Premiers résultats de l’enquête « Pratiques de publication des chercheurs en Sciences de l’Antiquité »

Voici les premiers résultats de l’enquête que j’ai lancée le 29 mai 2017 sur les pratiques de publication des chercheurs en sciences de l’Antiquité. Pour le moment vous êtes une petite cinquantaine à avoir répondu, ce qui me permet déjà de voir des tendances assez nettes se dégager. Le sondage reste ouvert en ce début d’été, et je mettrai ce billet à jour si les réponses à venir infléchissent les résultats dans un sens ou dans l’autre…

Parmi les personnes qui ont accepté (fort aimablement, merci à tous!) de répondre à mes questions, toutes les disciplines sont représentées, avec cinq dominantes à peu près également réparties : littérature, histoire, archéologie, philosophie, ecdotique. Les sondés offrent un panorama remarquablement varié et équilibré de tous les types d’agents de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, depuis le doctorant jusqu’au directeur de recherches en passant par le Full Professor et l’enseignant de lettres classiques dans le secondaire. Il est donc tout à fait intéressant et suggestif de voir les convergences qui s’établissent autour de certaines constantes.

Voici donc comment vous, nous, les antiquisants écrivent et publient leurs recherches.

Les articles que nous produisons sont longs (seuls 8% font moins de 20 000 signes) et relativement peu fréquents (moins de 4 par an en majorité).

Ils paraissent avec une très nette prédominance dans des recueils au détriment des publications dans des revues. 69, 4 % des sondés indiquent avoir déjà publié dans des recueils contre 38, 9 % dans des revues ; par conséquent et sans surprise, 62, 9 % des sondés considèrent qu’ils publient pour l’essentiel dans des recueils.

Pourquoi un tel écart ? Plusieurs pistes me semblent se dégager à la lecture des résultats :

  • premier niveau d’explication : les personnes interrogées indiquent qu’elles ne soumettent tout simplement pas leurs articles à des revues (78, 3 % des personnes ayant précédemment indiqué ne pas publier dans des revues choisissent cette réponse). Donc le problème ne vient pas d’une éventuelle inadéquation de textes qui seraient refusés par les revues, mais bien d’une censure préalable : la démarche « publier dans une revue » n’est même pas tentée.
  • second niveau d’explication, lisible dans une série de commentaires à cette même question : les productions écrites liées à des colloques prennent toute la place. Les sondés indiquent qu’ils n’ont tout simplement pas le temps de produire autre chose que les textes réclamés par les éditeurs de recueils à l’issue des colloques.

Ce qui a des conséquences importantes sur l’organisation du travail des chercheurs puisque 75 % des sondés considèrent qu’ils écrivent avant tout pour répondre à des sollicitations directes, parmi lesquelles les invitations aux colloques occupent au vu des réponses une place de premier plan. Cela laisse peu de temps et d’énergie pour les textes non sollicités, voire même pour les soumissions spontanées à des revues, y compris dans le cadre d’appels à contributions. Le modèle idéal du chercheur menant une réflexion personnelle selon des contraintes purement épistémiques, à l’issue de laquelle il rédige un texte qu’il soumet pour publication est apparemment assez peu conforme à la réalité : l’essentiel des textes sont des réponses à des demandes conjoncturelles formulées en fonction de l’expertise reconnue d’un chercheur dans son domaine de spécialité, afin de compléter l’affiche d’un colloque ou le sommaire d’une publication collective.

Ceci nous rapproche tout de même dangereusement de l’univers drolatique de David Lodge, dans lequel « the modern conference resembles the pilgrimage of medieval Christendom in that it allows the participants to indulge themselves in all the pleasures and diversions of travel while appearing to be austerely bent on self-improvement. To be sure, there are certain penitential exercises to be performed – the presentation of a paper, perhaps, and certainly listening to papers of others » (Small World).

Sur les actes de colloques eux-mêmes, entrons un peu plus dans le détail des réponses :

  • beaucoup d’entre nous se prêtent à l’exercice de direction de recueil (54, 3 % des personnes interrogées) et dans la majeure partie des cas (73, 9 %) il s’agit justement d’actes de colloque. Le colloque se révèle ainsi doublement chronophage dans l’agenda des chercheurs, aussi bien pour rédiger les textes que pour éditer le recueil…
  • dans le cas des recueils, l’expertise des textes repose en très grande partie sur le coordinateur/éditeur du colloque et éventuellement son comité scientifique : en effet, 61, 1% disent sélectionner les textes publiés à l’issue du recueil sans expertise anonyme, et 17 % ne sélectionnent tout simplement pas : tout participant qui soumet un texte voit son papier accepté. La pratique de l’expertise en double aveugle, qui est la norme pour les revues, reste minoritaire pour les recueils, ce qui équivaut dans les faits à un surcroît de travail pour le coordinateur – sans même évoquer la caution scientifique atténuée du fait de la différence de procédure de sélection.

