Séminaire d’initiation à la musique grecque antique : 1er semestre

Présentation du séminaire

Depuis une vingtaine d’années, la recherche dans le domaine de la musique de l’Antiquité gréco-romaine a connu un nouvel essor sous l’impulsion de quelques chercheurs internationalement renommés. Auparavant « niche » de la recherche réservée à quelques spécialistes, ce domaine est aujourd’hui un vaste terrain qui commence à se structurer, alliant les recherches sur la théorie musicale depuis l’Antiquité jusqu’à sa réception médiévale et moderne aux fouilles archéologiques et aux conditions sociales et historiques de la performance musicale, du déchiffrement des partitions à leur interprétation sur des reconstitutions d’instruments.

La bibliographie relative à ces recherches variées connaît en conséquence une réelle croissance exponentielle, comme en témoigne la base bibliographique de la société MOISA, où apparaît la grande variété des thématiques, y compris les plus nouvelles comme l’étude des paysages sonores, l’élargissement aux aires culturelles autres que le monde gréco-romain, et aux périodes antérieures et postérieures aux âges classiques, le croisement des champs disciplinaires, le lien entre la musique et les autres formes de création, notamment poétique, chorégraphique ou picturale.

Or, il faut reconnaître le défaut de visibilité de ce champ disciplinaire dans le milieu universitaire français. Il m’a donc semblé nécessaire de proposer aux étudiants en Master de l’ENS et du périmètre de PSL (avec validation) une initiation à la musique grecque antique. Mais j’ai souhaité qu’il soit ouvert à toute personne désireuse de découvrir ou de compléter sa connaissance de ce domaine si vaste. Par ailleurs, afin de répondre aux demandes de personnes éloignées de Paris, pour certaines à l’étranger, un format de séance en hybride (en présence et en visio-conférence) m’est apparu le moyen le plus aisé.

Ce séminaire de recherche a donc pour objectif de présenter la richesse des sources disponibles pour l’étude de la musique de l’Antiquité gréco-romaine, et les outils et méthodes pour les analyser. Ce domaine est en effet un vaste terrain dont il convient de mesurer l’étendue. L’objectif est ambitieux, et le contenu des séances ne saurait être exhaustif. Le séminaire est donc articulé autour de deux semestres de six et cinq séances respectivement. La séance d’introduction a été consacrée à l’état de la connaissance au début de l’époque moderne. Les séances suivantes ont consisté en une présentation des sources directes de la musique grecque antique d’après les sources littéraires, les traités et les documents musicaux ; le premier semestre s’est conclu sur les questions posées par les représentations iconographiques de la musique (https://calenda.org/1087331).

J’ai animé l’ensemble des séances du premier semestre, à l’exception de la dernière séance, partagée avec une intervenante invitée.

Séance du 27 septembre 2023 : Introduction méthodologique et histoire de la recherche en musique de l’Antiquité

Cette première séance avait plusieurs objectifs. Le premier était de donner des éléments de méthodologie pour l’étude de la musique grecque antique. J’ai créé pour ce faire une bibliothèque publique Zotero où la bibliographie relative aux séances est déposée. On y trouve autant des ouvrages généraux que des études spécialisées, selon les thèmes abordés pendant les séances.

Dans un second temps, j’ai présenté l’état de l’édition des textes dont le sujet était la musique antique, c’est-à-dire les traités musicaux ou les discours sur la musique, depuis le Dialogo della musica antica et della moderna de Vicenzo Galilei en 1581, œuvre fondamentale en langue vernaculaire qui a révélé au monde académique et au grand public le complexe système de la théorie musicale grecque, sa notation et ses premières partitions ; puis l’autre œuvre majeure de l’époque moderne que fut l’édition de Marcus Meibom en 1652, Antiquae musicae auctores septem. Graece et Latine, dans laquelle furent édités les traités de musique grecque notamment d’Aristoxène de Tarente, d’Aristide Quintilien, d’Euclide ou les tables d’Alypius.

L’édition de ces traités est encore absente de la prestigieuse Collection des universités de France des Belles-Lettres (collection Budé), du fait précisément de la nature très technique de leurs contenus. Ces œuvres n’en sont pourtant pas moins essentielles non seulement pour la compréhension de la connaissance de la musique antique, mais aussi en tant que partie d’un système épistémologique plus large, qui comprend les mathématiques, l’astronomie, la géométrie et, plus largement, la philosophie.

