elegantia desideretur). Ce lieu commun, l’excusatio propter infirmitatem, n’est sans doute que la preuve de sa conformité scrupuleuse à des topoi très en vogue dans les milieux érudits et l’éloge formulé par Avianus (Avianus, Fab., Praef.) de sa maîtrise du grec ne peut s’entendre que pour un auteur dont le grec n’est qu’une langue apprise.

Retenons simplement cela : Macrobe était un provincial, d’origine non-sénatoriale, mais ayant toutefois fréquenté les cercles sénatoriaux, souvent païens, de l’Antiquité tardive, au début du Ve siècle. Ses dates et la datation de ses œuvres, disons-le d’emblée, sont particulièrement problématiques, mais l’on peut retenir qu’il fut au faîte de ses activités politiques et littéraires dans le premier tiers du Ve siècle (425 ? 430 ?).

Son œuvre la plus conséquente, les Saturnales, se place fictivement en 384, date à laquelle le paganisme vivait ses derniers soubresauts : à l’époque de l’écriture de ses textes, la question du paganisme, mais aussi des savoirs et des valeurs qu’il transmettait, se posait de façon bien différente. En effet, Macrobe fut le conservateur des valeurs et des idéaux nobiliaires, mais aussi des coutumes liées au paganisme traditionnel. Son œuvre est transversale, et aussi diverse que riche par ses prétentions encyclopédiques : elle cherche à aborder tous les domaines du savoir de son temps, grâce à la rédaction de traités et à une œuvre de compilation (les Saturnales) et de commentaire (le commentaire au Songe de Scipion).

Son œuvre, encyclopédique, didactique, philosophique et savante au sens large, apparaît également comme un corpus sinon polémique, du moins critique et « engagée » pour les lecteurs du Ve siècle. Toutefois, cette dernière dimension, intrinsèquement liée au contexte politique, social et culturel (c’est-à-dire religieux), disparut à la Renaissance. Les savoirs que Macrobe aborde et transmet par ses textes sont neutralisés et perdent leur valeur polémique aux yeux des Humanistes qui, s’ils n’ignoraient pas le contexte politique des IVe et Ve siècle, firent des derniers païens le moyen d’accéder à des savoirs que le Moyen Âge avait parfois épurés. Et Macrobe est particulier en cela que son œuvre aborde des sujets que les Humanistes goûtaient particulièrement.

Présentation du corpus. Encyclopédie, commentarius et traité grammatical : la mise en scène du savoir

L’œuvre de Macrobe nous est surtout connue par deux textes majeurs, les Saturnales et le Commentaire au songe de Scipion. En français, le Commentaire au songe de Scipion a été édité par Mireille Armisen-Marchetti, entre 2001 et 2003, en deux volumes. Quant aux Saturnales, il en existe une traduction commentée dans la CUF, sous la direction de Benjamin Goldlust (le tome 2, pour les livres 2 et 3, est déjà paru). Le dernier ouvrage de Macrobe, le De Verbo, connu aussi sous le titre De uerborum Graeci et Latini differentiis et societatibus, est la moins connue des trois œuvres car elle est la plus fragmentaire, mais aussi la moins originale1.

Commençons donc par le De Verbo, pour en dire ce que nous en savons : il s’agit d’un traité grammatical qui compare les langues latine et grecque. Découvert en 1493 en Italie, le premier manuscrit du De Verbo fait partie des quatre manuscrits dont nous disposons aujourd’hui. Ils sont tous lacunaires. Au XVIe s., il ne fut édité séparément qu’une seule fois, en 1588, et ne fut réimprimé que dans l’édition de 1597. Les autres éditeurs, notamment Henri Estienne, avouent avoir renoncé à l’édition d’un texte aussi fragmentaire : « je ne trouvais personne à qui infliger la tâche de transcrire ces textes », écrit-il dans la préface de son édition de 1585. Il fut réimprimé plusieurs fois au XVIIe s.. Dédicacé à un certain Symmaque – non le célèbre orateur, mais sans doute son neveu – ce traité propose une réflexion sur les systèmes verbaux grec et latin. Il ne brille pas par son originalité, et ne peut même pas figurer au rang des artes grammaticae, tant son champ d’investigation est restreint. Il traite des formes verbales, des temps, des modes ou des « formes » (inchoative…). La phrase introductive sur les figurae illustrera le peu d’ambition de ce traité : Figurae ambobus non sine discretione pares (« les formes sont les mêmes dans les deux langues, non sans différences »). Nous ne pourrons pas en dire plus, vu son état lacunaire.

Toutefois, le Commentaire au Songe de Scipion illustre une autre partie du savoir macrobien. Ce texte, postérieur aux Saturnales dont nous allons parler, aurait été rédigé autour de l’année 430-440, même si la datation précise est difficile à déterminer. Il s’agit d’un commentarius, ou plutôt de commentarii, puisque l’auteur lui-même estime que les deux livres, s’ils forment un tout, sont bien distincts quant à leur thématique. Il s’agit d’un commentarius philosophique, c’est-à-dire d’un exercice spirituel, qui cherche à faire la lumière sur une thématique précise. Le commentarius est avant tout lié à une méthode, qui progresse de façon logique et pédagogique, car il est le fruit d’une pratique scolaire. Le texte du commentaire a été édité de façon autonome, sans être joint au texte de Cicéron dont il fait l’explication (on le sait car les citations qu’il commente portent un texte différent du texte de Cicéron qui est joint aux manuscrits qui présentent les deux textes côte à côte) : ce sont donc les éditeurs médiévaux qui ont fait ce choix. Sa méthode est celle d’une analyse linéaire mais non exhaustive du De Republica de Cicéron : discutienda sunt nobis ipsius somnii uerba, non omnia sed ut quaeque uidebuntur digna quaesitu (« Nous devons passer à l’examen des mots du songe lui-même, non pas de tous, mais de chacun de ceux qui semblent dignes d’une enquête »).

Enfin, les Saturnales, œuvre encyclopédique en sept livres, écrite sans doute autour de 430, constituent un volet singulier de l’œuvre érudite de Macrobe car il s’agit d’un banquet. La dimension sympotique de ce texte permet l’alternance entre des sujets sérieux, le matin, et des sujets plus légers, l’après-midi, selon une alternance régulière et calculée. Douze convives se tiennent autour de la table d’un banquet fictif, qui se serait tenu en 384, en présence des membres du « cercle de Symmaque ». On y découvre notamment les personnages de Symmaque, Prétextat, Nicomaque Flavien (senior), Rufius, Cécina et Decius Albinus, Servius, Avienus ou Evangelus le trouble-fête. Chacun dispose d’un savoir qu’il maîtrise et chacun, donc, fait des exposés sur des sujets d’érudition aussi divers que le génie de Virgile, la religion païenne, les citations ou les poissons et les noix.

Cette alternance de sujets sérieux et légers permet, en fait, de mettre en scène le savoir réuni par Macrobe à travers ses lectures. Chacun des trois jours, un hôte reçoit les autres convives et la parole est distribuée en fonction des savoirs de chacun : Prétextat se charge principalement des exposés religieux (théologie solaire et droit pontifical), Symmaque de l’art oratoire, Servius des questions grammaticales, en particulier chez Virgile… Les propos légers (bons mots, alimentation…) sont assurés par l’ensemble des convives ou par des personnages plus secondaires.

Ces trois textes, donc, présentent l’étendue du savoir de Macrobe, et l’on comprend que les Humanistes aient été intéressés et parfois émerveillés par cet auteur païen tardo-antique. Cette admiration ne fut pourtant pas sa poser des problèmes aux érudits chrétiens du Moyen Âge et de la Renaissance. Nous expliquerons d’abord, rapidement en introduction, les relectures médiévales des œuvres de Macrobe, avant d’en évoquer la postérité éditoriale à la Renaissance.

Les éditions de Macrobe : des incunables aux éditions humanistes

Macrobe au Moyen Âge.