Pourtant, sans surprise la revue arrive en tête des supports désirables (88, 9 %) et accessibles (72, 2 %). Mais alors pourquoi ne pas y publier majoritairement nos textes ?

On constate un décalage manifeste entre une échelle de valeur commune, qui place la revue au sommet de la hiérarchie des supports de publication, et les contraintes réelles de notre métier : nous signalons la revue comme le lieu idéal pour nos travaux mais nous y publions proportionnellement beaucoup moins, parce que l’énergie et le temps sont dispersés ailleurs, notamment en direction des colloques.

En ce qui concerne les autres formats de publications sur lesquels je vous interrogeais :

  • la monographie reste un format prisé (63, 9 % s’y risquent), et pas exclusivement pour la thèse (54, 5 % des auteurs d’une unique monographie ont publié autre chose que leur manuscrit de thèse) – il reste donc des éditeurs courageux qui sont prêts à se lancer dans la publication de monographies sans subvention préalable. Ce chiffre est à comparer avec le faible pourcentage de directeurs de recueil ayant déclaré que leur recueil était à l’initiative de l’éditeur (7, 7 %) ; on peut éventuellement faire l’hypothèse qu’un éditeur commercial préfèrera accompagner une monographie même non subventionnée, qu’il a plus d’espoir de vendre, qu’un recueil dont la diffusion restera confidentielle.
  • les comptes-rendus constituent un format habituel de publication (seuls 22, 2 % des sondés n’en rédigent pas) et facile d’accès puisque la majorité de ceux qui déclarent ne pas en rédiger s’en abstiennent par désintérêt et non faute de propositions. Il est dommage que la rédaction de compte-rendu, élément utile et important pour la diffusion des monographies, ne soit pas davantage valorisée.
  • la littérature « grise » est un format important : 48, 6% des personnes interrogées déclarent en produire. Pourtant, en ce qui concerne les textes non publiés, seuls 5, 6 % des sondés les déposent sous forme de pre-print en archives ouvertes – le choix massivement fait est plutôt de conserver les ébauches par devers soi pour les transformer en publications savantes abouties et officielles.

Sans préjuger des réponses à venir, il me semble évident que nous avons collectivement un problème et que nous sommes littéralement dévorés par les colloques, qui sont passés d’une pratique indispensable de socialisation et de diffusion de la recherche en cours à un cadre formel (et onéreux, dans un contexte de financement public bien plus chiche pour ce genre d’opérations) de publication de recherche aboutie. Cela influe nécessairement non seulement sur l’organisation de notre temps mais aussi sur la nature même des textes que nous écrivons : en dehors de la thèse, qui reste peut-être un des rares cadres où la recherche se fait hors de toute perspective de publication immédiate, nous produisons une recherche a posteriori, largement influencée par des invitations extérieures qui nous contraignent à adapter notre objet et nos méthodes au cadre préalable défini par l’intitulé du colloque.

Ce constat ouvre une question, que je crois importante, sur la coexistence de ces deux formats principaux de publication que sont les revues et les recueils. Comment maintenir ces espaces essentiels de rencontre et de diffusion des idées que sont les colloques, sans pénaliser les revues en absorbant l’essentiel du temps d’écriture des chercheurs ? C’est un problème complexe, qui met en jeu aussi bien la question de la nature et du sens des actes de colloque (numérique ? livre ? systématique ? ponctuel ?) que celle plus générale de notre organisation, des formes de notre évaluation, de la façon dont nous entendons mener nos carrières et notre travail. Sans aller jusqu’à organiser des « colloques sur les colloques », il serait peut-être bon que nous nous emparions clairement de cette question, avant que d’autres s’en emparent pour nous…


Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Michèle Dassa dit :

    Nous avons déjà beaucoup d’informations sur les pratiques de publication des chercheurs SHS grâce à l’outil RIBAC qui permet le recueil annuel des activités des chercheurs de l’InSHS du CNRS depuis maintenant plus de 7 ans (http://www.cnrs.fr/inshs/presentation/production-scientifique.htm). Des focus sur les communautés scientifiques sont possibles et nous réalisons chaque année une analyse des publications des chercheurs.
    Les parts des principaux types de documents publiés par les chercheurs sont présentés globalement et par section du comité national. Si on étudie précisément les publications des chercheurs de la section 32 « mondes anciens et médiévaux », on observe qu’1/3 des publications se font sous la forme de chapitres d’ouvrage et ¼ dans des articles de revues. Sur les 5 dernières années, les directions d’ouvrages et de revues ont représenté environ 6 % des publications, les ouvrages autour de 4 % et les comptes rendus d’ouvrage, un peu plus de 7 %.
    Près de 9 chercheurs sur 10 réalisent au moins une fois dans l’année une communication dans un colloque, ce qui est effectivement une activité très importante des chercheurs SHS.
    Des analyses sur les pratiques de publication des chercheurs sont publiées régulièrement dans les lettres de l’InSHS (http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/production-scientifique/introduction.htm). Par exemple dans la Lettre d’information de l’InSHS n°27, 2014, p.3-9, vous trouverez une étude sur les publications et interventions aux colloques des chercheurs CNRS de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales et dans la Lettre d’information de l’InSHS n°42, 2016, p.3-8, une analyse sur l’internationalisation des SHS au prisme des publications et des contributions à des colloques internationaux des chercheurs du CNRS.
    N’hésitez pas à me contacter pour échanger sur ce sujet.
    Michèle Dassa – CNRS-InSHS

    • Julie Giovacchini dit :

      Merci beaucoup pour ce commentaire et de ces liens qui vont être très utiles aux lecteurs de cet article et qui donnent une toute autre dimension à cette réflexion. A mon très humble niveau j’ai essayé, sur une petite échelle, de glaner des informations rassemblant des profils non CNRS et de chercheurs non titulaires en général. Il serait intéressant de croiser ces différents panels pour voir si la structure institutionnelle a une influence sur la nature des publications, en comparant les enseignants-chercheurs et les agents CNRS par exemple. Et aussi de voir s’il y a une spécificité des usages en fonction des sections.

      • Michèle Dassa dit :

        On sait déjà qu’il y a des usages de publication différents selon les communautés SHS (http://www.cnrs.fr/inshs/presentation/production-scientifique.htm). Les économistes de la section 37 publient majoritairement des articles de revue contrairement aux historiens des sections 32 et 33

        • Julie Giovacchini dit :

          Je suis très intéressée par l’histogramme des types de publications dans le document de l’InSHS. Une question que je me pose : les textes publiés dans des actes de colloques sont-ils considérés par RIBAC comme des articles ou des chapitres ? C’est un nœud de la question que je soulève dans mon billet, car les procédures d’évaluation et de publication ne sont pas les mêmes dans les deux cas…

  2. Magron dit :

    On ne peut se baser que sur les métadonnées saisies lors du dépôt pour répondre à votre question. Pour la discipline « Etudes classiques », en faisant une recherche sur les termes « proceedings », « colloque » ou « congrès », on obtient environ 45 résultats sur les 751 chapitres.
    A partir des résultats sur le terme « antiquité » qui ramène 2635 réponses, les chiffres sont les suivants : présence du terme « proceedings » dans les métadonnées = 328, du terme « congrès » = 518 et du terme « colloque » = 1225. On peut être tentés d’additionner les 2 derniers chiffres, mais les 2 termes peuvent être présents dans le même dépôt (dans le titre et dans les mots-clés).
    Cela correspond en tout cas à la pratique courante que vous soulignez.

    • Julie Giovacchini dit :

      Effectivement c’est révélateur ! On a donc probablement une place réelle des colloques encore supérieure à la place visible dans les publications.

  3. Magron dit :

    Bonjour,
    Les dépôts dans l’archive ouverte HAL-SHS (https://halshs.archives-ouvertes.fr) apportent des compléments intéressants à votre enquête. Les chercheurs peuvent signaler leurs publications (en y déposant la référence bibliographique) ou diffuser en libre accès le texte intégral de leurs écrits.
    Les types de publication des dépôts confirment la tendance des premiers résultats de votre enquête : articles et communications sont effectivement les plus nombreux.
    En consultant les dépôts (références comme texte intégral) de la discipline Etudes classiques (https://halshs.archives-ouvertes.fr/search/index/q/%2A/domain_t/shs.class/) : 1030 articles et 855 communications sur les 3400 résultats obtenus. Mais on y trouve tout de même 750 chapitres d’ouvrage.
    Les chapitres sont quasiment aussi nombreux que les articles si l’on fait une simple recherche avec le mot « antiquité » : 2645 articles et 2635 chapitres (http://bit.ly/2tsvzqm). Il faudrait bien évidemment connaître la discipline pour affiner ces résultats (ce qui n’est pas vraiment mon cas).
    Cordialement.

    • Julie Giovacchini dit :

      Merci beaucoup pour ce commentaire. Une question que je me pose : les chapitres d’ouvrage signalés sont-ils des « vrais » chapitres de recueils collectifs ou des actes de colloques déguisés ? Il y a une pratique courante qui consiste à publier un colloque dans un recueil que l’on étoffe en y ajoutant quelques chapitres sollicités après coup, et je me demande comment les chercheurs déposants renseignent dans ce cas les métadonnées dans HAL-SHS.

  1. 28/06/2017

    […] Premiers résultats de l’enquête « Pratiques de publication des chercheurs en Sciences de l… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *