Des « Apophtegmata patrum » en grec, en araméen christopalestinien… et en arménien.

Les manuscrits en araméen christopalestinien qui sont parvenus jusqu’à nous le furent (trop) souvent sous forme fragmentaire.  On sait aussi que ces textes sont des traductions de textes grecs, traductions effectuées ad verbum dans la majeure partie des cas, avec une fidélité qui ne se dément que rarement. Derrière chaque fragment araméen se cache donc, dissimulé, le témoin d’un texte grec. Mais l’état parfois délabré de ces fragments rend leur identification sinon impossible, du moins ardue.

Fragment du ms. palimpseste Vatican, Sir. 627 (Duensing 1906, pl. 2).

Fragment du ms. palimpseste Vatican, Sir. 627 (Duensing 1906, pl. 2).

En 1906, Hugo Duensing (1867-1961) publiait un certain nombre de fragments de manuscrits en araméen christopalestinien issus du ms. palimpseste Vatican, Sir. 6271, qu’il regroupa en neuf sections :

  1. Vie d’Abraham de Qidun
  2. Massacre des Pères du Sinaï et de Raïthou, par Ammonius
  3. Récits de Vies de moines
  4. Catéchèses de Cyrille de Jérusalem
  5. Homélies d’Éphrem
  6. Fragments non identifiés
  7. Septante
  8. Nouveau Testament
  9. Lectionnaire

Il compléta cette édition par la publication, en 1944, de nouveaux fragments venus enrichir la section relative aux Vies des moines, certains portant des apophtegmes anonymes, d’autres, des apophtegmes alphabétiques2.

Lorsqu’il donna l’édition de ses premiers fragments, Duensing ne bénéficiait, pour le texte grec, que de l’édition de la collection alphabétique de Cotelier3, pour le latin, des Verba seniorum de Pélage et de Jean, formant respectivement les livres V et VI des Vitae Patrum4 , pour le syriaque, des Acta martyrum et sanctorum, vol. VII publiés par Paul Bedjan, pour l’arménien, des Vies et pratiques des saints Pères publiées par le P. Sarkissian, et pour le copte, de l’Histoire des monastères de Basse-Égypte éditée par E. Amélineau.
Malgré cela, Duensing fut en mesure d’identifier, dès 1906, 17 des 18 apophtegmes anonymes, donnant en vis-à-vis du texte araméen une version grecque tirée de divers manuscrits (Milan, Ambros. F140 sup. ; Vatican, gr. 1984 ; Vatican, Ottob. gr. 174 ; Venise, Marc. 346), ou, à défaut, latine, tirée des Verba seniorum. En 1944, Duensing bénéficia des travaux de François Nau, qui avait édité, de 1907 à 1913, les 400 premiers apophtegmes de la série anonyme du codex Paris, Coislin 126. Il put ainsi identifier trois apophtegmes édités par Nau, et il reconnut le quatrième apophtegme dans la série anonyme du manuscrit Berlin, Staatsbibl. Phill. 1624.

Il est aujourd’hui possible d’apporter quelques précisions sur ces textes, et nous le devons en grande partie aux travaux magistraux concernant les Apophtegmes des Pères parus depuis :

  • Jean-Claude Guy, s.j., Recherches sur la tradition grecque des Apophtegmata Patrum5 ;
  • Les Apophtegmes des Pères : collection systématique, par J.-Cl. Guy, aux « Sources chrétiennes »6 ;
  • Les sentences des Pères du désert, par Dom Lucien Régnault, en cinq volumes, en particulier le vol. III qui donne les tables de concordance entre les différentes versions7 ;
  • Paterica armeniaca a P.P. Mechitaristis edita (1855) nunc latine reddita, par Louis Leloir8 ;
  • John Wortley, The Anonymous Sayings of the Desert Fathers9.

John Wortley a achevé le travail entrepris par François Nau en publiant l’intégralité du texte grec des 765 apophtegmes contenus dans la collection anonyme : 676 tirés du ms. Paris, Coislin 126 (dont la fin manque), les autres issus de Sinaï, Mon. Ste Catherine 448 et Vatican, gr. 1599.
Louis Leloir a donné une traduction latine des deux collections (ancienne et nouvelle) d’apophtegmes arméniens publiées en 1855, ce qui en facilite grandement la consultation.
Lucien Régnault a accompli un travail titanesque en répertoriant et en classant l’ensemble des apophtegmes connus à ce jour (environ 2 000) en grec, latin, syriaque, copte, arménien et éthiopien, et en en donnant les correspondances entre eux. Par ailleurs, il en a donné une traduction en français.
Jean-Claude Guy a fourni une édition scientifique en trois tomes richement annotés de la collection systématique grecque et ses Recherches offrent une analyse poussée de la constitution des collections.

Qu’en est-il donc des fragments en araméen christopalestinien ? Puisque nous disposons désormais de tables, il est aisé de dresser la liste des apophtegmes édités par Duensing10 :

  • Duensing 1906 : N427 ; N82 ; N180 ; N181 ; N182 ; N183 ; N184 ; N185 ; N186 ; N187 ; N188 ; N189 ; N190 ; N191 ; N174 ; N285 ; N286.
  • Duensing 1944 : N451 ; N230 ; N231 ; N233.

Quelques précisions : 1. l’apophtegme précédant N427, et dont l’araméen ne possède plus que la fin, ne fut pas identifié ; 2. il manque un feuillet entre le début de N185 et la fin de N186 (dont un seul mot subsiste) ; 3. il manque deux feuillets entre le début de N190 et la fin de N191 ; 4. N285 et N286 sont sur un feuillet isolé, tout comme les quatre apophtegmes publiés en 1944.

La première constatation qui s’impose est la présence d’un groupe N180-N191 qui suit parfaitement l’ordre de la collection anonyme ; de même, N285 et N286 se suivent normalement, et l’on pourrait penser que l’absence de N232 dans la séquence N230-N233 est un accident. Mais quelques apophtegmes viennent troubler cet ordre presque parfait : N427 et N82, d’une part, et N451 d’autre part.
Un examen des tables de concordances de Régnault apporte cependant des informations intéressantes.

  1. Il révèle que tous les apophtegmes de la première série appartiennent au chapitre V de la collection systématique « Contre le combat qui nous est suscité par la luxure » (πρὸς τὸν ἐκ τῆς πορνείας ἐπανιστάμενον ἡμῖν πόλεμον), à l’exception de N82 qui ne figure pas dans la collection systématique ; en arménien, on constate le même classement, mais cette fois, N82 figure dans le chapitre V, alors que N191 appartient à un autre chapitre.
  2. N285 et N286 appartiennent tous deux au chapitre XIII « Qu’il faut pratiquer la miséricorde et l’hospitalité avec joie » (ὅτι φιλοξενεῖν χρὴ καὶ ἐλεεῖν ἐν ἱλαρότητι) de la collection systématique grecque (respectivement XIII, 10 et XIII, 14), de même qu’en arménien.
  3. N230, N231 et N233 appartiennent au chapitre X « Du discernement » (περὶ διακρίσεως) de la collection systématique grecque ; N451 ne figure pas dans la collection systématique grecque, mais en arménien, il appartient à ce même chapitre X.
  4. N232 n’apparaît pas ici alors qu’il est toujours intégré ici dans la collection systématique, mais on observe qu’en arménien, il est classé sous un autre chapitre.

Deux témoins grecs montrent que certaines « irrégularités » de l’araméen ne lui sont pas spécifiques. Le ms. Paris, Coislin 127 conserve une collection systématique que Guy appelle « dérivée de l’alphabético-anonyme ». Au chapitre V, Coislin 127 intègre N82, mais plus en amont dans le chapitre. Par ailleurs, au chapitre XIII, il garde l’ordre de la collection anonyme et place N285 et N286 l’un à la suite de l’autre, comme en araméen. Le ms. Milan, Ambros. C30 inf. conserve quant à lui une collection systématique « normale », mais il est un des rares à donner N427 au chapitre V, quand la plupart l’omettent ; par ailleurs, au chapitre X, alors que sa collection est davantage fournie que les autres témoins, il omet N232.

Plutôt donc que des fragments de la collection anonyme, il vaut mieux considérer que nous avons ici affaire à des restes d’une collection systématique, peut-être elle aussi dérivée de la collection anonyme, mais sous une forme qui n’est pas connue actuellement dans la tradition.

Revenons maintenant à l’apophtegme non identifié dont nos fragments donnent la fin. Nous en donnons ici une traduction :

(…) Je retourne dans le monde”. L’ancien le supplia en disant : “Toi, reste dans ton habit de moine, et moi, je ferai pénitence pour toi.” Et l’ancien porta le péché de notre frère sur lui, et fit pénitence pour lui. Après dix jours, Dieu pardonna à notre frère à cause de l’amour et de l’effort de l’ancien.

Ces restes ne correspondent à aucun apophtegme connu en grec. Pourtant, si l’on regarde de près les apophtegmes « attendus » en cette position de la collection, on se rend compte que le N179 rapporte un épisode similaire mais dont le texte diffère trop pour que notre témoin araméen en découle naturellement. Ici encore, c’est l’arménien qui va nous permettre d’aller plus loin. Les tables de Régnault mentionnent en effet pour l’apophtegme N179 une référence vers le chapitre V, en grec comme en arménien, mais aussi une seconde référence en arménien au chapitre XVII « De l’amour de Dieu et de son prochain ». Or, cet autre texte donne exactement celui de notre apophtegme, ainsi que le montre la traduction latine de Leloir (XVII, 19) :

(…) revertor iterum in-mundum. Et senex obsecrabat et dicebat : Tu solummodo mane in forma-ista, et ego paenitentiam-ago tecum. Et in-seipsum suscepit peccata fratris, et paenitentiam-egit pro eo ; et post decem dies condonavit Deus fratri propter caritatem et paenitentiam senis.

Ironiquement, alors que l’arménien donnait jusqu’alors un témoignage renforçant le classement de la collection araméenne, c’est ici par un apophtegme classé tout à fait différemment qu’il vient au secours de l’araméen.
Demeure un problème d’ordre technique : comment numéroter ce fragment ? L’appeler « N179 » porterait immédiatement à confusion, puisque l’on irait chercher le texte grec connu, qui est une autre version de ce qui semble être le même épisode. Nous proposons de lui donner le numéro « N179B », qui permet de rapprocher les deux apophtegmes sans pour autant les confondre.

Cette identification, pour minime qu’elle soit, montre toutefois, s’il en était besoin, toute la complexité de la matière apophtegmatique dans sa tradition philologique. En guise de conclusion à ses Recherches, Guy déclarait11 :

Nous pensons cependant avoir esquissé une image suffisamment exacte de l’ensemble de la tradition grecque, de beaucoup la plus importante. Mais pour lui donner sa signification vraie, il aurait fallu la comparer aux autres traditions orientales, abondantes elles aussi. Tant que cette lacune ne sera pas comblée, il demeurera impossible de résoudre le problème philologique des Apophtegmata Patrum.

Notre analyse, faute de combler ladite « lacune », prouve au moins qu’il avait raison.


  1. Cf. Arn. Van Lantschoot, Inventaire des manuscrits syriaques des fonds Vatican (490-631), Barberini Oriental et Neofiti, « Studi e Testi » 243, Città dell Vaticano, 1963, p. 158-159. []
  2. L’ensemble de ces textes est repris dans Texts of Various Contents in Christian Palestinian Aramaic, par Michael Sokoloff, « Orientalia Lovaniensia Analecta » 235, Peeters, Leuven, 2014 (= TOVC), sous l’entrée « Geronticon », p. 71-90, avec une traduction anglaise. []
  3. L’édition de Cotelier fut réimprimée dans Patrologia graeca 65. []
  4. Voir notre précédent article sur ce sujet. []
  5. Recherches sur la tradition grecque des Apophtegmata Patrum : 2e édition avec des compléments, par Jean-Claude Guy, s.j., « Subsidia Hagiographica » 36, Société des Bollandistes, Bruxelles, 1984. []
  6. Les Apophtegmes des Pères : collection systématique, introd., texte critique, trad. et notes par Jean-Claude Guy, s.j., 3 vol., « Sources chrétiennes » 387, 474 et 498, Les Éditions du Cerf, Paris. []
  7. Les sentences des Pères du désert : troisième recueil et tables, par Dom Lucien Régnault, moine de Solesmes, éditions de Solesmes, 1976. []
  8. En quatre volumes, par à Louvain, Secrétariat du CorpusSCO : 1. CSCO 353, Subsidia 42 ; 2. CSCO 361, Subsidia 43 ; 3. CSCO 371, Subsidia 47 ; 4. CSCO 379, Subsidia 51. []
  9. The Anonymous Sayings of the Desert Fathers : a Select Edition and Complete English Translation, ed. and translated by John Wortley, Cambridge University Press, 2013. []
  10. Nous regrettons ici que l’éditeur de TOVC n’ait pas pris la peine de signaler la numérotation des fragments, ce qui rend la consultation des textes assez difficile. []
  11. op. cit., p. 233. []

Laurent Capron

Docteur en études grecques (spécialité Papyrologie) Sujets d'étude et de recherches : Musique grecque antique ; Araméen christopalestinien ; Christianisme ancien ; Hagiographie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.