« Qu’est-ce que c’est que ça s’il vous plaît ? C’est le titre ! » (2)

(Suite de ce billet).

La difficulté est identifiée depuis fort longtemps. Le « titre » au sens moderne n’a pas de véritable équivalent antique. En grec, on parle le plus souvent d’épigraphè, terme qui nous rapproche du vocabulaire de l’épigraphie en ce qu’il désigne toute inscription ayant vocation à durer. En latin, on utilise inscriptio, correspondant assez exact d’ épigraphè, mais aussi index ou titulus, qui renvoie plus spécifiquement à l’idée d’un support (affiche, écriteau, tablette). Au sens physique, le « titre » peut renvoyer à quatre réalités bien distinctes :

  • le sillybos, étiquette qui pendait du rouleau sur l’étagère à des fins de classement (parfois appelé index d’ailleurs) ;
  • l’intitulé parfois (mais non systématiquement) en tête du texte sur le rouleau ;
  • la subscriptio à la fin du texte (ce qu’on appelle parfois aussi, de façon un peu impropre colophon) ;
  • dans quelques cas rares, l’inscription en forme de titulature placée sur le verso du rouleau.

Quant au titre tel que nous l’entendons, à savoir le nom unique choisi par un auteur pour désigner sa propre production, son existence même est sujette à débats. La thèse la plus orthodoxe et la plus couramment défendue suppose que tout titre antérieur à la période hellénistique est nécessairement conventionnel, et qu’en cette matière, aucune tradition ni directe ni indirecte ne peut être considérée comme fiable. Cet état de chose serait lié d’une part au fait que l’auteur antique, jusque très tardivement, n’aurait accordé aucune importance à l’appellation de son texte, d’autre part aux négligences croisées des copistes et des diffuseurs de l’époque. Un exemple souvent donné de cela est le rapport fait par Porphyre, dans sa Vie de Plotin, de la désinvolture avec laquelle Plotin lui-même traitait les noms de ses écrits (IV, 20) : celui-ci n’aurait donné aucun titre à ses œuvres, et Porphyre aurait ainsi eu, en plus de son travail d’éditeur au sens traditionnel, à organiser et à sélectionner lui-même parmi les intitulés attribués aux textes par les lecteurs et élèves de Plotin. Ce point est commenté par Richard Dufour qui relève que les sources (outre Porphyre) à notre disposition, toutes postérieures à Plotin, proposent très souvent plusieurs titres pour chaque traité. Faute de volonté connue de l’auteur, aucun critère objectif ne peut être retenu pour en sélectionner un de préférence aux autres, et le travail de l’analyse de source supposerait dans un tel cas de faire état de tous les titres transmis par la tradition.1

Dans le même ordre d’idée, nous avons également l’exemple de Galien : beaucoup de ses textes n’étaient pas destinés à la publication, mais furent distribués à des proches ou à des amis et circulèrent par des canaux privés ; ils n’ont donc aucun titre officiel, ne se présentant pas même comme des « livres ». Dans un tel cas, c’est l’utilisateur du texte, son lecteur ou son commentateur qui va chercher à le désigner – et qui pour se faire va souvent utiliser les premiers mots, ce qu’on appelle l’incipit. Galien approuve cette méthode très usuelle dans l’Antiquité et en fait lui-même usage (De libris propriis, Kuhn XIX, 8-9).

Plotin et Galien sont des exemples tardifs d’une méthode de signalement des textes en réalité très ancienne ; depuis Platon au moins on voit que les « titres » des œuvres sont beaucoup moins le fait des auteurs que du public, qui pour son propre usage invente des appellations les moins ambiguës possibles. S’il est ainsi possible que les dialogues platoniciens aient eu un titre original, identique au nom du protagoniste, voulu ou au moins approuvé par l’auteur, la tradition de l’Académie y a adjoint assez rapidement un complément de titre qui en précisait le sujet : Euthyphron ou De la piété, Phédon ou De l’âme, Ménon ou De la vertu

Selon les tenants de cette thèse, ce sont les grammairiens hellénistiques qui vont modifier profondément l’attitude aussi bien des lecteurs que des auteurs vis-à-vis des titres d’œuvres, en transformant cette simple question d’usage en enjeu technique et scientifique et en l’inscrivant dans un contexte culturel renouvelé. L’un des exemples les plus importants de ce tournant est le Pinakes de Callimaque, index bio-bibliographique de la Bibliothèque d’Alexandrie composé vers le 3e s av. J.-C., et qui constitue le premier exemple connu de catalogue raisonné. Callimaque produit avec lui la première véritable systématisation argumentée de titres de la littérature classique de son temps, en associant aux titres les incipit des textes – seule solution méthodologiquement valable alors qu’un ouvrage peut avoir plusieurs titres et qu’un titre peut servir à plusieurs ouvrages… Cette démarche n’a pu naître que dans un environnement très spécifique, celui de la bibliothèque comme lieu de savoir et de transmission, ainsi que l’explique par exemple Christian Jacob : « le développement des grandes bibliothèques hellénistiques, en particulier celles du Musée d’Alexandrie et de Pergame, a permis la création de répertoires bio-bibliographiques, où le recensement des livres s’accompagnait de leur distribution dans des genres et des champs de savoirs, de leur attribution à des auteurs dont on constituait les corpus, de diverses données descriptives (nombre de rouleaux, incipit) et biographiques, permettant l’identification du texte comme celle de l’auteur. »2 

L’émergence de ces lieux d’érudition accompagne de fait un mouvement général de transmission d’un patrimoine littéraire, par l’enseignement et par la diffusion commerciale des œuvres considérées comme classiques. L’importance d’un titre non équivoque apparaît par exemple au moment où l’on souhaite éditer les œuvres complètes d’un auteur, comme c’est le cas par exemple pour les grands historiens latins dès le 2e s. Elle est redoublée lorsqu’il s’agit de guider un élève dans la découverte d’une auctoritas, titres et sous-titres explicites et détaillés étant autant de pistes permettant de mémoriser la structure du texte, son sujet, son argumentation.

books-everywhere

Certains critiques plus nuancés considèrent que, sans pour autant minimiser l’importance extrême du moment hellénistique, on peut faire remonter à une période plus ancienne l’habitude d’intituler rigoureusement les œuvres, et que tous les titres antérieurs à Callimaque ne sont pas nécessairement sans authenticité. Ils questionnent surtout le préjugé qui voudrait qu’un titre qui n’ait pas été explicitement validé par l’auteur ne puisse pas pour cette raison être tenu pour valable, et ne soit que de pure convention – en d’autres termes, que la validation par l’usage et le lectorat ne soit d’aucune aide dans l’analyse de source.

On sait d’une part que les auteurs se posent eux-mêmes très tôt la question de la pertinence de tel ou tel titre, et qu’il s’agit d’un topos littéraire relativement ancien. On en trouve de très nombreux exemples dans la littérature latine, ainsi chez Pline qui, dans la préface de son Histoire Naturelle, disserte sur un ancien usage qu’il fait remonter à Apelle et Polyclite :

« me non paenitet nullum festiviorem excogitasse titulum et, ne in totum videar Graecos insectari, ex illis mox velim intellegi pingendi fingendi que conditoribus, quos in libellis his invenies absoluta opera et illa quoque, quae mirando non satiamur, pendenti titulo inscripsisse, ut APELLES FACIEBAT aut POLYCLITUS, tamquam inchoata semper arte et inperfecta, ut contra iudiciorum varietates superesset artifici regressus ad veniam velut emendaturo quicquid desideraretur, si non esset interceptus. » (HN, Praef. 26)

