Les « Vitae Patrum » : brève histoire de l’édition d’un corpus

Quiconque s’intéresse au monachisme des premiers siècles du christianisme a croisé sur le chemin de ses recherches l’ample collection de textes rassemblée par Héribert Rosweyde (Utrecht, 1569 – Anvers, 1629) sous l’intitulé Vitae patrum, parue au tournant des années 1615-1616 [1], il y a précisément 400 ans. Ce jésuite joua un rôle essentiel dans le développement des études hagiographiques et sur la littérature monastique qui mérite qu’on s’y attarde un peu.


Frontispice de l'édition des "Vitae Patrum" de 1615

Frontispice de l’édition des « Vitae Patrum » de 1615

On ne saurait résumer mieux la vaste entreprise de Rosweyde qu’en reprenant les mots du P. Hippolyte Delehaye s.j. à l’occasion du Troisième centenaire de la parution de l’ouvrage :

« L’œuvre capitale de Rosweyde, le Vitae Patrum parut en 1616. C’est véritablement la pierre fondamentale des Acta sanctorum. Le recueil que Rosweyde entreprenait de publier est un des plus considérables, un des plus célèbres aussi, de toute la littérature hagiographique. C’est l’épopée des origines du monachisme en Égypte et en Syrie, une des plus grandioses et des plus attachantes qui soient. Un grand nombre de manuscrits grecs et latins contiennent soit des éléments, soit la totalité de la collection. Dès le treizième siècle, la Vie des Pères du désert est traduite en langue vulgaire et fait une heureuse concurrence à des livres moins édifiants, qui circulaient alors. Ce fut un des premiers ouvrages reproduits par la typographie naissante, et les éditions se multiplièrent rapidement. Ce succès même et cette large diffusion produisirent leurs effets ordinaires, l’incorrection et la confusion, et aucune des éditions existantes, qui n’avaient d’ailleurs qu’un but d’édification, n’était propre aux usages scientifiques. Mettre les textes si nombreux et si disparates dont était formé le recueil artificiel du Vitae Patrum à la portée des savants et des lecteurs instruits était une tâche bien lourde. Elle n’effraya point l’intrépide travailleur qu’était Rosweyde. Il s’entoura de tous les manuscrits qu’il lui fut possible d’atteindre – il en cite vingt-trois – et examina une à une vingt éditions de l’ouvrage, du premier incunable sans date à l’édition d’Alcala de 1596, les compara, les classa, et en tira le texte qui, jusqu’en ces tout derniers temps, a été le point de départ des recherches d’érudition en ces matières » [2].

L’apport de Rosweyde tient en effet en deux points essentiels : la compilation d’un large corpus de Vies et de Paroles des premiers moines, mais aussi (et surtout) une édition scientifique – dans la proportion des méthodes philologiques de l’époque – de ces textes, avec recherche de manuscrits et d’éditions anciennes, introductions aux textes, notes de commentaire, index divers, etc. Rosweyde fit littéralement passer cette littérature souvent jugée secondaire de l’état d’œuvres pieuses à celui d’objet scientifique philologique. Ainsi que le souligne encore Delehaye, « les méthodes minutieuses et précises appliquées de nos jours à l’établissement des textes n’étaient point créées à l’époque de Rosweyde, et il ne faut point chercher dans son édition les résultats qui supposent un travail de ce genre. Mais en dehors de cela, il a abordé tous les problèmes ; son intelligence claire les a nettement posés et résolus avec les ressources d’une érudition solide, sobre et élégante. Si l’on tient compte de l’étendue et de la variété des écrits qui forment le recueil, de l’imperfection des instruments de travail d’alors, des difficultés de l’exécution, on n’exagérera guère en qualifiant de chef-d’œuvre le Vitae Patrum de Rosweyde » (op. cit. p. 20).

Que contient donc ce recueil ? Comment Rosweyde a-t-il compilé tous ces textes ?

Les Vitae Patrum sont constituées de dix livres, chacun rassemblant un nombre plus ou moins grand de textes eux-mêmes plus ou moins longs, tous écrits ou traduits en latin :

  1. Recueil de Vies de saints, seize Vies d’hommes et onze Vies de femmes. Paul l’Ermite et Antoine occupent naturellement les premières places. Les textes hagiographiques de saint Jérôme y sont aussi insérés.
  2. L’Histoire des moines d’Égypte, traduite en latin par Rufin.
  3. Un ensemble de sentences attribuées aussi à Rufin, publiées sous l’appellation Verba seniorum.
  4. Une compilation d’extraits des œuvres de Sulpice Sévère et de Jean Cassien.
  5. Un deuxième recueil de Verba seniorum, traduit du grec en latin par le diacre Pélage, et divisé en dix-huit sections.
  6. Un troisième recueil de Verba seniorum, traduit du grec en latin par le sous-diacre Jean.
  7. Un quatrième recueil de Verba seniorum, traduit du grec en latin par le diacre Paschase.
  8. L’Histoire lausiaque de Pallade, anciennement appelée Paradis d’Héraclide, mais rendue à son auteur par Rosweyde. La traduction latin est due à Gentien Hervet (1499-1584) et les anciennes traductions latines sont rejetées en appendice.
  9. L’Histoire philothée de Théodoret, traduite par Gentien Hervet.
  10. Le Pré spirituel de Jean Moschus, traduit en latin par Ambrogio Traversari (1386-1439).

Appendice. Les anciennes versions de l’Histoire lausiaque et un recueil de Sentences des Pères traduit par Martin de Braga.

Notons ici que les livres IX et X de Rosweyde ne figurent pas dans les collections anciennes des Vitae Patrum, et que, malgré leur édition au sein de ce corpus, elles ne sont généralement pas comprises dans les études sur les Vitae Patrum, qui se limitent donc aux huit premiers livres.

Comme le signalait déjà Delehaye, les éditions des Vitae Patrum étaient déjà nombreuses lorsque Rosweyde entreprit d’en faire une édition raisonnée. C’est en comparant ces éditions anciennes que Rosweyde établit son corpus. On en trouvera la liste au Prolégomène XVII de son édition. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive mais Rosweyde avait observé avec justesse qu’il est possible de la diviser en trois groupes principaux.

Prologue de l'édition de Bartholomäus von Unckel à Cologne (vers 1480) (Cologne, inc. GB IV 3902)

Prologue de l’édition de Bartholomäus von Unckel à Cologne (vers 1480) (Cologne, inc. GB IV 3902)

Le premier groupe contient cinq livres dont le contenu est :

  1. L’Histoire des moines, d’après Rufin, mais dans un ordre différent de celui donné par Rosweyde. Cette tradition semble être celle que Eva Schulz-Flügel [3]. désigne sous l’appellation de « groupe ε ».
  2. Les Verba seniorum de Rufin, mais ici encore dans un ordre différent de celui de l’édition de Rosweyde, et avec de nombreuses variantes.
  3. L’Histoire lausiaque de Pallade, dans une version latine ancienne.
  4. Les Verba seniorum de Pélage.
  5. Un ensemble composite de 95 Verba seniorum, que l’on trouve généralement répartis dans les autres corpus.

Rosweyde dénombre trois éditions de ce groupe, aucune ne donnant de date ou de nom d’imprimeur ; selon Rosweyde, la plus ancienne date d’avant 1471. Il distingue les trois éditions par leur incipit : « Incipit praefatio », « Incipit prologus » et « Prologus in fructuosum ». La recherche de ces éditions anciennes sur Internet nous a permis de déceler que la seconde édition avait connu au moins deux versions comme il apparaît sur les images suivantes :

Darmstadt, Universitäts- und Landesbibliothek, Inc. IV 135

1ed2

Cologne, Universitäts- und Stadtbibliothek, GB IV 7771

Bien qu’elles ne possèdent ni date ni lieu d’impression, il est néanmoins possible d’attribuer avec quelque certitude ces éditions aux imprimeurs suivants : l’exemplaire de Darmstadt, Universitäts- und Landesbibliothek, Inc. IV 135 aurait été imprimé vers 1476 par Bartholomäus von Unckel à Cologne, et l’exemplaire de Cologne, Universitäts- und Stadtbibliothek, GB IV 7771 aurait été imprimé vers 1481-1482 par Konrad Winters, de Homborch à Cologne aussi. Quelques différences avec la description de Rosweyde laissent penser qu’aucune des deux éditions n’était celle que Rosweyde avait sous les yeux.

Prologue de l'édition d'Anton Koburger (Nuremberg, 1478)

Prologue de l’édition d’Anton Koburger (Nuremberg, 1478)

Le second groupe d’éditions contient quatre livres :

  1. L’Histoire des moines de Rufin suivie d’un ensemble de Vies d’hommes et de femmes, qui correspond à peu près à ce que publie Rosweyde (livre I), mais dans un ordre différent, hommes et femmes ne faisant pas l’objet de corpus distincts.
  2. Le deuxième livre donne successivement les Verba seniorum de Rufin, de Pélage et de Jean.
  3. Le troisième livre est composé des extraits de Sulpice Sévère et de Jean Cassien.
  4. Le quatrième livre donne les Verba seniorum de Paschase suivi d’un opuscule intitulé « De laude et effectu uirtutum ».

La première édition de ce groupe, et qui fut le modèle des autres, est celle que l’on doit à Anton Koburger, de Nuremberg, qui fut le parrain de Albrecht Dürer dont la famille habitait la même rue. L’édition présente un index très détaillé de dix pages au début du livre. L’imprimeur en donnera une version corrigée en 1483.

Frontispice de l'édition de Georg Meier, préfacée par Martin Luther (Wittenberg, 1544)

Frontispice de l’édition de Georg Meier, préfacée par Martin Luther (Wittenberg, 1544)

Ce groupe contient déjà à lui seul les sept premiers livres de l’édition de Rosweyde, la seule partie manquante étant l’Histoire lausiaque de Pallade. Notons que l’on doit l’une des éditions de ce groupe à Georg Meier ; elle fut imprimée en 1544 à Wittemberg par Peter Seitz, et préfacée par Martin Luther.

 

Prologue de l'édition de Cologne (1548)

Prologue de l’édition de Cologne (1548)

Le troisième groupe contient cinq livres :

  1. Les Vies des hommes et des femmes telles que Rosweyde les éditera ; l’Histoire des moines de Rufin ; les extraits de Sulpice Sévère et de Jean Cassien.
  2. Les Verba seniorum de Rufin.
  3. L’Histoire Lausiaque de Pallade dans une version latine ancienne.
  4. Les Verba seniorum de Pélage, puis ceux de Jean.
  5. Les Verba seniorum de Paschase.

Ce groupe transmet donc les huit livres qui forment les Vitae Patrum de Rosweyde. Il se présente comme la compilation des deux premiers groupes avec quelques Vies supplémentaires, mais sans l’opuscule « De laude et effectu uirtutum ». Son modèle de base semble être l’édition dite « de Cologne », parue en 1548 et que l’on doit probablement à Dirk Loher (cf. aussi : Dictionnaire de spiritualité, t. IX, col. 961-963).

Prologue du ms. Munich, Bayerischen Staatsbibliothek, Clm 6393

Prologue du ms. Munich, Bayerischen Staatsbibliothek, Clm 6393

Ces compilations de textes ne sont pas l’œuvre des humanistes de la Renaissance ou des premiers imprimeurs. On en trouve déjà la trace dans les manuscrits médiévaux, même très anciens. On citera par exemple le manuscrit Munich, Bayerischen Staatsbibliothek, Clm 6393, de la fin du VIIIe siècle, qui contient l’Histoire des moines de Rufin suivie des trois hagiographies attribuées à saint Jérôme : la Vie d’Hilarion, la Vie de Malchus et la Vie de Paul, ainsi que la Vie d’Antoine par Athanase, traduite par Évagre.

Ces Vies de moines sont le cœur historique du corpus des Vitae Patrum et ce n’est qu’au fur et à mesure que s’y sont ajoutés les Verba seniorum puis les autres récits biographiques ou hagiographiques. En fin de compte, les Vitae Patrum sont un « corpus de corpus » aux contours indécis, un recueil artificiel mais néanmoins un chaînon essentiel de la transmission des textes dès l’Antiquité et le Haut Moyen-Âge. La plupart des textes qu’ils contiennent ont une existence et une tradition propre hors de la compilation, qu’il s’agisse de l’Histoire des moines de Rufin, de l’Histoire lausiaque de Pallade, ou des Verba seniorum de Pélage, qui ne sont d’ailleurs qu’une version latine de la collection systématique grecque  des Apophtegmes des Pères.

Le bibliographe s’y perd aisément, et le chercheur peine à trouver les éditions de tel ou tel texte qu’il souhaite étudier.

Un élément toutefois est à souligner : les Vitae Patrum forment un corpus de langue latine uniquement. On ne doit donc pas considérer les versions et les traditions grecques, syriaques ou autres comme des parties de ce corpus. À ce titre, on pourrait considérer que la version latine de l’Histoire lausiaque par Hervet est à reporter au compte de la tradition grecque, et seules les versions anciennement traduites en latin devraient figurer dans le corpus. À l’inverse, la série des Verba seniorum traduite par Martin de Braga trouve toute sa place dans le corpus.

On ne sache pas qu’il y ait, de nos jours, un chercheur qui se soit fixé pour ambition de rééditer à grands frais les Vitae Patrum conformément aux critères modernes de l’édition scientifique : une vie humaine n’y suffirait certainement pas. La tendance est davantage à la réédition de chacune des parties du corpus. Il semble donc superflu de chercher à conserver sous un nom générique un corpus qui n’aurait plus lieu d’être. Deux éléments nous poussent pourtant à conserver l’appellation : le premier est que cette transmission de textes sous forme de corpus est un fait historique indéniable et qu’il est l’une des raisons pour lesquelles ces textes sont parvenus jusqu’à nous. L’autre élément en est une conséquence directe : même si les chercheurs étudient les textes indépendamment les uns des autres, ils doivent bien considérer que leur histoire s’inscrit aussi dans une transmission qui est celle, parfois, de corpus.

Enfin, nous croyons avoir montré que l’évolution des éditions des Vitae Patrum n’est pas linéaire et ne pas simplement par adjonction de nouveaux textes jusqu’à fixation du corpus par Rosweyde. Mais les éditeurs des XVe-XVIIe siècles, si étendue que fût leur érudition, étaient bien souvent avares de renseignements sur leurs sources manuscrites. Or il reste un très gros travail à faire sur la recherche des sources manuscrites de ces éditeurs, ou du moins sur les familles auxquelles ces manuscrits appartenaient.

Puisqu’il nous a été donné de nous intéresser ici aux éditions anciennes des Vitae Patrum, nous souhaiterions souligner l’importance des ressources qui ont été mises en lignes par de nombreuses bibliothèques, en particulier en Allemagne : le Münchener Digitalisierungszentrum (MDZ), qui dépend de la Bayerischen Staatsbibliothek de Munich ; les Digitale Sammlungen de l’Universitäts- und Landesbibliothek de Darmstadt ; les Digitale Sammlung Inkunabeln und Blockbücher de l’Universitäts- und Stadtbibliothek de Cologne.

Notice 50865 du Gesamtkatalog der Wiegendrucke

Notice 50865 du Gesamtkatalog der Wiegendrucke

Il faut signaler aussi la Datenbank Gesamtkatalog der Wiegendrucke réalisée par la Staatsbibliothek zu Berlin, qui donne accès aux fiches de bibliothèques contenant des incunables et des éditions anciennes. On y trouve des renseignements très complets sur ces ouvrages, ainsi que, autant qu’il est possible, la mention d’exemplaires répertoriés dans d’autres bibliothèques. Mais cette mention ne fait qu’apparaître avec plus de contraste l’effort fourni par certaines bibliothèques pour rendre accessible l’accès aux œuvres rares et anciennes, par rapport à d’autres…

L’histoire des Vitae Patrum ne s’est donc pas terminée à l’édition de Rosweyde. Non seulement elle a donné naissance à la Société des Bollandistes – Bollandus reprit les recherches de Rosweyde à la mort de ce dernier avec le succès que l’on connaît – mais les outils de travail se sont depuis largement développés et permettent désormais d’approfondir les recherches entamées par Rosweyde il y a 400 ans. Que ce billet, qui s’inscrit dans la préparation de la base de données IPhiS, dont l’objectif est précisément de répertorier les éditions des textes antiques, soit l’occasion tout à la fois d’honorer le travail de compilation scientifique qui parut il y a quatre siècles, et de donner l’envie à des chercheurs de poursuivre ce travail philologique et aux bibliothèques de diffuser toujours plus largement le contenu des fonds dont elles sont dépositaires.


 

1. Vitae patrum. De vita et verbis seniorum libri X, historiam eremiticam complectentes… notationibus illustrati…, studio Heriberti Rosweydi,… Accedit onomasticon rerum et verborum… Antwerpiae : ex officina Plantiniana, apud viduam et filios J. Moreti, 1615.
2. Delehaye, H., L’œuvre des Bollandistes à travers trois siècles : 1615-1915, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1920, p. 17-18.
3. Tyrannius Rufinus : Historia Monachorum siue De Vita sanctorum Patrum, herausgegeben von Eva Schulz-Flügel, Walter de Gruyter, Berlin – New-York, 1990. Cf. en particulier p. 192-193.


Laurent Capron

Docteur en études grecques (spécialité Papyrologie)
Sujets d’étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme ancien ; Hagiographie

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *