L'”Anonymus Veronensis”

Le texte antique ne transite jamais intact du manuscrit original à l’édition critique. On peut même postuler souvent qu’une édition critique n’est pas un état d’un texte, mais bien un nouveau texte, un artefact éditorial reconstitué à partir de traces plus ou moins bien sauvegardées.

Ce cas est bien connu. Un peu différent est celui du texte non pas reconstitué ou recréé mais inventé de toutes pièces par l’éditeur moderne – au sens où il n’a jamais été pensé par son auteur attribué comme un texte propre avec une cohérence spécifique. La publication pose alors un vrai problème bibliographique. Doit-elle être signalée comme un nouveau texte, comme un faux texte ? Quel nom lui donner ? Et la difficulté redouble lorsqu’il s’agit d’un ensemble anonyme.

C’est en ayant tout ceci à l’esprit qu’il faut aborder le cas alléchant de l’ « Anonymus Veronensis. » Un quidam confiant dans la nature humaine se laisserait facilement berner par ce nom d’une latinité qui fleure bon le codex carolingien. On devine de doux folios, peut-être enluminés, recueillant le dépôt savant, poétique ou fort spirituel d’un auteur dont hélas l’histoire n’a pas transmis le nom…

Cessons cette fantasmagorie car il n’en est rien : l’Anonyme de Vérone n’existe pas, que l’on désigne par cette expression une personne ou un texte. Il n’est signalé ni dans le Thesaurus Linguae Latinae, ni dans la Clavis des pères latins, ni dans les index hagiographiques, ni dans aucun catalogue spécialisé de quelque nature que ce soit. Pas plus dans les catalogues des manuscrits de la Biblioteca Capitolare de Vérone.

Et pourtant l’Anonymus Veronensis est référencé dans plusieurs bases de données généralistes et signalé par de grands instruments de catalogage dont le sérieux n’est pas à mettre en doute.

Voici par exemple sa notice dans le fichier d’autorité de la Bnf :

Anonymus Veronensis forme internationale Langue(s) : latin
Responsabilité(s) exercée(s) sur les documents : Auteur Forme(s) rejetée(s) :
< Anonimo Veronese Source(s) :
Anonymi Veronensis homiliae XI / ed. critica a cura di Giuseppe Sobrero, [1992]
Consultée(s) en vain :
Potthast ; DACL (article Vérone) ; DTC ; DHGE ; Dict. spiritualité ; Année philol. ; Clavis SGL

Notice n° : FRBNF12309443
Création : 93/05/06        Mise à jour : 93/08/19

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb12309443h/PUBLIC

En réalité, une recherche un peu attentive montre que toutes les notices trouvées renvoient à ce même fichier d’autorité de la BnF, qui à son tour n’a qu’une seule véritable source : la liste d’auteurs antiques de L’Année philologique. L’Anonyme de Vérone a été « inventé » très exactement en 1993, date de parution du tome 64 de L’Année philologique dans lequel on lit sous cette entrée le signalement bibliographique suivant :

Omelie mistagogiche e catechetiche / Anonimo Veronese, ed. critica e studio a cura di Giuseppe Sobrero. Roma : C.L.V. Ed. Liturgiche, 1992. 382 p. 3 index. (Bibliotheca Ephemerides liturgicae Subsidia ; 66) (Monumenta Italiae liturgica ; 1). • éd. et trad. de 11 homélies faussement attribuées à Augustin : PL 39, 2183-2184 ; 39, 2185-2187 ; 39, 2187-2188 ; 39, 1981 ; 40, 1207-1210 = 57, 771-774 ; 40, 1209-1212 = 57, 775-778 ; 40, 1211-1214 = 57, 777-782 ; PLS 2, 1266-1269 ; 2, 1269-1272 ; 2, 1272-1274 ; PL 39, 1961-1962. || BLE 94 1993 154-155 A.-G. Martimort. | RSLR 1994 30 (3) : 651 Valerio Ferrua.