« Je ne regrette pas de ne pas avoir imaginé de titre plus gracieux et, pour n’avoir pas l’air de m’acharner tout à fait sur les Grecs, je voudrais être perçu d’après les artistes, peintres ou sculpteurs, dont on verra dans ces volumes qu’ils ont signé leurs œuvres achevées (qui sont aussi celles que nous ne nous lassons pas d’admirer) d’un titre provisoire comme « Apelle ou Polyclète faisait » (comme si leur art avait été toujours été en état de commencement et d’inachèvement), pour que subsistât, contre la variété des jugements, la possibilité pour l’artiste de rentrer en grâce en faisant mine de corriger tout ce qui laisserait à désirer s’il n’était pas interrompu. »3

On remarque que pour Pline, le fait de donner un titre définitif fixe l’oeuvre comme achevée, ce qui est prétention et incompréhension de la nature essentiellement inchoative et imparfaite du texte : la publication n’est pas une fin, elle est au contraire une naissance et la vie à venir du livre appelle encore de nombreuses transformations, y compris dans son intitulé. En ce sens, le peu d’importance accordé à la forme du titre ne vient pas d’un laxisme de l’usage mais plutôt d’une réticence généralisée à officialiser, et par là à institutionnaliser le texte ; en ce sens encore, le tournant hellénistique ne réside pas tant l’apparition d’une méthodologie bibliographique plus rigoureuse, que dans l’émergence d’un canon littéraire qui aurait probablement été désavoué par les auteurs mêmes qu’il consacre.

Bien avant Pline, on peut en réalité faire remonter au moins au 5e s. av. J.-C. la présence d’un intérêt de la part des auteurs pour la question des titres. L’Aletheia de Protagoras serait le premier texte strictement identifié à un titre formel, que ce titre ait été accolé à l’œuvre par son auteur ou par son lectorat. Le contexte de la période est favorable à cette pratique : le climat intellectuel agonistique, marqué par les compétitions rhétoriques, poétiques et théâtrale, suppose pour des raisons évidentes une nomenclature précise : on doit pouvoir classer les vainqueurs des concours ! En revanche, les textes qui ne sont pas l’enjeu d’un affrontement sont soumis à des contraintes plus molles. Ainsi les textes philosophiques dits présocratiques, sans titre original, dont l’appellation générique de traités Peri Phuseos remonte très vraisemblablement à leur examen doxographique par le Lycée d’Aristote.

Paul Tombeur, dans un article que tout analyste peut encore lire avec profit et amusement, insiste sur ce qu’il nomme la « multitemporalité » des textes antiques4 , qui relèvent en effet d’un auteur, d’une tradition, et d’un processus lent et hasardeux d’édition et de diffusion. Si les titres sont « le cauchemar permanent » de l’analyse de source, c’est à cause de cette épaisseur temporelle qu’il convient à chaque fois de démêler patiemment.

Quels sont les pièges dont on devra donc se garder face à un titre antique ? Nous énumérerons les plus fréquents, pour lesquels il n’est pas de solution parfaite, mais dont il convient toujours de se méfier.

  1. De quand date le titre ? Il est parfois possible de repérer historiquement le moment où un texte acquiert une appellation « canonique », quand on a un doute sur l’authenticité de cette appellation. On a très souvent affaire à trois possibilités : soit l’intitulé émerge dans des index alexandrins ou byzantins, soit il apparaît dans une famille de manuscrits du fait d’un copiste inventif et charismatique, soit il s’impose à partir de la mise en circulation des premiers imprimés. Chacun de ces cas suppose de nouvelles précautions : on ne traitera pas nécessairement avec la même révérence un titre byzantin et un titre d’édition aldine ; en revanche on pourra préférer le titre d’édition aldine héritier d’une tradition au titre forgé de toute pièce par l’éditeur moderne soucieux d’originalité. Dans tous les cas, on se méfiera des innombrables possibilités d’erreurs que rend possible une si longue histoire – depuis le copiste créatif jusqu’au paléographe étourdi.
  2. Le titre a-t-il des variantes ? Un titre peut être complété par l’usage, comme on l’a vu pour les dialogues de Platon ; il peut également être fréquemment abrégé. La forme longue n’est pas nécessairement la meilleure : pour le même texte de Cicéron, entre De finibus et De finibus bonorum et malorum, la première forme du titre est de loin la plus satisfaisante car la plus usitée ; mais entre De finibus bonorum et malorum et Télè, titre employé parfois par Cicéron lui-même pour citer son texte, il est en revanche évident que la première sera plus familière que la seconde.
  3. Que faire des incipit et des compléments flottants de titre ? L’immense avantage de l’incipit est qu’il abolit toute ambiguïté, dans les cas très nombreux où l’on a affaire à des homonymes – par exemple nos fameux Peri Phuseos. Mais les incipit sont difficilement compatibles avec les normes de bibliographie et de catalogage actuelles – comment les faire figurer dans les métadonnées d’un document ? Ils ne sont pas prévus par le Dublin Core… De même pour les scholies aux titres et les divers compléments ajoutées très souvent par les copistes médiévaux (liber + génitif, variations sur le nom de l’auteur incluses dans le titre, numérotations, jugements et explications, etc). On touche là au cœur du distingo entre bibliographie et analyse de source : le bibliographe ne peut faire figurer tous ces renseignements dans sa description du document, mais il doit y avoir accès pour mémoire dans un format accessible ; c’est à l’analyste que revient la responsabilité de les lui procurer.
  4. Le titre conventionnel est-il lié au genre de l’œuvre ? C’est un cas assez fréquent, sur lequel existe à présent une abondante littérature. Très souvent, l’usage accole à un texte un titre qui signale, en plus du contenu, la catégorie littéraire à laquelle il appartient. On doit par exemple distinguer avec soin odes et carmina, res gestae, annales et historiae, ce que ne font pas toujours les fichiers d’autorité. Il s’agit là de distinctions pointues qui suscitent des débats experts et parfois sans fin. La sagesse en cas de doute consiste à se renseigner le plus possible sur le genre littéraire en question – éventuellement en consultant les spécialistes de ce genre et en les lisant.

Nous n’avons donné qu’un aperçu extrêmement ténu de ce qui constitue sans doute le point le plus technique et le plus difficile de l’analyse de sources anciennes dans le domaine de la philologie classique. Pour aller plus loin, voici quelques publications dont nous conseillons la lecture :

C. Calame et R. Chartier (éd.), Identités d’auteur dans l’Antiquité et la tradition européenne, Grenoble, Millon, 2004.

G. Cavallo (éd.), Libri, editori e pubblico nel mondo antico. Guida storica e critica, Roma, Laterza, 1975.

L. W. Daly, « The Entitulature of pre-Ciceronian writings », Classical Studies in Honor of W. A. Oldfather, Urbana, 1943, p. 20-38.

J.-C. Fredouille et al. (éd.), Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques (actes du colloque international de Chantilly 13-15 décembre 1994), Paris, Institut d’Études augustiniennes, 1997.

N. Horsfall, « Some problems of titulature in Roman literary history », Bulletin of the Institute of Classical Studies, 1981, 28, p. 103-114.

E. Schmalzriedt, Peri physeos. Zur Frühgeschichte der Buchtitel, München, Fink, 1970.

  1. Sur le ciel : [Ennéade II, 1 (40)] / Plotin, Paris, Vrin, 2003, (Histoire des doctrines de l’Antiquité classique ; 29), p. 17-24 []
  2. Cf. C. Calame et R. Chartier (éd.), Identités d’auteur dans l’Antiquité et la tradition européenne, Grenoble, Millon, 2004 : ch VIII, « La construction de l’auteur dans le savoir bibliographique antique : à propos des Deipnosophistes d’Athénée », p. 130 []
  3. Traduction cordialement fournie par S. Grignon. []
  4. « Le vocabulaire des titres : problèmes de méthode » in J.-C. Fredouille et al. (éd.), Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques (actes du colloque international de Chantilly 13-15 décembre 1994), Paris, Institut d’Études augustiniennes, 1997, p. 577 []

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.