Publications des chercheurs en Sciences de l’Antiquité : pour aller plus loin

Les commentaires du billet précédent ont été particulièrement riches en informations. Pour les mettre un peu plus en valeur et faciliter l’accès des lecteurs de ce carnet à ces renseignements et développements, je les publie dans ce billet dédié – et j’exprime à nouveau ma gratitude aux auteurs de ces commentaires.

Michèle Dassa, responsable du pôle IST de l’InSHS du CNRS, a eu la grande générosité d’indiquer les liens vers les ressources chiffrées établies à partir des données obtenues via l’outil RIBAC, rempli chaque année par les chercheurs CNRS et analysé de façon systématique. Voici ce qu’elle écrit :

« Nous avons déjà beaucoup d’informations sur les pratiques de publication des chercheurs SHS grâce à l’outil RIBAC qui permet le recueil annuel des activités des chercheurs de l’InSHS du CNRS depuis maintenant plus de 7 ans (http://www.cnrs.fr/inshs/presentation/production-scientifique.htm). Des focus sur les communautés scientifiques sont possibles et nous réalisons chaque année une analyse des publications des chercheurs. Les parts des principaux types de documents publiés par les chercheurs sont présentés globalement et par section du comité national. Si on étudie précisément les publications des chercheurs de la section 32 « mondes anciens et médiévaux », on observe qu’1/3 des publications se font sous la forme de chapitres d’ouvrage et ¼ dans des articles de revues. Sur les 5 dernières années, les directions d’ouvrages et de revues ont représenté environ 6 % des publications, les ouvrages autour de 4 % et les comptes rendus d’ouvrage, un peu plus de 7 %. Près de 9 chercheurs sur 10 réalisent au moins une fois dans l’année une communication dans un colloque, ce qui est effectivement une activité très importante des chercheurs SHS. Des analyses sur les pratiques de publication des chercheurs sont publiées régulièrement dans les lettres de l’InSHS (http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/production-scientifique/introduction.htm). Par exemple dans la Lettre d’information de l’InSHS n°27, 2014, p.3-9, vous trouverez une étude sur les publications et interventions aux colloques des chercheurs CNRS de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales et dans la Lettre d’information de l’InSHS n°42, 2016, p.3-8, une analyse sur l’internationalisation des SHS au prisme des publications et des contributions à des colloques internationaux des chercheurs du CNRS. »

Pour une analyse des usages selon les communautés, voir aussi http://www.cnrs.fr/inshs/presentation/production-scientifique.htm. Michèle Dassa précise que « les économistes de la section 37 publient majoritairement des articles de revue contrairement aux historiens des sections 32 et 33 ».

Quelques informations précieuses ont été également données par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe), responsable de la plateforme HAL-SHS. Le commentaire signale notamment que :

« les dépôts dans l’archive ouverte HAL-SHS (https://halshs.archives-ouvertes.fr) apportent des compléments intéressants […]. Les chercheurs peuvent signaler leurs publications (en y déposant la référence bibliographique) ou diffuser en libre accès le texte intégral de leurs écrits. Les types de publication des dépôts confirment la tendance des premiers résultats de votre enquête : articles et communications sont effectivement les plus nombreux. En consultant les dépôts (références comme texte intégral) de la discipline Etudes classiques (https://halshs.archives-ouvertes.fr/search/index/q/%2A/domain_t/shs.class/) : 1030 articles et 855 communications sur les 3400 résultats obtenus. Mais on y trouve tout de même 750 chapitres d’ouvrage. Les chapitres sont quasiment aussi nombreux que les articles si l’on fait une simple recherche avec le mot « antiquité » : 2645 articles et 2635 chapitres (http://bit.ly/2tsvzqm). » Concernant le cas plus particulier des colloques, l’examen des métadonnées des dépôts donne les résultats suivants : « Pour la discipline « Etudes classiques », en faisant une recherche sur les termes « proceedings », « colloque » ou « congrès », on obtient environ 45 résultats sur les 751 chapitres.
A partir des résultats sur le terme « antiquité » qui ramène 2635 réponses, les chiffres sont les suivants : présence du terme « proceedings » dans les métadonnées = 328, du terme « congrès » = 518 et du terme « colloque » = 1225. On peut être tentés d’additionner les 2 derniers chiffres, mais les 2 termes peuvent être présents dans le même dépôt (dans le titre et dans les mots-clés). »

Le fait que des données chiffrées à très grande échelle soient disponibles, que ce soit via l’outil RIBAC ou via la plateforme d’archives HAL-SHS, est une très bonne nouvelle : nous n’avons qu’à tendre la main pour pouvoir appréhender nos disciplines avec recul et faire des choix éclairés en matière de publication. Demeurent quelques points qui sont pour moi source de questionnement :

  • Comment diffuser de façon efficace ces résultats, au sein des structures de recherche, dans tous les organismes et à tous les niveaux, de façon à ce que la communauté se les approprie réellement ?
  • Quels sont les biais de ces recueils de données ?
  • Quelles conséquences pratiques en tirer, aussi bien en amont pour l’organisation de notre travail et la direction que nous souhaitons lui donner, qu’en aval au moment d’évaluer la masse des documents identifiés ?

Il y a un extraordinaire chantier de recherche sur cette question, sociologique, historique, voire… philologique. Personnellement, je me réjouis du fait que nous soyons nombreux, si j’en crois les réactions publiques mais aussi privées à ce billet, à souhaiter sortir la tête du guidon pour publier mieux et de façon plus rationnelle. Je me réjouis aussi d’assister à un moment de l’histoire des sciences où la question de la diffusion des connaissances, de ses supports, de sa nécessaire gratuité, devient grâce à la déferlante numérique un enjeu politique et culturel majeur. Je souhaite que de plus en plus de savants s’emparent de ces chiffres et les fassent parler, que les données patiemment récoltées et analysées par les acteurs publics se transforment en thèses, en articles, en livres, pour que nous sachions avec la plus grande clarté possible ce que nous faisons quand nous prenons la responsabilité de publier.


Julie Giovacchini

CNRS – UMR 8230 – Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d’histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *