Les papyrus et l’œil bionique ou comment faire passer des vessies pour des lanternes

Depuis quelques mois, le monde de la papyrologie d’Herculanum est en effervescence. L’annonce fracassante de nouvelles découvertes, toutes plus spectaculaires les unes que les autres, inonde les fils d’information et les réseaux sociaux, mettant en avant des technologies de pointe où les méthodes dites d’Intelligence Artificielle sont présentées comme autant de « game-changer ». Il y eut en février 2024 les résultats du Vesuvius Challenge, compétition organisée par Nat Friedman et Brent Seales et lourdement financée par de généreux sponsors, visant à tester des méthodes de lecture non invasives sur un rouleau possédé par l’Institut de France, compétition à propos de laquelle j’ai pu m’exprimer déjà dans le magazine en ligne Next, et qui posait déjà des questions importantes d’éthique de la recherche, de déontologie scientifique et journalistique quant à la présentation du concours lui-même et de ses résultats. En ce printemps 2024, une nouvelle découverte, produite par un autre groupe, l’équipe du projet « Greek Philosophical Schools », financé par l’ERC (Advanced Grant 885222) et dirigée par le professeur Graziano Ranocchia de l’université de Pise, fait parler d’elle dans tous les média.

Le projet en lui-même est celui d’une nouvelle édition critique d’un texte de l’épicurien Philodème de Gadara, la Collectio Philosophorum (Σύνταξις τῶν φιλοσόφων), ouvrage en 10 livres constituant une sorte de catalogue des philosophes anciens assez proche dans son esprit des Vies des philosophes illustres de Diogène Laërce, bien connues des historiens de la philosophie ancienne. Parmi ces dix livres, certains sont définitivement perdus, d’autres ont été retrouvés sous forme fragmentaire dans certaines des rouleaux d’Herculanum déjà ouverts.

L’un de ces livres fragmentairement conservés est l’Index academicorum, parfois aussi nommé Academicorum historia, qui comme son nom l’indique retrace l’histoire de l’école fondée par Platon en indiquant les noms de ses principaux membres depuis la fondation, et des éléments biographiques associés à ces noms. Ce texte a été déjà édité en 1991 par Tiziano Dorandi.

Le projet mené par G. Ranocchia est celui d’une nouvelle édition critique, aidée technologiquement, de l’ensemble de la Collectio, à partir des fragments déjà connus – donc provenant de rouleaux ouverts ; les technologies employées ne sont donc pas exactement les mêmes que celles du Vesuvius Challenge et n’ont pas les mêmes objectifs, même si elles sont présentées sur la page de présentation du projet comme « noninvasive ». Là où les équipes du Vesuvius Challenge cherchent à atteindre du texte à l’intérieur d’un rouleau non ouvert et donc non déroulé, l’équipe de Ranocchia se penche sur des lambeaux de papyrus restés collés sur une même couche au moment du déroulement – ce qu’on appelle, dans le jargon papyrologique, des sovrapposti, le morceau collé appartenant à la couche supérieure du rouleau.

Un gros titre du journal La Repubblica : Biblioteca Nazionale, ecco “GreekSchools”, progetto digitale per la lettura dei papiri ercolanesi ; une photographie d'une chercheuse manipulant ce qui semble être un microscope accompagne l'article.

La Reppublica 15 janvier 2021, article de Paolo De Luca. La photographie n’est pas créditée.

Mais le point commun est la nécessité de faire appel à des méthodes élaborées de numérisation par tomographie et de traitement d’image – ce qu’on appelle de la reconnaissance d’image assistée par ordinateur, ou Computer Vision.

Ces méthodes produisent des résultats intéressants sur des artefacts anciens comme les textes manuscrits, et c’est un des domaines où l’usage de ce qu’on appelle Intelligence Artificielle, c’est à dire des systèmes de programmes entraînés utilisant d’immenses jeux de données préparées et procédant par identification et inférence, semble réellement très prometteur. Et de fait, lors de la mid-term conference du 23 avril 2024 pendant laquelle G. Ranocchia a présenté certains résultats de son équipe, des trouvailles ont été exhibées et aussitôt transmises à grand son de trompe par la presse spécialisée et généraliste, notamment de nouvelles lectures qui indiqueraient l’emplacement exact de la tombe de Platon ainsi que de nouvelles datations concernant sa biographie. Dans la mesure où, pour le moment, aucune publication évaluée par les pairs n’est disponible, on ne peut pas se faire une idée exacte de la réalité de ces lectures ni de leur fiabilité, et ce n’est pas l’objet du présent billet. J’aimerais plutôt ici revenir sur un glissement sémantique amusant observé dans la presse, et qui s’explique je crois assez bien par la projection de fantasmes et mythes associés au domaine de la Computer Vision.

