Projet « Musici scriptores graeci en ligne : e-MSG »

Présentation du projet1

La première édition d’un ensemble de traités musicaux grecs est due à Marcus Meibom, qui édita, en 1652, sept traités grecs dans son ouvrage Antiquae musicae auctores septem. Graece et Latine. Il s’agissait des Éléments harmoniques d’Aristoxène de Tarente, de l’Introduction harmonique d’Euclide, du Manuel d’harmonique de Nicomaque de Gérasa, de l’Introduction musicale d’Alypius, de l’Introduction harmonique de Gaudence, de l’Introduction à l’art musical de Bacchius l’Ancien, du Traité sur la musique d’Aristide Quintilien, auquel était ajouté le livre IX Sur la musique de Martianus Capella, en latin.

En 1895, Carl von Jan publia son volume de textes Musici Scriptores Graeci, contenant une vaste compilation de passages d’Aristote relatifs à la musique, et des traités musicaux de divers auteurs. On y retrouve les textes d’Euclide, de Nicomaque, de Bacchius l’Ancien, de Gaudence et d’Alypius. Viennent s’y ajouter l’Introduction harmonique de Cléonide et les quelques partitions de musique grecque qui étaient connues alors, quatre d’entre elles ayant été transmises par les manuscrits médiévaux. Son volume s’ouvre sur une longue préface où il signale plus de 200 manuscrits, parfois décrits avec une grande précision, qui contiennent un ou plusieurs de ces traités.

Cet ouvrage reste encore aujourd’hui une référence en matière d’éditions de traités musicaux, même si de nouvelles éditions séparées ont vu le jour, et si bien des études sont venues ponctuellement améliorer la compréhension de ces textes.

Les textes grecs de ces traités ont servi de base au texte grec du TLG, mais l’apparat critique et la préface en sont naturellement exclus. Par ailleurs, ces traités offrent un lexique abondant bien que non exhaustif de termes techniques musicaux, aux définitions parfois complémentaires ou contradictoires. Un relevé de ces termes s’avère donc d’une grande utilité pour quiconque s’intéresse à la théorie musicale grecque, qui conserve encore des zones mal comprises.

Le choix a été fait d’héberger cette édition numérique sur la plateforme EMAN, gérée au sein du laboratoire THALIM. Cette plateforme présente en effet une grande souplesse d’exploitation, offre les ressources nécessaires à la transcription de textes, et un fonctionnement collaboratif auquel nous sommes attachés.

Objectifs

Le projet que nous nous proposons de mener est donc dans un premier temps la transcription de ce volume (XCIII pages de préface en latin ; 503 pages de textes de traités, contenant en particulier les introductions à chaque auteur et texte, et des index des personnes et des choses).

L’étude de la Praefatio, avec son répertoire détaillé de manuscrits, fait l’objet d’un traitement raisonné avec renvois vers la base Pinakes développée par l’IRHT (CNRS, Paris). L’examen attentif de ces manuscrits permettra, à terme, de contribuer à la base Pinakes en améliorant les relevés de textes de chaque manuscrit.

La deuxième partie du projet – et la plus importante – consiste en un encodage du vocabulaire technique, avec un enrichissement des données grâce au champ de définition qui accompagne chaque entrée d’index. Dans ce champ peuvent être intégrés :
– la définition du terme en contexte musical ;
– des liens vers des dictionnaires en ligne qui donnent ce sens particulier ;
– des indications bibliographiques pour les termes qui ont fait l’objet d’études particulières ;
– des images pour les termes qui supposent des représentations graphiques (échelles musicales, intervalles, calculs, dessins des signes musicaux, etc.)

Cet enrichissement de données a vocation à être collaboratif et doit permettre à des chercheurs de déposer le résultat de leurs travaux dans ces espaces de définition. Le lien entre les fichiers mis en ligne et la bibliothèque Zotero associée au projet pourra par ailleurs intégrer leurs publications.

Cette partie de développement lexical est essentielle pour les personnes désireuses d’avoir accès à la compréhension du système musical grec, mais n’ont pas la connaissance des termes techniques pour lire les textes directement, même en traduction. Mais elle est aussi importante pour saisir l’évolution de certains termes, dont la définition exacte pose encore des problèmes.