Trompe l’œil représentant une bibliothèque appartenant au P. Giambattista Martini (Conservatorio musicale, Bologne)

Malgré tout, les traités de musique grecque antique ont été recopiés au Moyen-Âge, ont connu une réception dans le milieu intellectuel de langue latine avec des auteurs bien connus comme Boèce ou Martianus Capella, ou Marsile Ficin pour les traductions de Platon, et ont été édités ou commentés dès la première modernité. En témoigne un curieux tableau qui a fait l’objet d’une analyse détaillée durant le séminaire, constitué de deux battants peints en trompe-l’œil et représentant des étagères de livres, aujourd’hui conservé au Museo internazionale e Biblioteca della musica de Bologne (inv. B 37700; B 33134; B 33135). On doit ce tableau au peintre Giuseppe Maria Crespi (1665-1747) ; au Couvent San Francesco de Bologne, il ornait un meuble placé dans la bibliothèque du P. Giambattista Martini (1706-1784).

Les livres qui sont peints sur ce tableau semblent n’avoir pas porté originellement de titre au dos, cet élément ayant été ajouté plus tardivement par un autre peintre, afin de personnaliser la collection d’ouvrages. La plupart d’entre aux avaient été correctement identifiés par Guy Shaked1, mais certains titres méritaient une correction ou un commentaire approfondi. L’ordre dans lequel les livres étaient placés, la réalité même de l’existence de ces livres, le choix des auteurs et des ouvrages retenus étaient autant d’éléments qui ont été analysés et contextualisés.

Séance du 11 octobre 2023 : Sources littéraires : quelques cas d’étude

La transmission de la musique grecque antique s’est faite jusqu’à nous d’abord et avant tout par les sources littéraires. Or, ces sources sont nombreuses, éparses et de nature différente. Outre les traités musicaux en eux-mêmes, il faut bien entendu compter les développements philosophiques liés s’appuyant sur la musique ou développant particulièrement le thème de la musique – on pense notamment au Timée de Platon – mais on ne doit pas oublier la littérature qui fourmille de références directes ou allusives au monde de la musique. Œuvre incontournable, le De Musica de Plutarque offre un aperçu historique de premier ordre pour la connaissance de l’évolution des pratiques musicales, quand bien même les sources invoquées sont à prendre avec précaution.

Par ailleurs, il faut avoir conscience de deux points importants au sujet de la musique grecque antique : les quelques textes qui nous sont parvenus sont étalés sur une période allant du IVe s. av. n. è. (Platon, Aristote) au IIIe s. de n. è. (Aristide Quintilien). Il s’est donc écoulé plus de sept siècles entre ces sources et l’on ne peut, dès lors, leur accorder la même valeur. D’ailleurs, Aristide Quintilien parle lui-même des « anciens » et des « très anciens » quand il évoque certaines époques reculées, sans que nous sachions à quelle période il fait référence.

Gustave Moreau, “Hésiode et la Muse” (Musée d’Orsay)

Autre point essentiel : ce qui nous est parvenu en matière de littérature musicale est fort réduit au regard de ce qui a été écrit. De Lasus d’Hermione (VIe s. av. n. è.) auquel on attribue le premier traité musical, il ne nous reste rien ; Diogène Laërce nous transmet une longue liste des œuvres relatives à la musique de Démocrite (Ve-IVe s. av. n. è.) dont nous avons tout perdu ; des 56 livres de Denys d’Halicarnasse consacrés à la musique, aucun ne nous est parvenu ; et la liste est encore longue.

Durant la séance, nous nous sommes concentrés sur quelques extraits d’œuvres où la nature de la musique était définie, tantôt comme un don des Muses, c’est-à-dire originellement comme une puissance supérieure, tantôt comme une tekhnê, un « art », un « savoir-faire », qui s’acquiert par le travail. Nous nous sommes arrêtés aussi sur la dimension étiologique de certains textes, notamment le De Musica de Plutarque, où la place donnée aux « inventeurs » est considérable, que ce soit pour louer leur invention, ou pour en blâmer la décadence.

Séance du 25 octobre 2023 : Harmonie et traités musicaux

La séance a consisté en une présentation générale des principes fondamentaux de la théorie musicale grecque : définition des termes techniques tels que « tétrachorde », « accords consonants », « degrés fixes » et « degrés mobiles », « système parfait », etc. À l’aide de l’Introduction à l’art musical de Bacchius l’ancien, nous avons exposé les notions d’intervalles, de genre (diatonique, chromatique, enharmonique), le nom des degrés de l’échelle musicale, etc.

Nous avons rappelé comment les pythagoriciens avaient organisé l’échelle musicale en fonction de proportions jugées « parfaites », en particulier dans les rapports épimores (rapports double, hémiole et épitrite notamment) pour définir les intervalles entre les degrés.

Une attention particulière a été portée aux questions de vocabulaire technique et à l’évolution des termes. En effet, du fait de l’évolution des échelles et de leur construction, certains noms ont été remplacés par d’autres, et les anciens noms ont servi à désigner d’autres réalités. Il est donc important de contextualiser les usages lexicaux techniques.

Séance du 15 novembre 2023 : Notation musicale et papyrus musicaux

Les tables dites d’Alypius nous ont conservé l’ensemble des signes permettant de noter la musique vocale et instrumentale selon les tons, dans un ensemble achevé comprenant trois séries de cinq tons, soit quinze systèmes parfaits échelonnés à un demi-ton les uns des autres. Mais ces tables ne sont que l’état final de la notation musicale grecque à deux titres : tout d’abord, les tons ont connu une évolution de leur forme au cours des siècles et leurs compositions respectives ne nous sont connues que très partiellement ; l’évolution vers les quinze tons décrits par Alypius est le résultat d’une longue évolution, qui ne reflète plus les aspects des tons primitifs, au demeurant moins nombreux.

Par ailleurs, on sait grâce à Aristide Quintilien qu’il a existé d’autres systèmes de notation musicale avant celui que donne Alypius, sans que l’on sache pour autant à quelle époque ils ont été utilisés, ni dans quelle région, ni à qui il faut les attribuer. Beaucoup de zones d’ombres entourent donc encore ces systèmes de notation. Un dernier point est à noter : Alypius donne des appellations aux signes, qui sont des dérivés de lettres alphabétiques ; mais il apparaît que certaines appellations ne sont pas en cohérence avec ce qui a présidé au tracé du signe. La question demeure de savoir d’où viennent ces appellations, à quelle époque elles ont été données et par qui.

P.Oxy LXV 4463

Une partie de la séance a été consacrée à déchiffrer un papyrus comportant des lignes de texte avec notation musicale (P.Oxy LXV 4463). Il s’agit d’un texte de genre particulier, puisqu’il comporte des lignes avec notation et des lignes sans notation. Le texte est écrit dans une écriture soignée et par un scribe professionnel, alors que, par contraste, les notes sont le travail d’un notateur expert, qui a peut-être noté sous la dictée, mais peu scrupuleux de la lisibilité des signes. Les questions de ductus des signes ont été soulevées, notamment en ce qui concerne la reconnaissance de certains signes peu courants ou au tracé inattendu, par une cursivité excessive.

L’ensemble de la partition a ensuite été interprété par Frédéric Albou, chanteur lyrique basse. La présence dans l’auditoire de Gilles Ragon, chanteur lyrique ténor, a donné lieu à une discussion sur les problèmes d’interprétation du chant faute d’indication spécifique.

Séance du 6 décembre 2023 : Notation musicale et manuscrits médiévaux

La première partie de la séance a consisté en une présentation méthodologique des outils de travail sur les manuscrits grecs relatifs à la musique grecque antique. En premier lieu a été exposé le travail de présentation codicologique effectué par Carl von Jan, dans sa Praefatio des Musici Scriptores Graeci (1895), où l’éditeur donne une description de plus de 200 manuscrits contenant des textes grecs musicaux. Ce travail a été entièrement repris et complété en 1988 par Thomas Mathiesen (Ancient Greek music theory: a catalogue raisonné of manuscripts) qui, sur la base de catalogues mis à jour, donne la description détaillée de près de 300 manuscrits.
Nous avons aussi présenté la base de données en ligne Pinakes développée par l’IRHT (UPR 841 – CNRS, Paris), son mode de fonctionnement, et les limites posées par une base qui dépend de la mise à jour constante des données.

