« Je ne suis pas [qu’]un numéro ! »

RoverÀ propos de l’indexation des œuvres de Cyrille de Jérusalem, et de quelques considérations (forcément) philologiques qui en découlent

C’est bien connu, mieux vaut s’adresser au bon Dieu qu’à ses saints. Pour être d’un usage quotidien un peu malaisé quand on est spécialisé dans la littérature patristique, cette maxime n’en trouve pas moins, dans le cas qui nous occupe, un bon début de validation théorique.
De quoi s’agit-il ? Comme beaucoup d’auteurs chrétiens antiques de langue grecque, Cyrille de Jérusalem (v. 315-387) bénéficie d’une double indexation dans nos instruments de travail : ses œuvres sont signalées dans le Thesaurus Linguae Graecae (TLG) seulement quand tout ou partie de leur original grec a été conservé, et la totalité du corpus, y compris les versions en d’autres langues, est indexée dans la Clavis Patrum Graecorum (CPG). Auquel des deux vaudra-t-il mieux nous adresser ? C’est ce que nous allons tenter de voir ci-après en comparant leurs deux modes de numérotation.

Les deux instruments de travail regroupent sous un même nom d’auteur 1. les œuvres reconnues, 2. celles dont l’attribution est discutée, et enfin 3. celles que le consensus doctorum rejette comme inauthentiques, et que l’usage traditionnel désigne élégamment sous le nom de bâtards, en général par le latin « spuria » (plus rarement par son équivalent grec, « νόθα »). Dans le cas qui nous occupe, chacun des deux thésaurus fait le tri entre les trois catégories, ou à défaut entre les première et troisième, de manière plus ou moins explicite : la CPG rejette les spuria en fin de liste, au lieu que le TLG les note d’infamie par un discret [Sp-].
Une fois cela posé, voyons donc quel est le résultat de chacun des deux classements. On ne s’étonnera pas, bien sûr, du fait que la CPG affiche au total une liste plus longue que le TLG, puisque celle-ci contient aussi toutes les versions : les spuria signalées par la CPG fournissent à elles seules 29 items, soit les numéros 3590 à 3618.

1. Quatre œuvres reconnues
On s’étonnera un peu plus, en revanche, des nombres disparates d’œuvres reconnues authentiques dans chacune des deux listes : la CPG en reconnaît quatre, le TLG huit. Il est rassurant, à cet égard, de constater que les quatre œuvres reconnues par la CPG le sont aussi par le TLG.
Ce sont :
1. la Procatéchèse (Procatechesis en latin, Procat. en abrégé)
2. les Catéchèses prébaptismales (Catecheses ad illuminandos, Cat. ill.)
3. l’Homélie sur le paralytique (Homilia in paralyticum, Hom.)
4. la Lettre à Constance (Epistula ad Constantium, Epist.).

Encore faut-il remarquer que le TLG attribue deux numéros distincts à Procat. (2110.001) et à Cat. ill. (2110.003), alors que la CPG les rassemble sous un même numéro (3585), assorti des index 1 et 2 respectivement.
On voit déjà, par cet exemple, que même la (courte) liste commune d’œuvres reconnues (Procat., Cat. ill., Hom. et Epist.) présente une disparité. Mais la liste du TLG réserve d’autres surprises.

2. Quatre ajouts du TLG
Le TLG, disions-nous, reconnaît huit œuvres authentiques. Une fois enlevées Procat., Cat. ill., Hom. et Epist., il reste donc quatre ajouts, dont nous reproduisons ci-après les intitulés précédés de leur numéro d’ordre et suivis de leur numéro d’indexation :

4. Additamentum ad catechesis illuminandorum sextae decimae caput tertium  {2110.004}
5. Tituli catechesium {2110.005}
11. Catechesis ad illuminandos 2 (exemplar alterum) {2110.011}
12. Catechesis ad illuminandos 2 (recensio e cod. Paris. 409) {2110.012}

Quelle est la consistance philologique de chacun de ces titres ?

Commençons par le plus simple : l’item Tituli catechesium (2110.005) n’est rien d’autre que la liste des titres de Cat. ill. et des Catéchèses mystagogiques (corpus sur lequel nous reviendrons) telle qu’elle est reproduite dans l’édition Reischl-Rupp des œuvres de Cyrille d’après les fol. 1r-2v du ms. M (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, gr. 394)1. Ce n’est donc pas une œuvre, ni même une recension particulière d’une œuvre : ce n’est guère qu’une table des matières données par un manuscrit.
L’Addimentum à Cat. ill. 16 (2110.004) existe bel et bien, mais ce n’est qu’un ajout de deux chapitres donné par un seul manuscrit2 et reproduit par l’édition d’Antoine-Augustin Touttée : cet éditeur précise d’ailleurs qu’il s’agit de deux interpolations non-cyrilliennes, la première issue du Discours catéchétique de Grégoire de Nysse, la seconde due à un auteur non identifié3. Ici non plus, donc, pas d’œuvre cyrillienne autonome.
Restent les recensions alternatives vraies ou supposées de Cat. ill. 2.
L’exemplar alterum (2110.011) est en fait une édition supplémentaire de l’homélie donnée par Touttée, assortie de variantes textuelles empruntées à une partie de la tradition pour le début, et à une autre partie pour la fin du texte4. Ce n’est donc pas véritablement une recension alternative, mais au moins deux, ou plutôt, pour dire les choses crûment, un rejet en appendice des difficultés posées à l’établissement du texte par les lieux variants5.
Quant à la recensio e cod. Paris. 409 (2110.012), il s’agit en réalité du texte de Cat. ill. 2 tel qu’il est donné, avec quelques variantes, par le ms. gr. 499 (et non 409) de la BnF : cette «  recension  » ne doit sa fortune éditoriale qu’à une attribution fautive à Athanase d’Alexandrie6, qui lui a valu le privilège de figurer en bonne place dans un florilège patristique. Pour autant, comme on l’a dit, le texte en lui-même ne justifie pas que l’on parle d’une recension particulière, encore moins que l’on en fasse une œuvre autonome.
Autrement dit ces quatre titres signalés par le TLG sont non seulement surnuméraires, mais bel et bien superfétatoires.

Le corpus commun des œuvres cyrilliennes reconnues se limite donc, en rigueur de thèse, aux quatre items énumérés ci-dessus. Restent donc deux questions en suspens : une question d’attribution et une (dernière) question de numérotation proprement dite.

3. Les Mystagogiques et la Procatéchèse
La première concerne, comme on l’a deviné, le corpus des Catéchèses mystagogiques (Mystagogiae, Myst.). Le TLG le rejette dans l’enfer des spuria sans autre forme de procès, sous le numéro 2110.002. La CPG signale quant à elle une querelle d’attribution, puisqu’une partie de la critique reconnaît son authenticité cyrillienne sur la base d’arguments essentiellement littéraires7 au lieu que l’autre partie préfère l’attribuer à Jean, successeur de Cyrille, sur des considérants de nature philologique8 : le corpus y est donc signalé, fort logiquement, sous les deux auteurs (sous les numéros 3586 et 3622 respectivement). Ici donc la question de l’attribution a conditionné la politique de numérotation, mais avec des choix éditoriaux différents : la CPG signale le corpus deux fois conformément aux deux thèses d’attribution, alors que le TLG se contente de rejeter l’authenticité cyrillienne sans donner de signalement autre9.

La deuxième question, la dernière de celles qu’il nous reste à aborder, concerne la numérotation de Procat. : faut-il la rattacher au corpus des Cat. ill. ou en faire une œuvre autonome ? Ou faudrait-il même, horresco referens, révoquer en doute son attribution, comme E. Bihain, par exemple, n’a pas hésité à le faire10 ?
Nous ne pensons pas que les deux problèmes soient liés : à notre sens aucun argument littéraire ou théologique sérieux n’a été avancé contre l’authenticité cyrillienne de Procat. En revanche un bref examen de sa tradition manuscrite grecque fait apparaître un problème philologique bien réel.
Voici pourquoi.
Parmi les 11 subarchétypes recensés par E. Bihain au terme de son étude11, cinq témoins seulement (K, M, O, R et S) donnent tout ou partie du texte de Procat. Qu’en est-il des six autres ? Deux d’entre eux (P et Q) ne présentent qu’une sélection d’homélies tirées de Cat. ill. et n’ont de ce fait aucun titre à être des témoins de Procat. Un troisième (A) est si gravement mutilé qu’il est impossible de dire s’il comportait ou non Procat. en son état initial. Le quatrième, C, est également, bien que moins gravement, mutilé en son début, probablement d’un quaternion entier, de sorte qu’il n’est pas non plus impossible qu’il ait, ante corruptionem, comporté tout ou partie de Procat. Restent deux subarchétypes qui posent réellement problème : N et W. Ces deux manuscrits présentent habituellement, pour les Cat. ill., un texte très proche de celui de R. Or il se trouve que R est le témoin le plus complet de la tradition cyrillienne, le seul à donner à la fois Procat., Cat. ill., Myst., Hom. et  Epist. Il est donc troublant de constater qu’il s’écarte radicalement de N et W sur ce point alors qu’il est en si proche sur d’autres.
Que faut-il en conclure ? Cette dernière question est une vraie et belle question philologique à laquelle l’auteur de ces lignes n’est pas en mesure d’apporter une réponse satisfaisante en l’état actuel de ses lumières sur la tradition manuscrite grecque du corpus cyrillien. À ce titre, elle excède largement le cadre de notre petite étude sur la numérotation de ces œuvres.

BSY

Revenons donc à celle-ci pour conclure celle-là. Nous pensons qu’il se dégage deux idées essentielles de ce tour d’horizon :
1. Un signalement et un classement raisonné des œuvres d’un auteur exigent sinon forcément une connaissance approfondie de leur tradition manuscrite, du moins une doctrine fondée a minima sur une connaissance de deuxième main de celle-ci.
2. Dans le cas d’espèce, il apparaît que cette doctrine fait défaut au TLG, qui fabrique artificiellement un corpus à partir d’appendices recopiés des éditions imprimées.

Concernant les deux vraies questions restant en suspens après analyse des corpus proposés par les deux thésaurus, à savoir les problèmes d’attribution et/ou de numérotation posés par Procat. et Myst., il nous semble que les solutions adoptées par la CPG sont les plus équlibrées, et ce pour chacune des deux œuvres.

Il ne nous en faut pas plus pour conclure : quand il s’agit de signaler et de classer les œuvres de Cyrille de Jérusalem, mieux vaut s’adresser à la CPG qu’au TLG. Sans doute la remarque vaut-elle aussi pour beaucoup d’autres Pères.

  1. W. C. Reischl et J. Rupp, ΤΟΥ ΕΝ ΑΓΙΟΙΣ ΠΑΤΡΟΣ ΗΜΩΝ ΚΥΡΙΛΛΟΥ ΙΕΡΟΣΟΛΥΜΩΝ ΑΡΧΙΕΠΙΣΚΟΠΟΥ ΤΑ ΣΩΖΟΜΕΝΑ = S. Patris nostri Cyrilli Hierosolymorum archiepiscopi opera quae supersunt omnia. 2, Munich 1860, p. 396‑398. []
  2. Ms. C (Paris, BnF, Coislin 227), fol. 179v-180v. []
  3. ΤΟΥ ΕΝ ΑΓΙΟΙΣ ΠΑΤΡΟΣ ΗΜΩΝ ΚΥΡΙΛΛΟΥ ΙΕΡΟΣΟ­ΛΥΜΩΝ ΑΡΧΙΕΠΙΣΚΟΠΟΥ ΤΑ ΕΥΡΙΣΚΟΜΕΝΑ ΠΑΝΤΑ = S. Patris nostri Cyrilli Hierosolymorum archiepiscopi opera quae supersunt omnia…, Paris 1720, p. 262 (cf. PG 33, col. 964). []
  4. Il s’agit essentiellement des ms. R (Oxford, Bodleian Library, Roe 25) pour le début et O (Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ott. 86) et C pour la fin, cf. A.-A. Touttée, éd. cit., p. 32-38, cf. PG 33, col. 409-424. []
  5. Nous avons dit assez souvent ailleurs tout le bien que nous pensions du remarquable travail d’érudition d’A.-A. Touttée (voir notre article à paraître dans la Revue Mabillon 2015) pour pouvoir signaler sans arrière-pensées, chemin faisant, les points de son œuvre qui nous paraissent datés ou contestables. []
  6. Fol. 64r. Cette attribution fautive a été grattée, comme on le voit sur cette image,

    Titre gratté

    et l’œuvre a depuis été restituée à son véritable auteur par l’érudition : il n’en reste pas moins que le signalement en ligne de la BnF porte, inchangé à ce jour, l’entrée telle qu’elle a été notée lors du dépôt du ms. en 1884 : «  (64) S. Athanasii, archiep. Alexandrini, homilia de pœnitentia  ». []

  7. Voir par exemple A. J. Doval, Cyril of Jerusalem Mystatogue : the Authorship of the Mystagogic Catecheses, Washington 2001. []
  8. C’est la thèse de plusieurs chercheurs belges, à la suite de W. J. Swaans, «  À propos des Catéchèses mystagogiques attribuées à s. Cyrille de Jérusalem  », Muséon, 55 (1942), p. 1-43 (cf. aussi E. Bihain, «  Une vie arménienne de saint Cyrille de Jérusalem, Muséon, 76 (1963), p. 319-348. []
  9. À l’heure où nous écrivons, et sauf erreur de notre part, aucune entrée n’est assignée à Jean de Jérusalem dans le TLG. []
  10. «  La Procatéchèse est une pièce de fabrication artificielle, qui a joué par rapport à une édition comportant les 18 Catéchèses et les 5 Mystagogies le rôle d’une préface ; elle ne nous paraît pas antérieure au Ve siècle  » (E. Bihain, La tradition manuscrite grecque de œuvres de Cyrille de Jérusalem, Louvain-la-Neuve 1967, p. XLII). []
  11. Ce sont les mss. A, C, K, M, N, O, P, Q, R, S et W (cf. E. Bihain, La tradition manuscrite, p. 358 s.). []

Sébastien Grignon

Ingénieur de recherche à l'UMR 8230 • Docteur de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) • Spécialités de recherche : Œuvre de Cyrille de Jérusalem ; Catéchèse ancienne ; Christianisme palestinien ancien ; Réception et survie de l'origénisme

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/04/2016

    […] Adamantius 18 (2012), p. 297-306 ; voir aussi notre récente publication sur ce même carnet ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.