Autorité et enjeux de pouvoir : quel auteur pour les « Carmina Marciana » ?

Donner un auteur à un texte qui en est dépourvu, ou dont l’attribution paraît douteuse, représente dans certains cas un travail de longue haleine. Les chercheurs qui s’y sont attelés un jour ou l’autre savent ce que cela suppose de patience pour déterminer si tel texte, parfois fragmentaire, correspond bien : au style de l’auteur présumé, analyses grammaticale, stylistique et lexicale à l’appui ; à la période à laquelle il est supposé avoir vécu ; à l’idéologie ou à la philosophie de celui auquel on l’attribue, etc. C’est un exercice difficile qui demande une familiarité particulière avec tel ou tel auteur, mais aussi nécessite d’aller chercher ailleurs que dans le texte les indices qui soutiennent l’hypothèse. Pour peu que l’auteur soit fameux, de nombreux collègues s’empresseront alors de contredire cette dernière pour apporter de nouveaux éléments qui feront avancer, ou non, la quête du nom de l’auteur.

Dans l’Antiquité, les choses étaient un peu différentes. Certains textes nous ont été transmis sans qu’il y ait lieu de remettre en cause l’auteur déclaré. Mais l’on sait que d’autres textes ont été attribués à des auteurs « prolifiques » de sorte que, sous leur nom, leur soit assurée une plus prestigieuse postérité. Dans d’autres cas encore, ne nous sont parvenus que des titres, attribués à tel ou tel auteur, et il arrive aussi que nos sources soient contradictoires. Ne parlons pas, enfin, des cas d’homonymie, fréquents dans l’Antiquité, à plus forte raison lorsque le nom de l’auteur est courant dans une localité donnée.

Mais il est un cas assez rare où un texte semble avoir trouvé un père à la hauteur des enjeux politiques du moment. C’est en tout cas l’hypothèse formulée par Federico Russo au sujet des Carmina Marciana, et qui mérite d’être regardée de près.


 Russo, Federico, « I Carmina Marciana e le tradizioni sui Marcii ». La Parola del Passato 2005 60 N° 340, p. 5-32.


Résumons la chose : les Carmina Marciana sont deux « poèmes », rapportés tous deux par Tite Live (Ab Vrbe condita, XXV, 12), le second l’étant aussi par Macrobe (Saturnalia, I, 17, 28) dans des termes quasiment identiques. Les textes sont transmis sans indication de fin de vers, et le mètre n’en est pas assuré, certains optant pour l’hexamètre, d’autres pour le saturnien. On ne les connaît donc qu’en prose…

Les deux auteurs s’accordent pour attribuer le second poème à un certain Marcius uates, « Marcius le devin ». Ce Marcius uates est nommé par plusieurs sources. Seul Sex. Pompeius Festus le nomme une fois Gnaeus Marcius (p. 162 L), mais il semble qu’il ne faille pas retenir ce praenomen.

Apollon du Belvédère

Apollon du Belvédère

Selon Tite-Live, le second poème – une divination, en fait – aurait été invoqué pour instituer les Ludi Apollinares, les Jeux Apollinaires, en 212 av. J.-C., au motif que le premier poème aurait annoncé la défaite de Rome dans la bataille de Cannes (Pouilles) en 216 et que les divinations dudit Marcius étaient donc dignes de foi : « ex huius Marci duobus carminibus alterius post rem actam editi comperto auctoritas euentu alteri quoque, cuius nondum tempus uenerat, adferebat fidem » (XXV, 12, 4).

Les textes auraient été trouvés par le préteur M. Aemilius, dont la famille, la gens Aemilia, prétendait descendre de Mamercus, fils de Numa Pompilius, ainsi nommé d’après le fils de Pythagore. D’autres traditions généalogiques, transmises en particulier par Plutarque (Vie de Numa), associent la gens Marcia à Numa Pompilius, mais aussi à Numa Marcius, premier pontifex maximus nommé par Numa Pompilius, dont il aurait épousé la fille Pompilia, et qui eut le futur roi Ancus Marcius pour fils. Sa fonction religieuse de pontifex maximus en fait un candidat tout désigné pour avoir prédit la création de jeux en l’honneur du dieu Apollon.

Par ailleurs, en 212 vivait encore Marcus Marcius († 210 av. J.-C.), rex sacrorum, dont la fonction religieuse et l’appartenance à la gens Marcia laissent penser qu’il a pu jouer un rôle dans l’institution des Ludi Apollinares.