Ms. Napoli, Bibl. Naz., III C 04, fol. 90

La seconde partie a été consacrée à l’étude d’une partition musicale attribuée à Mésomède de Crète, citharôde affranchi et protégé de l’empereur Hadrien. Cet Hymne au Soleil nous a été transmis par plusieurs manuscrits médiévaux, mais seuls trois d’entre eux l’accompagnent de sa notation musicale. Un seul manuscrit, le Naples, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III, III C 04 (Diktyon 46280) nous donne une notation jusqu’à la fin du poème, alors que les autres ne la donnent que pour les premiers vers. L’hymne présente la particularité d’être divisée en deux parties poétiques, l’une récitée, qui est un appel au silence de l’ensemble de la Création, l’autre chantée, qui célèbre le Soleil et son cycle quotidien. Le manuscrit a été déchiffré en séance, texte et notation. Les variantes entre les manuscrits ont été étudiées et analysées.
La partition obtenue a été interprétée par Jan Jeroen Bredewold, chanteur lyrique baryton (diffusion d’un enregistrement, le chanteur ayant été empêché pour raisons de santé).

Séance du 20 décembre 2023 : Iconographie musicale et connaissance de l’organologie

La dernière séance du semestre a été consacrée à un aperçu de l’apport de l’iconographie à la connaissance musicale grecque, en particulier organologique. J’ai invité Anne Weddigen (EA 4116 SAPRAT – EPHE, Paris) à présenter les représentations musicales sur les céramiques d’époque classique. Elle a ainsi montré que toute représentation musicale est avant tout une image présentée au spectateur, non une photographie d’une scène réaliste ; que certains codes sont appliqués avec rigueur et que le réalisme appliqué à la réalisation des instruments ne manifeste que le soin et la technique du peintre, mais ne cherche pas à représenter pour autant le réalisme d’une scène. Ainsi, par exemple, les lyres qui apparaissent « suspendues » au-dessus de personnages, soit durant une scène d’éducation, soit durant un banquet, doivent être comprises comme des attributs qui désignent le personnage qui se trouve en-dessous comme un ἀνὴρ μουσικός, c’est-à-dire un homme cultivé et moralement reconnu, qui saura répandre l’harmonia dans la Cité.

Mosaïque de Mariamin, Syrie.

Dans une seconde partie, j’ai présenté la mosaïque dite des « femmes musiciennes » trouvée à Mariamin en Syrie en 1960, datée du IVe s. de n. è. et représentant six femmes sur une estrade, richement parées et habillées, chacune jouant d’un instrument différent : de gauche à droite, des cymbales sur montants, un orgue pneumatique, un aulos, des oxybaphes, une cithare et des cymbales à main. La mise en scène de cette mosaïque laisse penser que les personnages ne sont pas en train de jouer dans la représentation qui est faite, mais rien ne permet d’affirmer qu’elles ne sont pas musiciennes pour autant. Mais l’accent de la mosaïque est mis sur l’apparence des instruments et des parures, plus que sur l’exactitude et la finesse des représentations. La représentation d’un orgue et d’oxybaphes est particulièrement rare dans l’Antiquité, et l’accent a été mis sur la description de ces instruments. L’orgue en particulier est bien connu dans son fonctionnement grâce au traité de Vitruve Sur l’architecture. Les oxybaphes sont moins connus mais ont pu donner naissance au jeu de cloches qui apparaissent plus tardivement en association avec les représentations d’orgues.



Citer ce billet
Laurent Capron (2024, 8 janvier). Séminaire d’initiation à la musique grecque antique : 1er semestre. L'information philologique. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjc2

  1. Shaked, Guy, « Il Dipinto La Biblioteca Musicale di Giuseppe Maria Crespi come fonte di informazione sulla Storia della Musica di Padre Martini », Studi di Storia dell’Arte 11 (2000), p. 290-299. []

Laurent Capron

Ingénieur de recherche en analyse de sources anciennes (UMR8230, CNRS-ENS-PSL) ; docteur en études grecques (spécialité Papyrologie). Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme oriental ancien ; Humanités numériques ; Transmission des textes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search