« Atthis » ou Les homonymes

Qu’arrive-t-il lorsqu’un genre littéraire donne son nom à un texte ? C’est un fait très commun dans l’Antiquité, qui explique, parmi d’autres phénomènes, à quel point il peut être difficile – et parfois impossible – d’attribuer a posteriori un titre correct à certaines œuvres. Tel est le cas des Atthides, ces textes historiques qui dès la période classique et jusqu’à l’hellénisme romain, narrent, en croisant récits locaux et mythes fondateurs, l’histoire d’Athènes et de l’Attique. (Cf. Storie di Atene, storia dei Greci : studi e ricerche di attidografia / a cura di Cinzia Bearzot, Franca Landucci. Milano : Vita e Pensiero, 2010, Contributi di storia antica ; 8.)

Ces textes nous sont pour beaucoup parvenus sous forme de fragments, que Felix Jacoby recense de façon quasiment exhaustive dans le volume 3 B des Fragmente der griechischen Historiker. Dans ce même ouvrage, Jacoby déplore l’habitude prise d’attribuer un peu sauvagement ces restes épars à des auteurs présumés, alors même que la rédaction d’Atthides est un exercice si répandu qu’il est complexe d’établir une liste fiable de ceux qui reviennent à l’un ou à l’autre. « Eine moderne « Atthis », die nicht nach autoren ordnet, ist wirklich ein sehr dringendes bedürfnis. » (FGrH 3B, Kom., p. 80) Ce sera d’ailleurs chose faite en 1949, avec la parution à Oxford d’Atthis : The local chronicles of ancient Athens. Dans cet ouvrage de référence, Jacoby synthétise ses thèses sur les atthidographes, et décide de n’en retenir que sept : Hellanicos de Lesbos, auteur au Ve siècle de la première véritable Atthide, dont s’inspirent par la suite Mélanthios, Kleidèmos, Androtion, Phanodèmos, Dèmon et Philochoros. C’est bien moins que la masse d’Atthides répertoriée par Jacoby lui-même dans le volume 3B des FGrH. Les critères de Jacoby dans Atthis sont en effet des critères littéraires techniques : sont atthidographes au sens propre des historiens, donc des prosateurs, auteurs de chroniques sur l’histoire locale de l’Attique.

Si l’on s’accorde sur ce point avec Jacoby, quel sort fera-t-on aux textes transmis également sous le titre d’Atthis mais qui n’appartiennent pas à la catégorie ainsi délimitée par le philologue ? C’est par exemple le cas de l’oeuvre d’Hegesinus, poète épique qu’on rattache habituellement à la période hellénistique, auteur d’un poème perdu, Atthis dont quelques vers sont cités par Pausanias (καὶ δὴ καὶ Ἡγησίνουϲ ἐπὶ τῶιδε ἐν τῆι Ἀτθίδι ἐποίησεν / Pausanias 9, 29, I).

Question subsidiaire qui s’impose à celui qui souhaite établir un fichier d’autorité lisible : comment faciliter la recherche entre les différentes Atthides et éviter de placer l’usager dans la situation délicate qui est la sienne la plupart du temps, lorsqu’il renseigne un peu rapidement la base de données qu’il consulte et qu’il se trouve confronté à six Atthis entre lesquelles il va falloir choisir ?

La seule solution viable suppose deux démarches parallèles : d’une part, le recours à des instruments fiables (le Jacoby en est un, mais il pourra être associé à plusieurs encyclopédies de référence, voire à des articles scientifiques pour une question aussi pointue) afin d’attribuer aux différents auteurs, non pas seulement un titre, Atthis, qui en l’occurrence ne sert à rien, mais un numéro de fragment voire un identifiant s’il en existe un ; d’autre part, le recours à des mots-clefs qui dans cet exemple peuvent servir à rattacher les auteurs concernés à la catégorie des atthidographes officiels, et à signaler les curiosités comme l’Atthis versifiée d’Hegesinus.

Ce qui aboutirait dans un monde idéal à la présentation suivante :

Hegesinus Epicus => Atthis-FGrH 331 / poème

Androtion => Atthis-FGrH 324 / atthidographie

Phanodemus => Atthis-FGrH 325 / atthidographie

etc…

Il s’agit là d’un travail minutieux et chronophage – mais comme le dit la sagesse des nations, il faut savoir perdre du temps pour plus tard en gagner…


Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *