« Qu’est-ce que c’est que ça s’il vous plaît ? C’est le titre ! » (1)

keep-calm-and-have-a-coffee-178

« Chaque année, depuis plus de 25 ans que je fais L’Année philologique, je rencontre un ou deux auteurs que non seulement je ne situe pas, mais dont je n’ai même jamais entendu le nom. Par les recherches que je fais alors dans les encyclopédies, les manuels, les bibliographies anciennes pour identifier ces inconnus, ne pas risquer d’introduire des fantômes ou de confondre plusieurs homonymes, je m’aperçois en général que cet inconnu – de moi – a été étudié, peut-être au siècle dernier, peut-être il y a bien longtemps, qu’il a fait l’objet d’une thèse ou que ses fragments ont été patiemment réunis. Et je mesure alors l’épaisseur de ce travail d’érudition dont le nôtre est l’aboutissement, l’ancienneté et la continuité de cette tradition dont nous formons la pointe. » (Juliette Ernst, « Actualités philologiques », dans Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1957, 3/1 p. 28-38).

Le travail décrit dans ces quelques lignes par Juliette Ernst en 1957, et qu’elle rattache à son emploi de bibliographe, a un nom : analyse de source. L’analyse de source désigne toute activité visant à évaluer, discriminer et sélectionner des sources afin in fine de produire une description, la plus rigoureuse possible, d’objets de savoir scientifique. Dans le cas de la philologie classique, les objets en question sont évidemment les textes de l’Antiquité gréco-latine, et l’analyse de source a pour fonction principale de signaler proprement ces textes dans leurs différents supports, formats et éditions.

En ce sens, l’analyse de source philologique prépare la bibliographie à proprement parler, et complète le catalogage qui en découlera. Pour résumer la chaîne de production en termes simples, on dira que l’analyste décrit un objet, que le bibliographe dresse l’inventaire des publications et documents qui portent sur cet objet, et que le catalogueur signale la présence de ces publications et documents dans les fonds bibliothécaires et leur accessibilité.

Ces trois étapes sont très fortement liées. Mais elles reposent sur des impératifs différents, et ne vont pour cette raison pas faire appel aux mêmes méthodes. Le catalogueur et le bibliographe ont ceci en commun qu’ils doivent uniformiser le plus possible une liste d’objets qui ont en commun d’être des documents – écrits dans le cas qui nous occupe, celui de la philologie. Plus exactement, bibliographie et catalogage sont des activités qui doivent rendre possible un repérage facile et un accès à des éléments-textes réunis dans un ensemble ; elles reposent donc d’abord sur la possibilité de comparer les uns avec les autres ces éléments, en mettant bien en évidence leurs différences par une présentation la plus uniforme possible, donc la plus à même de faire ressortir les particularités. Cette présentation uniforme repose sur l’identification de chaque document de la liste par deux items permanents et obligatoires : un auteur (ce qu’on appellera une « mention de responsabilité » : qui a produit ce document ?) et un titre (quel est ce document ?).

En cela, bibliographie et catalogage reposent sur une certaine conception, assez moderne, du document écrit, et sur les usages, également modernes, des bibliothèques. On se retrouve alors, au niveau de l’analyse de source, devant le problème suivant : peut-on réellement décrire avec pertinence des documents en faisant usage de normes qui ont été pensées et établies plusieurs siècles après, pour des documents de nature différente ?

Le fait que les documents à décrire soient des textes crée une illusion de similitude : on ne voit pas, à première vue, ce qu’il y aurait de problématique à décrire de la même façon un texte de Virgile et une édition de Virgile ou une publication sur Virgile. Pire encore : quand bien même on a conscience du problème, on est de toute façon obligé de le contourner, dans la mesure où le travail de l’analyste de source ne sert à rien s’il n’est pas ensuite exploitable par le bibliographe et le catalogueur ; en d’autres termes, il va falloir parvenir, d’une façon ou d’une autre, à accommoder le texte antique au lit de Procuste de la notice d’autorité, pour que cette notice puisse ensuite être intégrée correctement aux bibliographies et aux catalogues de bibliothèques, et par là rendue accessible aux chercheurs.

L’enjeu de l’analyse de source est donc important, puisque de la justesse des notices d’autorité dépendra par la suite la pertinence des inventaires construits à partir d’elles. Nous allons dans les lignes qui suivent donner un (petit) aperçu des difficultés générales de ce travail dans un cas très complexe : celui des titres des œuvres antiques.

Le problème est soulevé de façon tout à fait explicite dans le Guide du catalogueur de la BnF. Le titre de l’oeuvre antique rentre dans le cas prévu par la norme AFNOR Z 44-061 (1986), Forme et structure des vedettes noms de personnes, des vedettes titres, des rubriques de classement et des titres forgés (§ 3 – Forme et structure des vedettes titres) : « On peut établir des vedettes titres pour regrouper les notices bibliographiques d’une même œuvre (titre uniforme) […] qui seraient dispersées si elles étaient classées au titre propre, variable selon les éditions ou les traductions. »

Les textes antiques sont tous dans ce cas, et doivent donc faire l’objet de ce que l’on appelle un « titre conventionnel », qui permettra de regrouper sous une même entrée les différents avatars historiques de l’appellation d’un texte. Ce titre conventionnel est forgé, à partir de l’exploitation d’un certain nombre de documents listés par le Guide du catalogueur et considérés comme faisant autorité : en première intention, la Collection des universités de France, dite Collection Budé, puis en cas d’échec :

– Dictionnaire historique, thématique et technique des littératures : littératures française et étrangères, anciennes et modernes (DLL) / sous la direction de Jacques Demougin. – Paris : Larousse, 1985-1986

– Encyclopaedia universalis

– Le nouveau dictionnaire des œuvres : de tous les temps et de tous les pays / Laffont-Bompiani.- Nouv. éd.- [Paris] : R. Laffont, 1994

– Dictionnaire des auteurs grecs et latins de l’Antiquité et du Moyen âge / Wolfgang Buchwald, Armin Hohlweg, Otto Prinz. – [Turnhout] : Brepols, 1991

– Dictionnaire des philosophes antiques / publié sous la direction de Richard Goulet. [Nouvelle éd.]. – Paris : CNRS éd., 1994-

– Dizionario delle opere classiche / Vittorio Volpi, 1994.

– Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana / Akademie der Wissenschaften der DDR, Zentralinstitut für Alte Geschichte und Archäologie. – Leipzig : B.G. Teubner, 1849-

– Pauly’s Real-Encyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft… – Neue Bearb. / begonnen von G. Wissowa… – Stuttgart : Druckenmüller, 1894

– Brill’s New Pauly : encyclopaedia of the ancient world / ed. by Hubert Cancik and Helmuth Schneider, 2002-2010

– Der kleine Pauly / hrsg. von K. Ziegler… – Stuttgart, 1964-1975

Ces sources sont pour la plupart pertinentes, mais l’analyste peut leur adresser deux critiques fondamentales. Premièrement, le choix de la CUF, c’est à dire d’une collection d’éditions de textes en première intention, est un choix dangereux : en effet, il entretient l’illusion d’une identité parfaite entre les artefacts produits par les éditeurs critiques (puisque tout travail d’ecdotique, on ne le dira jamais assez, est une reconstitution) et les textes originaux visés par ces artefacts. Une signe évident de cette fausse proximité est justement le fait que la plupart des titres de ces éditions sont forgés par les éditeurs et ne sont pas les titres des textes au moment de leur production. Deuxièmement, les outils supplémentaires supposés se substituer en cas de défaillance de la CUF (cas qui doit être relativement fréquent, la CUF étant loin d’avoir épuisé le réservoir des textes antiques) ne sont pas tous, loin s’en faut, de la même actualité scientifique. Le fait que la Real-Encyclopädie figure en fin de liste est en ce sens extrêmement étonnant – lui préférer, pour les auteurs rares, le Laffont-Bompiani n’est pas nécessairement le choix le plus évident pour un spécialiste de l’Antiquité classique.

Cette liste démontre en réalité, non pas un manque du côté de la BnF, mais bien une absence cruelle d’index faisant l’unanimité sur cette question des titres. La BnF fait ce qu’elle peut avec les outils mis à sa disposition, et le catalogueur ne peut se substituer à une analyse de source défaillante. De fait, la question de la titulature des textes est un serpent de mer des études classiques, qu’aucun grand instrument à ce jour n’a souhaité prendre réellement en main.

 

(à suivre…)

 

 


Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *