Les normes bibliographiques : de l’usage à la règle.

Quelle meilleure appellation pour un manuscrit célèbre ? Parisinus graecus 1807, Platonis codex Parisinus A ou France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), gr. 1807 ?

Comment désigner un site antique bien connu ? Troie, Ilion, Troia, ou Truva ?

La description d’une source, quelle que soit sa nature, peut prendre des formes si variées – et toutes exactes à leur manière – que les tentatives de normalisation en la matière sont aussi anciennes que l’invention de la philologie dans les couloirs de l’antique bibliothèque d’Alexandrie. Le chercheur moderne est tout aussi démuni que son confrère des âges anciens lorsqu’il lui revient la difficile tâche de citer avec exactitude le support originel de son travail.

La bibliographie contemporaine a tenté de résoudre cette difficulté en proposant un ensemble de règles fermes destinées à remplacer les usages flottants, et à prendre la valeur de normes.

Une norme bibliographique doit essentiellement obéir à trois nécessités :

– elle doit être conforme à un standard adopté par une communauté suffisamment vaste – c’est-à-dire qu’elle doit avoir une légitimité dans un domaine donné ;

– elle doit être intelligible aisément et assimilable rapidement ;

– elle doit être suffisante par rapport à son objet et donc éviter de se voir adjoindre une multitude d’exceptions, cas particuliers et autres excroissances maladives qui la rendent illisible et inapplicable.

La communication au sein du monde savant repose bien souvent sur une connivence, un entre-soi qui font perdre de vue cette nécessité d’une norme descriptive commune : « on sait » ce dont on parle, « tout le monde connaît bien » cette édition, ce papyrus, cette inscription, ce site… Mais les pratiques actuelles d’échanges d’informations rendent dangereuse l’illusion qui fait croire qu’un usage traditionnel peut aisément tenir lieu de règle en la matière.

D’une part, la multiplication des contenus numériques rend bien plus facile l’accès à des sources variées, en premier lieu au scientifique qui, désireux d’étendre son champ d’activité, va chercher tout naturellement à s’informer sur ce qui se fait dans les domaines qui entrent en contact avec ses propres centres d’intérêt. Or qui préviendra le philosophe non frotté d’études classiques mais légitimement soucieux de l’histoire du texte qu’il souhaite lire que, pour reprendre notre premier exemple, trois désignations renvoient à un seul et même objet ?

D’autre part, l’accroissement rapide du volume des données manipulables et comparables rend absolument nécessaire leur normalisation : comment confronter des corpus si chaque éditeur décide d’appliquer ses propres normes en faisant fi des consensus nationaux et internationaux ? Quel intérêt scientifique y a-t-il à multiplier sur un mode nominaliste bases de données, éditions de textes, catalogues et inventaires dont les métadonnées jamais ne pourront se croiser, quand il serait si profitable pour tous d’appeler toujours un chat un chat, et un papyrus d’Herculanum « PHerc » et non « P. Herc. » ?

Dans un tel contexte, la normalisation, loin d’imposer des contraintes imbéciles et abstraites, suit en réalité la logique d’une véritable entreprise de libération des données. Elle est en effet un rempart contre le dogmatisme et l’arbitraire de l’usage, et permet d’éviter de façon sereine l’écueil de la normativité. Elle est également la condition expresse de la libre circulation des informations et de leur échange, hors des circuits commerciaux et des intérêts privés qui sont plutôt servis par le cloisonnement.

Sur le plan international, on rappellera pour mémoire que la seule norme européenne enregistrée pour les citations de références bibliographiques est la norme ISO 690 (norme française Z 44-005), mise à jour en juillet 2010, complétée par la norme ISO 690-2 pour les documents électroniques (norme française Z 44-005-2). Elle est partiellement consultable en ligne (première et seconde partie). Mais on peut trouver des notices sur Internet qui reprennent, de manière synthétisée, les usages recommandées la norme ISO 690.

Cette norme est, dans les disciplines littéraires, de plus en plus concurrencée par la norme américaine de la Modern Language Association (MLA).

Pour les éditions de papyrus et ostraca, la norme de référence est celle de la Checklist of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets.

Pour les manuscrits grecs, la norme actuellement en vigueur est parfaitement décrite sur la page de présentation de la base de données Pinakes. La norme pour les manuscrits latins telle que décrite par la revue Scriptorium est peu ou prou la même.

Pour les objets d’art et les trouvailles archéologiques, c’est le numéro d’inventaire du lieu de conservation qui fait foi – encore faut-il qu’il existe…

Les choses se compliquent quand on s’attaque aux métadonnées bibliographiques – notamment les thesaurus qui complètent les données signalées en augmentant leur description. Pour ces mots-clefs et descripteurs divers et variés, il n’existe pas à proprement parler de normes établies et reconnues, ne serait-ce que nationalement. Le bon sens doit alors intervenir pour parvenir à fixer quelques règles minimales d’indexation.

Dans le cas d’un index géographique, on pourra désigner les pays selon les normes ISO 3166-1, alpha 2 ou 3 – l’alpha 3 (à trois lettres) étant moins susceptible d’ambiguïtés que l’alpha 2 (à deux lettres) (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/ISO_3166-1).

Pour un index de noms de personnes, quelle que soit leur période, la langue d’origine du personnage doit être préférée par défaut. L’utilisation d’un système de translittération pour les alphabets non latins doit être soigneusement réfléchie ; d’une part, l’abondance des polices encodées sous Unicode aujourd’hui ne rend plus indispensable une telle gymnastique graphique, à condition que tout utilisateur dudit index dispose du clavier nécessaire pour effectuer une requête dans l’alphabet utilisé ; d’autre part, il convient, si l’on souhaite vraiment en faire usage, de vérifier que le système choisi est reconnu et utilisé de façon significative par la communauté à laquelle on s’adresse. Il existe aujourd’hui de nombreuses recommandations déposées pour la translittération de langues comme l’arabe, le grec, l’hébreu, ou encore les langues à idéogrammes. On pourra consulter celles utilisées par la BnF.

 

L’élaboration de normes suffisamment simples pour être admises de tous, et précises pour pouvoir être exploitées de la manière la plus fine possible, est un chantier toujours en cours mais auquel peu de personnes se consacrent. Le rôle de la base IPhiS est aussi de proposer des usages fondés sur ces critères : bon sens, simplicité d’usage et précision. Il n’est pas question d’imposer des choix péremptoires, mais plutôt de consulter le développements des usages individuels, qui expriment ce que chacun, ou chaque communauté de chercheurs, attend de tel ou tel index, afin de réunir ces éléments et de les transformer en usages admissibles – donc utilisables – par la communauté internationale.


Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *