Le « Fragmentum Muratorianum »

Certains textes de l’Antiquité nous ont été révélés par des voies pour le moins hétérodoxes, au hasard de trouvailles inattendues ou d’études connexes. Ils passent bien souvent inaperçus jusqu’au jour où l’on prend conscience de leur importance. Pour peu qu’ils soient fragmentaires, que leur copie soit fautive, que leur sujet, surtout, soit polémique, que leur auteur tout comme leur titre nous soient inconnus, et voilà que l’encre coule, pour le plus grand progrès de la science. Il revient au bibliographe de faire le tri des diverses informations ayant trait audit texte et à son auteur, et de faire la liste puis l’ordonnancement des publications afin que d’autres chercheurs fassent progresser encore l’étude du sujet en ayant une connaissance précise de ce que leurs prédécesseurs ont déjà accompli avant eux.
Mais l’assistance que le bibliographe procure bien volontiers au chercheur s’apparente parfois à une Via crucis, tant les positions des différents chercheurs évoluent, s’opposent, s’affinent ou révèlent le désir d’originalité de leur auteur.
Il en est ainsi d’un fragment de texte latin, contenu sur les folios 10 et 11recto du ms. Milano, Biblioteca Ambrosiana, I 101 sup.  : le folio 10 contient, sur chaque face, 31 lignes d’écriture, et le folio 11 recto 23 lignes, suivies d’un fragment de saint Ambroise. Le texte est acéphale, et son auteur, tout comme son titre, nous sont inconnus. Le manuscrit semble dater du VIIe ou du VIIIe siècle.

Portrait de Lodovico Antonio Muratori

Portrait de Lodovico Antonio Muratori

Il fut découvert par Lodovico Antonio Muratori (1672-1750), éminent historien et philologue italien, qui en donna la première édition en 1740.


Antiquitates italicae medii aevi, sive dissertationes… auctore Ludovico Antonio Muratorio Serenissimi Ducis Mutinae bibliothecae praefecto. Tomus tertius. Mediolani, 1740, ex typographia Societatis Palatinae, col. 851-856.


L’érudit, par la publication de ce fragment, cherchait à illustrer son propos sur les textes médiévaux rédigés en un latin dont il déplorait qu’ils fussent pleins d’erreurs et d’horreurs « ad nauseam usque » (« erroribus ac sordibus ad nauseam usque repletos »). Dans une introduction de deux colonnes environ, Muratori présente sa découverte, décrit son contenu – il y reconnaît un commentaire sur les textes canoniques du Nouveau Testament – et propose de l’attribuer, arguments et témoignages à l’appui, à un certain Gaius (ou Caius) Romanus presbyter (IIe siècle). Suit l’édition proprement dite sous le titre : « Fragmentum acephalum Caji, ut videtur, Romani Presbyteri, qui circiter Annum Christi 196. floruit, de Canone sacrarum Scripturarum. »
Au détour d’un commentaire sur les fautes trouvées dans les manuscrits latins, se trouvait publié – l’auteur avait-il seulement conscience de l’importance de sa découverte ? – le plus ancien témoin d’une liste canonique des écrits néotestamentaires !

Fac-similé tiré de l'édition de S.P. Tregelles (1867)

Fac-similé tiré de l’édition de S.P. Tregelles (1867)

Comme on se l’imagine aisément, la trouvaille, une fois repérée, donna lieu à d’innombrables commentaires. En 1867, Samuel P. Tregelles listait déjà 38 publications relatives au fragment, dont la moitié précisément donne une transcription du texte, sans inclure celle qu’il fournissait lui-même.


Canon Muratorianus : the earliest Catalogue of the Books of the New Testament, ed. with notes and a facsimile of the Ms. in the Ambrosian Library at Milan by Samuel Prideaux Tregelles, Oxford Clarendon Press, 1867.


Il y a quelques années, Geoffrey M. Hahneman a rassemblé la documentation relative à ce fragment. Il souligne en particulier les polémiques autour de l’identité de l’auteur et relève qu’il fut attribué successivement à : Gaius Romanus presbyter (Muratori, 1740) ; Papias (De Magistris, 1772) ; Hegesippus (Bunsen, 1854) ; Hippolyte (Lightfoot, 1889) ; Polycrate d’Éphèse (Kühn, 1892) ; Rhodon, Victor I ou Zephyrinus (Harnack, 1900) ; Clément d’Alexandrie (Chapman, 1904) ; Melito (Bartlet, 1906). Plus récemment encore, le fragment fut même attribué à Victorin de Pettau (Armstrong, 2008).


Hahneman, Geoffrey Mark, The Muratorian Fragment and the Development of the Canon, Clarendon Press, Oxford, 1992.


La communauté scientifique semblait s’accorder à peu près sur un texte originellement grec (et désormais perdu) composé au tournant des IIe et IIIe siècles, puis traduit en latin au IVe siècle. G. M. Hahneman propose une composition au IVe siècle, dans la région de Syrie/Palestine.

La découverte en 1897 d’un Prologue aux Épîtres pauliniennes contenu dans quatre manuscrits du monastère bénédictin de Monte-Cassino (mss 235, 349, 535 et 552, datés des XIe-XIIe siècles) pose de nouvelles questions. Ce Prologue anonyme est un texte latin présentant les Épîtres, et contenant des passages entiers du fragment milanais. La question qui se pose alors est celle de la nature du fragment de Muratori : est-ce la traduction d’un texte original, repris par d’autres, ou d’un extrait de texte, une paraphrase ou une adaptation ?

Pour le bibliographe, qui cherche à répertorier au mieux le texte afin qu’il soit aisé d’accéder à sa bibliographie, ce fragment réunit à lui seul toutes les difficultés : auteur non seulement anonyme, mais largement controversé ; date incertaine ; titre inexistant ; origine du texte imprécise. L’ironie de l’histoire veut qu’il soit, dans le même temps, un texte fondamental de l’histoire du Nouveau Testament, l’un des livres les plus lus au monde. Faute de pouvoir choisir entre les nombreuses attributions, le texte devra être classé dans une catégorie d’œuvres anonymes intitulée Christiana varia. Chaque éditeur ou commentateur du texte le nomme d’une manière différente. On rencontre souvent la désignation de « Fragmentum Muratorianum », en latin (conformément à l’usage de la Clavis Patrum Latinorum, n° 83a) ou en langue vernaculaire. On en déplore le manque d’indication sur le contenu du texte, qui paraît réservé aux initiés. Quant à son autre appellation courante « Canon Muratorianus », si elle rend un juste hommage à son inventeur et aborde le contenu, elle prête à confusion puisqu’il s’agit d’une proposition de Canon des Écritures datant plus ou moins de la période de fixation définitive et qui ne correspond pas exactement avec le Canon qui sera fixé au Concile de Rome (382). En cela, il entre dans les écrits polémiques et les sujets à controverse. Plus sage était le titre donné par Muratori lui-même : « Fragmentum acephalum de canone sacrarum Scripturarum », ou celui de la Patrologia Latina : « Fragmentum acephalum incerti scriptori de canone SS. Scripturarum » (PL III, col. 181-202). En définitive, pour le chercheur en quête d’information, l’appellation « Fragmentum Muratorianum de canone Noui Testamenti » nous paraît être la plus précise : elle rend compte de l’état du texte, commémore son inventeur et désigne avec précision son contenu.


Laurent Capron

Docteur en études grecques (spécialité Papyrologie) Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme ancien ; Hagiographie

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Laurent Capron dit :

    Chers collègues,
    Merci pour votre soutien. Cela nous donne à tous l’envie de continuer à publier nos billets, et de faire connaître davantage les trésors cachés de la littérature gréco-latine.
    L.C.

Répondre à Laurent Capron Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search