[64-00195

Brisons cet intolérable suspense : l’Anonymus Veronensis est un artefact créé par le bibliographe zélé soucieux de faire entrer dans une case présentable un ovni éditorial. G. Sobrero, désireux de faire un sort critique à une série de 10 homélies d’attributions douteuses qui ont pour seul point commun d’être toutes réunies dans le ms. Vérone, Bibl. Capitolare, LIX (57), 6e/ 7e s. (mais qu’on trouve également dispersées dans d’autres manuscrits !) a jugé bon d’attribuer à son travail la mention de responsabilité Anonimo Veronese ; c’est cette mention qui a induit en erreur le premier chaînon de la liste, le rédacteur de L’Année philologique dont les fichiers d’autorités ont ensuite repris la notice sans sourciller.

L’épilogue de cette petite enquête est proche. S’il est certain dans le cas d’espèce que l’appellation Anonymus Veronensis doit bien être abandonnée, la question de savoir comment désigner cet objet reste posée. Ce n’est pas parce que l’éditeur de ce livre a cru bon de créer ex nihilo une mention de responsabilité qu’il faut nécessairement en produire une. Nous avons affaire à une anthologie, réunie par le hasard d’un manuscrit, mais qui n’est même pas coextensive ni propre à ce manuscrit comme c’est le cas pour tous les florilèges célèbres qui n’ont d’unité que « locale ». On ne peut donc s’appuyer ni sur un auteur, ni sur un objet pour l’identifier. Reste sa thématique : il s’agit d’une collection d’homélies. Donc de textes proprement théologiques. Une rubrique collective de type Theologica nous semble ainsi parfaitement appropriée pour indexer un tel document, et fournit en tout état de cause une information plus complète et plus fiable pour peu qu’on l’accompagne des descripteurs adéquats.

 

N. B. (mise à jour le 09/11/2015) : L’édition italienne augmentée du DPAC (Nuovo Dizionario patristico e di antichità cristiane, 2006) signale l’Anonimo Veronese de la façon suivante : “sotto questo nome figurano undici omelie scritte probabilmente a Verona alla metà del VI sec.” (col. 328t. 1) Il est amusant de constater que, alors même que la notule fait état des difficultés d’attribution de ces homélies à un seul auteur du fait de la présence, notamment, de l’une d’elle à l’identique dans le corpus du Pseudo-Augustin, son responsable, S. Samulowitz, s’autorise tout de même à attribuer un certain nombre de qualités (assez vagues du reste) à leur hypothétique auteur, comme le fait d’être “colto e pieno di zelo pastorale”… Le fait que ces dix ou onze sermons (même le nombre de ceux à isoler n’est pas fixe d’un chercheur à l’autre) soient attribuables à un seul auteur est douteux. Les tentatives répétées de rattachement au pseudo-Augustin sont une trace d’une frénésie d’attribution univoque qui ne tient pas compte d’usages historiques bien connus, comme la réunion de textes variés à des fins catéchuménales ou pastorales. Ni C. Lambot (Le florilège augustinien de Vérone, RBén 79 (1969) 77-79), ni G. Sobrero ne tranchent en réalité de façon décisive cette question. Ce qui soulève sur le plan de la bibliographie une question intéressante : le bibliographe qui crée une forme d’autorité a une responsabilité quant à la réception et à la transmission d’un état de la science philologique. Rajouter un anonyme dans un fichier d’autorité alors même que les éléments probants sont faibles et que l’existence de cette autorité est contestable risque d’avoir des conséquences épistémologiques, en ce qu’elle confère le statut d’un résultat à ce qui n’est en tout état de cause qu’une hypothèse, même intéressante, même heuristiquement séduisante. En l’occurrence, ne pas prendre parti pour le camp de doute est quasiment une faute professionnelle. Une des ambitions d’IPhiS est justement de proposer des fichiers d’autorité capables de faire état de façon lisible et claire des controverses d’attribution, ce qui, à notre connaissance, est encore à peu près inédit.


Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Otto Vervaart dit :

    Merci pour ce billet très instructif, à lire absolument! Notons en passant que l’inverse de ce cas existe aussi, et même assez souvent, l’attribution mediévale à un auteur plus ou moins connu d’un texte anonyme, pour donner plus d’autorité à ce texte. Le métier de ceux réponsables pour créer des catalogues et authority files est vraiment difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.