Avant d’aborder précisément la période qui nous concerne, il m’a semblé utile d’évoquer le passage de Macrobe entre les mains médiévales. En effet, le Moyen Âge a réservé un traitement souvent sans pitié pour les auteurs tardifs païens, ignorés, détournés ou démembrés pour correspondre aux attentes du nouveau public médiéval. Il s’agit seulement ici de faire un rapide compte-rendu de la place de Macrobe dans les bibliothèques du Moyen Âge. Je me suis appuyé sur deux ouvrages majeurs : celui de Barker-Benfield et celui d’Irène Caiazzo2.

On y apprend qu’entre le IXe et le XVe siècle, 133 manuscrits des Saturnales circulaient, et 230 du Commentaire et que, pour le seul XVe s., 61 manuscrits des Saturnales avaient été produits et 40 du Commentaire. On constate, grâce à la recension scrupuleuse de Barker-Benfield, que les XIe et XIIe s. furent les plus prolifiques en mss du Commentaire (106 mss pour le XIIe) car l’école de Chartres s’intéresse de près au néoplatonisme et que Macrobe est, à cette époque, la source principale.

Le manuscrit le plus ancien à notre disposition est celui que possédait Loup de Ferrières, daté du début du IXe s. : il s’agit du Paris, BNF, 6370. On y trouve les deux livres du Commentaire et un court extrait des Saturnales.

Image 1 : Ms. Loup de Ferrière (Paris, BNF, Lat. 6370), IXe s., fol. 89v.
Source : Gallica

 

Image 2 : Ms. Loup de Ferrière (Paris, BNF, Lat. 6370), IXe s., fol. 112r
Source : Gallica

Au Moyen Âge, en effet, ce sont surtout des florilèges qui sont recopiés car le texte de Macrobe est abordé dans une dimension purement utilitaire : il est une source inépuisable de savoirs et permet la recombinaison des diverses thématiques qu’il aborde. Les quatre pages ci-dessous proviennent d’un manuscrit du Xe siècle, qui contient des extraits de Bède, Augustin, Macrobe (extrait du livre I du Commentaire) ou encore Martianus Capella, à propos d’astronomie. Ce très rapide aperçu des manuscrits de Macrobe a permis, je l’espère, de montrer la grande vitalité et la popularité de ses textes, depuis la fin de l’Antiquité, jusqu’au XVe siècle. Il convient désormais d’aborder la question des incunables avant d’étudier la place de Macrobe à la Renaissance.

Image 3 : Ms. Strasbourg, BNU, Lat. 326, Xe s., fol. 132
Source : Gallica

 

Ms. Strasbourg, BNU, Lat. 326, Xe s., fol. 133
Source : Gallica

Les incunables : le sauvetage de l’œuvre de Macrobe

Au Moyen Âge, les copistes voyaient dans les florilèges le moyen d’avoir accès au savoir d’un auteur sans en aborder le contenu doctrinal – il ne fit jamais aucun doute que Macrobe fût païen – ; mais, au XVe siècle, un vif engouement pour les œuvres intégrales se fit sentir et l’on délaissa en partie les florilèges, dont la fonction purement utilitaire nuisait à l’érudition que se fixaient les hommes de ce siècle.

Macrobe n’échappa guère à cette tendance car il permettait d’assouvir la curiosité pour la mythographie et l’interprétation virgilienne des érudits du XVe s.. En Italie, donc, à la fin du XVe, toutes les éditions de Macrobe comprenaient à la fois les Saturnales et le Commentaire. Ces deux textes étaient considérés comme un tout, comme une unité de sens, qui ne pouvait circuler que sous cette forme complète, au risque d’en perdre la richesse. La première édition de Macrobe fut imprimée en 1472, à Venise. Cette édition, établie dans les ateliers vénitiens de Nicolas Jenson, et dont nous ignorons l’éditeur, est aujourd’hui considérée comme l’édition princeps. Une édition de 1468 aurait existé, si l’on en croit un éditeur du XVIIIe s. (Ernesti), mais demeure introuvable et on la considère, faute de mieux, comme une édition fantôme.

Il existe cinq incunables des œuvres de Macrobe, ce qui témoigne de la grande vitalité de la circulation de ses textes et, partant, de l’intérêt qui lui était porté, étant donné que tous s’échelonnent entre 1472 et 1500.

Le premier incunable date de 1472, nous l’avons dit : il ne comporte aucune note, aucune inscription marginale, et aucune mention de l’éditeur (le nom de l’imprimeur n’est mentionné que dans le colophon). Dans cette édition, il y a des blancs pour les schémas – déterminants dans le Commentaire – et pour les parties en grec. Ci-dessous, apparaît par exemple un passage du Commentaire au Songe de Scipion (Comm. 2, 9, 7), dans lequel un espace est laissé blanc pour y reproduire un schéma de la terre, et l’on lit : omnia haec ante oculos locare potest descriptio (« tout cela, la figure peut le placer devant les yeux »).

 

Image 5 : Édition chez Jenson en 1472, feuillet 35v (= Comm. 2, 9, 7)
Source : MDZ

La traduction de descriptio par « figure » nous est soufflée par un bel article de Delphine Acolat : « Du texte à la carte et de la carte au texte : un rapport réciproque dans la transmission du savoir géographique à la fin de l’Antiquité », où elle montre bien le caractère indissociable du schéma dessiné et du texte dans les ouvrages savants. Il est intéressant de noter que Macrobe avait pensé son texte en lien direct avec le schéma, comme le montre la mention ante oculos : pourtant, dans l’édition de 1472, les blancs ne sont pas complétés et cet incunable, qui ouvre la voie à tant d’autres éditions, demeure moins complet que certains manuscrits médiévaux. Je vous ai d’ailleurs reproduit un manuscrit du Xe s., au même endroit que le précédent (Commentaire 2, 9, 7) pour vous montrer à quoi pouvait ressembler le schéma qui aurait dû se trouver dans notre incunable de 1472.

Image 6 : Ms. Rome, BAV, Pal. Lat. 1341, Xe s., fol. 86v

Les deux incunables suivants datent de 1483 et 1485 et sont les plus complets de la série : ils contiennent de nombreuses notes et des schémas d’une précision inégalée. En effet, au XVIe siècle, la qualité des schémas, et en particulier des mappemondes diminua car non seulement les découvertes scientifiques n’étaient jamais prises en compte (sauf une édition en 1535 qui redessine les contours de l’Afrique), mais qu’il y avait aussi de nombreux oublis. Ces deux incunables ont été réalisés par Boninus de Boninis. Sur l’image, on remarque le souci du détail de cette édition, qui fit longtemps référence en termes de qualité des schémas.

Image 7 : Édition chez Bonino de Boninis, 1485, feuillet 45r (Comm. 2, 9, 7)
Source : MDZ

En 1492, une nouvelle édition paraît, très inspirée de la précédente (mais l’éditeur est différent) : y sont reproduits les schémas de l’édition de 1485 mais les noms sont moins lisibles (EVROPA est presque illisible) et parfois même fautifs. Une dernière paraît en 1500 : les schémas sont encore plus pauvres, comme on le voit ci-dessous, mais serviront de base aux éditions suivantes.

Image 8 : Édition chez Filippo Pinzi, 1500 (Comm. 2, 9, 7)
Source : MDZ

Au XVe siècle, donc, les incunables ont fait les beaux jours de Macrobe, dont l’érudition en matière géographique, mythographique et savante en général, séduisait les premiers humanistes. J’ai largement abordé la question des incunables car les éditions humanistes du XVIe étaient très dépendantes de ceux-ci : enfin, pour comprendre la réception de Macrobe et la lecture qui en était faite, il me semblait important de savoir ce qu’il restait de Macrobe au XVIe siècle.

Le succès éditorial de Macrobe au XVIe siècle

Pour cette partie plus qu’ailleurs, j’aimerais rendre un hommage appuyé au livre de Stéphanie Lecompte, La chaîne d’or des poètes. Présence de Macrobe dans l’Europe humaniste (Genève, 2009), qui m’a été d’un précieux secours. Le travail qu’elle y a accompli est riche : elle publie les préfaces des éditions, en offre des traductions complètes et a parcouru la plupart des éditions humanistes de Macrobe.

Si le XVe siècle vit naître un vif intérêt pour Macrobe, le XVIe siècle fut sans doute l’apogée de l’attention portée à cet auteur, qui dépassait la simple curiosité d’antiquaire. En effet, pas moins de 28 éditions circulaient à la fin du XVIe siècle, et 33 si l’on compte les incunables, ce qui témoigne de l’enthousiasme pour cet auteur. Avant de nous interroger sur la raison de cet enthousiasme, il convient de proposer un panorama des éditions humanistes, avec leur intérêt et leurs limites.

Le XVIe s. fut le siècle des œuvres intégrales, nous l’avons dit, mais aussi celui des bibliothèques : aussi était-il de bon ton, pour un humaniste, de posséder certains auteurs. On pense évidemment à Virgile, à Ovide, mais Macrobe figurait parmi ces auteurs choisis : Pierre Pithou, par exemple, qui n’édita jamais Macrobe, possédait toutefois quatre manuscrits de Macrobe et plusieurs éditions. Il contribua, à sa façon, à l’histoire du texte de Macrobe. Lui qui lisait cet auteur avec assiduité nous laissa quantité de notes, d’annotations et de réflexions à son sujet. Avant de commencer, j’aimerais vous proposer une carte de la répartition des éditions de Macrobe, pour signaler les grands centres ou pôles qui permirent la diffusion de cet auteur en Europe. Sur cette carte, on remarque deux grands pôles d’intérêt : le premier est en France, entre Lyon et Paris, nous y reviendrons, et le second est en Italie (en particulier dans les ateliers vénitiens). On trouve toutefois des éditions en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas, témoignage de la circulation des éditions, des textes, des idées et des centres d’intérêt. Et l’on constatera également, en comparant cette carte avec les dates d’édition, qu’il y eut de « effets de mode », que l’on explique aisément par la présence de tel Humaniste dans une ville. On verra que c’est particulièrement vrai pour les éditions lyonnaises.

Carte 1 : Répartition des éditions en Europe

Même si c’est en France que fut publié Macrobe le plus souvent, c’est l’Italie qui initia les premières éditions du XVIe siècle : c’est en effet à Brescia et à Venise que furent publiées les deux premières éditions de Macrobe. La première, en 1501 fut élaborée par Pylade et Taberio de Brescia, deux professeurs et grammairiens qui s’enorgueillissent, dans leur préface, d’avoir sauvé Macrobe de l’oubli. Ci-dessous sont reproduits les deux textes liminaires3 mais c’est surtout le second qui m’intéresse : « Macrobe aux lecteurs. Moi, Macrobe, jadis mutilé et grossi par pléthore d’erreurs, moi que personne ne devait lire, ou presque, voici maintenant qu’on me lit, rendu à moi-même par le soin et le travail importants de Taberio et Pylade ».

Image 9 : “Praefatio” de l’édition de Pylade et Taberio, de Brescia en 1501

Dans ce texte, les éditeurs font parler Macrobe. L’auteur remercie les éditeurs de lui avoir rendu sa forme originale et d’avoir corrigé les erreurs accumulées. Cette prosopopée est d’autant plus intéressante qu’elle suit le 1er texte dans lequel les éditeurs se targuent d’avoir corrigé plusquam ter mille errores (« plus de 3000 erreurs »). L’édition de Brescia exagère sans doute un peu son importance lorsqu’elle affirme que « presque personne ne devait plus » le lire : nous avons vu qu’au XVe s. et au Moyen Âge, les textes avaient largement circulé. Par ailleurs, les deux éditeurs n’eurent pas recours aux manuscrits pour faire des recensions ; pas plus, d’ailleurs, que l’édition suivant de 1513, qui est une révision de celle de 1501, par Joannes Rivius. Je vous propose une synthèse des éditions principales de Macrobe au XVIe siècle en reprenant les données collectées par Stéphanie Lecompte (op. cit., p. 35-36). Celles qui ne sont pas reproduites dans le tableau sont soit des réimpressions sans modifications majeures, soit des éditions plus confidentielles, qui n’eurent pas un grand retentissement dans le paysage humaniste.

Année

Lieu

Imprimeur

Commentateur/éditeur

1501

Brescia

A. Britannicus

Pylade et Giovanni Taberio de Brescia

1513

Venise

L. Giunta

Joannes Rivius

1519

Paris

Josse Bade

J. Rivius et J. Bade

1521

Venise

J. De Tridino

Niccolo Angeli

1521

Cologne

E. Cervicornus

Arnold Haldrein beaucoup de réimpressions

1524

Paris

J. Bade

J. Bade texte revu et index détaillé

1526

Cologne

E. Cervicornus

A. Haldrein beaucoup de notes et d’interventions

1532

Lyon

Sébastien Gryphe

Éditeur inconnu

1535

Bâle

J. Herwagen

Joachim Camerarius

1538

Lyon

S. Gryphe

Rabelais (+ éd. en 1542, 48, 50, 56, 60, 60, 85 et 97)

1585

Paris

Henri Estienne

H. Estienne

1597

Leyde

F. Raphelengius

Jacob Isaak Pontanus

Donc, en 1515 et 1516, il y eut deux réimpressions à Paris de l’édition de Rivius de 1513, et une édition de Niccolo degli Angeli, à Florence. Ce dernier proposa une autre édition en 1521 à Venise, en compilant deux éditions de Rivius, celle de 1513 et une de 1519, dans laquelle Rivius, associé à Josse Bade, propose de légères variations… Cette édition Rivius-Bade de 1519 est importante car elle inspira Josse Bade seul pour faire une édition très personnelle. Josse Bade revit le texte, et ajouta un index très détaillé, ce qui enrichit prodigieusement l’édition.

Une autre édition, en 1521, est à signaler, celle d’Arnold Haldrein, qui fut réimprimée un grand nombre de fois. Ce même Arnold Haldrein fut à l’origine de plusieurs éditions déterminantes dans l’histoire du texte de Macrobe : en 1526, il édita une version du texte de Macrobe qui marqua une étape majeure dans l’établissement du texte car il proposait nombre de notes et surtout quelques interventions. L’année suivante, fort de son succès, il réimprima son édition de 1526. Je mentionne rapidement celle de 1528, par Donat de Vérone, qui vaut plus pour sa préface que pour sa richesse philologique. Ces éditions de 1526/27 eurent un retentissement très important et fort long : en 1535, Camerarius, à Bâle, s’en inspira et les compléta. Mais elles permirent surtout toutes les éditions lyonnaises. La première est celle imprimée par Sébastien Gryphe, dont on ignore l’éditeur. Il y eut huit autres éditions à Lyon par Sébastien (ou Antoine) Gryphe et éditées par Rabelais, entre 1538 et 1585. Elles s’inspirent toutes de l’édition de Camerarius de 1535, avec quelques ajouts/annotations.

On n’est guère étonnés que Rabelais se soit intéressé de si près à Macrobe : dans ses éditions, les notes trahissent l’intérêt de Rabelais – que l’on retrouve dans ses « mythologies pantagruelicques » – pour la mythologie, la fable, la cosmogonie… Mireille Huchon a d’ailleurs plusieurs fois montré le rôle majeur de Macrobe dans l’écriture de plusieurs de ses textes4.

Elle montre que Rabelais connaissait parfaitement Macrobe et l’éditait pour faire circuler l’œuvre de cet érudit tardo-antique, mais aussi pour approfondir sa propre connaissance de l’œuvre. Rabelais, d’ailleurs, fit voyager Macrobe de Lyon à Genève, où il proposa une édition en 1597. À Lyon, d’ailleurs, d’autres s’intéressèrent à Macrobe, étant donné que Girolamo Scoto en proposa une édition en 1570 (on ignore qui fut l’éditeur). La famille Gryphe, établie à Lyon, fit circuler le texte jusqu’à Venise, puisque Jean Gryphe l’édita en 1565 et en 1574.

Il reste à traiter les deux dernières éditions, celle d’Henri Estienne, en 1585, dans laquelle il rend hommage à celle de 1535. La dernière est celle de Jacob Isaak Pontanus, en 1597. Elle est la plus complète car elle reprend tout ce qui avait été fait précédemment : elle est la seule édition à reproduire aussi le traité De verbo, faisant de cette édition, la première et dernière édition complète des œuvres de Macrobe au XVIe.

Ce panorama synthétique des éditions de Macrobe à la Renaissance a permis, je l’espère, de mettre en évidence le dialogue des éditions entre elles, les échanges entre les éditeurs, mais aussi les effets de mode, qui tiennent parfois à l’intérêt d’un humaniste pour cet auteur – on pense bien sûr à Rabelais. Ces échanges, ces hommages et ces progrès successifs ne sont pas sans rappeler la conception même de Macrobe de la littérature, qui fonctionne par ajouts successifs, par compilation et par aemulatio. L’aemulatio désigne la compétition féconde qui, sur le principe du chant amébée – si l’on voulait, à notre tour, rendre hommage à Virgile –, met aux prises deux hommes de lettres, le second voulant dépasser le premier.

Si l’on a ainsi bien saisi la profusion des éditions de Macrobe à la Renaissance, et que l’on a touché du doigt l’intérêt que pouvaient porter les Humanistes à l’encyclopédiste, il nous faut désormais entrer dans le détail et nous interroger sur les raisons de l’enthousiasme autour des œuvres de Macrobe.

La suite de cette communication est en ligne sur le Carnet de Recherche Mythologia.

Pour citer ce billet : Nicolas Cavuoto-Denis, “La fortune de Macrobe à la Renaissance (1/2). Macrobe et son œuvre, des incunables aux humanistes”, L’Information philologique : construire une bibliographie des sources antiques et de l’histoire des idées (Carnet de recherche ISSN 2492-9980), https://iphi.hypotheses.org/1404, mis en ligne le 07/03/2023.



Citer ce billet
Nicolas Cavuoto-Denis (2023, 7 mars). La fortune de Macrobe à la Renaissance (1/2). L'information philologique. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qelp

  1. Macrobe, Commentaire au Songe de Scipion, M. Armisen-Marchetti (éd.), 2 vol., Paris, 2001 (t. 1) et 2003 (t. 2) ; Macrobe, Saturnales, t. 2, livres 2 et 3, B. Goldlust (l. 2 et 3), Y. Berthelet, N. Cavuoto-Denis, Th. Guard, B. Poulle et C. Sensal (l. 3), Paris, CUF, 2021 ; Macrobe, De uerborum Graeci et Latini differentiis et societatibus, P. di Paolis (éd.), Urbino, 1990. []
  2. Barker-Benfield, B. C., The Manuscripts of Macrobius’ “Commentary on the Somnium Scipionis”, Oxford, 1975, et Caiazzo, I., Lectures médiévales de Macrobe. Les Glosae Colonienses super Macrobium, Paris, 2002. []
  3. 1er texte : « Le livre de Macrobe sur le Songe de Scipion et sur les Saturnales ont retrouvé leur éclat, grâce à une très grande attention. On y a corrigé plus de 3000 erreurs et le grec, qui manquait dans les éditions d’autrefois, a presque été rétabli dans tous les passages. » []
  4. Huchon, M., « Mythologies pantagruéliques », ALLE [en ligne]. []

Nicolas Cavuoto-Denis

Agrégé de lettres classiques et docteur en langue et littérature anciennes, Nicolas Cavuoto-Denis fait des recherches qui concernent principalement la littérature latine de l’Antiquité tardive (Symmaque, Macrobe, Sidoine Apollinaire, Cassiodore...). Il est rattaché à l'Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité (UR 4011), de Besançon (Université de Franche-Comté)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search