Monnaie de type RRC 334/1, montrant, au revers, Numa sacrifiant à Apollon

Monnaie de type RRC 334/1, montrant, au revers, Numa sacrifiant à Apollon

Enfin, quelques témoignages numismatiques viennent renforcer le lien entre Numa Pompilius, la gens Marcia et Apollon : on relève en particulier les monnaies montrant Numa faisant un sacrifice à Apollon, ou les visages de Numa Pompilius et d’Ancus Marcius associés.

Le contexte historique n’est pas moins riche de renseignements. Nous sommes en 212 av. J.-C. Rome est alors en pleine guerre contre les Carthaginois et Tarente a fait défection aux Romains pour s’allier aux Carthaginois. La divinité tutélaire de Tarente, ville qui diffusa largement le pythagorisme en Italie, n’est autre qu’Apollon.

Monnaie montrant, au revers, un attelage de "desultor"

Monnaie montrant, au revers, un attelage de “desultor”

Or, les Ludi Apollinares prévoient, entre autres épreuves, une compétition de desultores, ces cavaliers qui, sur un attelage de deux chevaux, doivent passer de l’un à l’autre cheval en pleine course. Ces desultores rappellent immanquablement les ἄμφιπποι, les attelages doubles, célèbres à Tarente. On trouve notamment une illustration de ces desultores au revers de monnaies portant au droit les portraits de Numa Pompilius et d’Ancus Marcius.

L’institution des Ludi Apollinares paraît donc comme la récupération du culte apollinien de Tarente à Rome, et de la philosophie qui y est associée, en se référant aux figures ancestrales des fondateurs de Rome. Et la gens Marcia, ou du moins certains de ses membres, semble y avoir joué un rôle primordial, en particulier par l’invocation des Carmina Marciana.

En fin de compte, l’identité de l’auteur de ces deux courts poèmes, de ces deux « divinations », n’est pas plus assuré après cette étude. Au contraire, il semble même qu’on ait, à l’époque, « trouvé » avec une heureuse coïncidence des écrits qui, s’ils servaient l’institution, servaient avant tout le prestige d’une famille. Le devin Marcius a probablement existé, mais lui attribuer la composition des deux poèmes est peut-être audacieux. Néanmoins, les Carmina Marciana sont nommés avec justesse, qu’ils soient l’œuvre de Marcius uates, ou le produit politique de la gens Marcia.


Extraits de Œuvres de Tite-Live : histoire romaine avec la traduction en français. Tome 1 / publiées sous la direction de M. Nisard, Paris, 1839, p. 678.


Carmen 1

Amnem, Troiugena, fuge Cannam, ne te alienigenae cogant in campo Diomedis conserere manus. sed neque credes tu mihi, donec compleris sanguine campum, multaque milia occisa tua deferet amnis in pontum magnum ex terra frugifera; piscibus atque auibus ferisque quae incolunt terras iis fuat esca caro tua; nam mihi ita Iuppiter fatus est.

« Fils d’Ilion, fuis, Romain, le fleuve Canna, de peur que des étrangers ne te forcent à combattre dans les plaines de Diomède. Mais tu ne me croiras pas, jusqu’à ce que ton sang ait inondé ces plaines; jusqu’à ce que le fleuve ait, de la terre fertile, porté dans la mer immense des milliers de tes cadavres, et que ta chair soit devenue la proie des poissons, des oiseaux et des bêtes qui habitent la terre. C’est là ce que j’ai appris de la bouche de Jupiter. »


Carmen 2

Hostes, Romani, si ex agro expellere uoltis, uomicam quae gentium uenit longe, Apollini uouendos censeo ludos qui quotannis comiter Apollini fiant; cum populus dederit ex publico partem, priuati uti conferant pro se atque suis; iis ludis faciendis praesit praetor is quis ius populo plebeique dabit summum; decemuiri Graeco ritu hostiis sacra faciant. hoc si recte facietis, gaudebitis semper fietque res uestra melior; nam is deum exstinguet perduelles uestros qui uestros campos pascit placide.

« Romains, si vous voulez chasser l’ennemi et le fléau que vous envoient les contrées lointaines, je vous conseille de vouer à Apollon des jeux qui, chaque année, seront célébrés en son honneur avec magnificence. Que chaque citoyen, lorsque le trésor public y aura contribué en partie, y contribue pour soi et pour les siens. À la célébration de ces jeux présidera le préteur, qui rendra la justice suprême au peuple et aux plébéiens. Que les décemvirs fassent des sacrifices selon les rites grecs. Si vous accomplissez exactement ces ordres, vous serez toujours heureux, et vos affaires deviendront meilleures, car ce dieu exterminera vos ennemis, qui se nourrissent tranquillement de vos champs. »


Laurent Capron

Docteur en études grecques (spécialité Papyrologie) Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme ancien ; Hagiographie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.