Enjeux techniques

Plusieurs aspects techniques devront trouver une résolution qui satisfasse à la fois l’exigence de précision entre le texte d’origine et le rendu informatique, et la nécessité de conserver un encodage simple qui ne vienne pas perturber la grande souplesse d’exploitation voulue pour la plateforme EMAN.

Le premier aspect est la question des caractères qui permettront de visualiser les signes musicaux. Les polices actuelles les plus complètes ne permettent pas de donner l’ensemble des signes musicaux en tant que tels : les signes qui utilisent la forme d’une lettre de l’alphabet, ou qui ont l’apparence d’un symbole utilisé dans un contexte autre, ne sont pas reproduits dans la table des caractères. On se retrouve donc face à deux groupes de signes qui se complètent mais ne présentent pas d’unité graphique. En outre, les tracés médiévaux des signes, auxquels Jan accorde une importance particulière dans leur diversité ou leur difficulté d’interprétation, sont parfois très différents de la forme normalisée qu’on attend. Dans ses apparats, Jan donne souvent une version typographique de ces variantes manuscrites, et il faut trouver un moyen informatique de rendre ces choix éditoriaux. On ne peut donc faire l’économie d’un travail de mise au point d’une police Unicode qui dispose d’un espace réservé pour l’encodage de ces caractères, mais surtout pour leur lecture en ligne.

La partie contenant des transcriptions de partitions musicales devra pouvoir intégrer deux points : l’association du texte grec et des signes de notation grecque qui correspondent à chaque syllabe ; l’encodage des lignes musicales en notation moderne au format MEI-XML ou tout autre format universel et libre qui permette de visualiser la notation. Il faudra certainement développer des modules particuliers sur la plateforme pour aboutir à ce résultat.

Enfin, il conviendra de s’interroger sur les moyens de « faire entendre » ce qui est édité. En effet, le choix que nous faisons d’éditer ce corpus de textes sur la plateforme EMAN est dû non seulement aux qualités offertes par la structure informatique souple, mais aussi à notre adhésion à la démarche éthique du manifeste EMAN, qui encourage, entre autres choses, à l’accessibilité des données. Or, à nos yeux, cette accessibilité concerne aussi la présentation de données à un public visuellement déficient. Les outils de synthèse vocale sont aujourd’hui suffisamment performants pour lire le latin et le grec, en plus des langues vernaculaires. Il existe aussi des logiciels libres permettant d’interpréter les airs de musique. Reste cependant une difficulté qu’il s’agira de surmonter : comment peut-on « lire », c’est-à-dire « verbaliser de manière sonore », des signes qui ne possèdent qu’une description et sont les symboles de degrés musicaux ? De même, comment pourra-t-on « lire » les représentations typographiques des variantes de ces signes données par Jan en apparat ? Voilà quelques exemples de questions auxquelles il faudra tenter de répondre, si l’on souhaite rendre l’édition la plus accessible possible.

En résumé, ce projet d’édition numérique s’organise selon plusieurs dimensions : il s’agit tout d’abord de procéder à un enrichissement de données, codicologiques et lexicographiques ; de créer des outils qui puissent être utilisés par l’ensemble de la communauté scientifique, comme une police Unicode ou des systèmes d’encodage qui permettent la meilleure visualisation des données, ou, le cas échéant, « l’audibilisation » des données ; enfin, de poser les bases d’une bibliothèque patrimoniale de textes musicaux, à même d’intégrer et de relier d’autres éditions de textes.



Citer ce billet
Laurent Capron (2024, 8 janvier). Projet « Musici scriptores graeci en ligne : e-MSG ». L'information philologique. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjc3

  1. Ce billet est un résumé de la présentation du projet que nous avons donnée lors de la 14th MOISA International Conference, « Technology for the Music of Greek and Roman Antiquity : from Past to Present », à Crémone (Italie), le 12 juin 2023 []

Laurent Capron

Ingénieur de recherche en analyse de sources anciennes (UMR8230, CNRS-ENS-PSL) ; docteur en études grecques (spécialité Papyrologie). Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme oriental ancien ; Humanités numériques ; Transmission des textes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search