Les très nombreux articles de presse qui ont relayé les résultats annoncés par G. Ranocchia font quasiment tous allusion à un mystérieux « œil bionique » qui aurait été utilisé par l’équipe pour mener ses investigations. Voilà une appellation intéressante, qui convoque aussitôt tout un bagage d’images de science-fiction de plus ou moins bonne qualité. Mais l’œil bionique est aussi une réalité, dans le monde médical du moins. On désigne sous cette expression des prothèses ou implants destinées aux personnes malvoyantes ou non-voyantes, suite à une dégénérescence maculaire notamment, qui, implantées sur la rétine, permettraient de restituer tout ou partie des fonctions visuelles perdues. Il s’agit là de prototypes encore très expérimentaux, même si certaines implantations ont déjà pu être réalisées avec succès.

Est-ce ce dont il est question dans le projet de nos papyrologues ? En partie seulement. Le point commun est qu’il s’agit à chaque fois du même domaine, la Computer Vision : une machine récupère ou enregistre des images, à très haute résolution, les analyse, et interprète ces images en s’appuyant sur des corpus d’entraînement, afin de compléter en sortie les informations identifiées dans l’image. Ainsi, dans le cas de l’implant rétinien, on arrive aujourd’hui à restaurer une forme de lecture : l’implant numérise un texte et le transforme en image, un peu comme un appareil photographique, l’image est traitée et comme OCRisée, et les résultats de la reconnaissance des lettres sont transmis au cerveau via des électrodes, par des impulsions électriques exercées sur certaines cellules de la rétine. Dans le cas de la lecture de papyrus, il y a également production d’une image, retraitée, puis interprétée, de façon à extraire des informations nouvelles à l’issue de ce processus interprétatif. Mais aucun œil réel, aucun cerveau humain ne sont bien entendu impliqués dans la procédure, et la machine utilisée n’a d’ailleurs absolument pas vocation à imiter les mécanismes de la vision humaine ou à prolonger un œil humain ; elle intervient au contraire là où rien n’est visible, puisque l’information à traiter et extraire concerne des couches cachées du papyrus ; elle ne vient pas réparer une fonction organique déficiente, mais augmenter le seuil de « visibilité », et n’est branchée à rien d’autre qu’à du courant électrique dans un mur.

D’où vient alors cette mention récurrente du bionic eye ? Probablement d’une mécompréhension des propos de l’équipe dont les résultats sont présentés. Selon les sources, le ‘bionic eye’ ou « œil bionique » est évoqué avec ou sans guillemets. Certains journaux, magazines ou blogs de vulgarisation le mentionnent au premier degré : le Telegraph, les blogs Ekathimerini ou Greece-is, Tornos News, Il Messagero, Scienze notizie et le National Herald ; d’autres, un peu plus prudents, font mine de prendre un peu de distance (souvent en utilisant des guillemets ou des tournures ambiguës), à charge pour le lecteur de démêler le vrai du faux dans cette appellation : le Daily Mail, Freethink, le compte X de Interesting Engineering, Popular Science ; enfin quelques rares sources mentionnent qu’il s’agit là en réalité d’une façon de parler, et que ‘bionic eye’ est tout simplement le surnom donné à l’installation informatique qui a rendue possible la découverte : Thred et en français Géo et… TF1 qui assez exceptionnellement fait preuve d’un peu de rigueur sur ce point précis.Un patchwork d'extraits de presse contenant tous l'expression "bionic eye" dans différentes langues.

 

Le surnom en question vient-il de l’équipe de G. Ranocchia, ou des premiers média à diffuser la découverte ? Ce n’est pas très clair. On ne peut que constater qu’il est diffusé très rapidement, dès le 23 avril, notamment par le Daily Mail – qui accompagne la mention d’une illustration montrant ce qui est présenté comme le dispositif utilisé, à savoir, des appareils photographiques surplombant un cadre contenant un fragment de papyrus, et reliés à un ordinateur. Si ce surnom vient de la conférence officielle du 23 avril, à laquelle je n’ai pas eu accès, il serait très regrettable qu’une équipe de chercheurs ait utilisé un tel procédé rhétorique sensationnaliste pour donner du poids à ce résultat et en assurer la diffusion médiatique. Force est en tout cas de constater que rares sont les rédactions et les vulgarisateurs scientifiques à avoir pris la précaution élémentaire, et de vérifier l’information, et de la pondérer par une explication. Quoi qu’il en soit, en papyrologie, tenons pour assuré que l’œil bionique n’est pas pour aujourd’hui, et gardons le nôtre ouvert pour ne pas céder aux sirènes de la magie technologique.



Citer ce billet
Julie Giovacchini (2024, 8 mai). Les papyrus et l’œil bionique ou comment faire passer des vessies pour des lanternes. L'information philologique. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nls

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search