Citer proprement (et efficacement) une source ou une publication en Sciences de l’Antiquité (2)

(Première partie : ici)

Citer de la littérature secondaire

Passons à présent à la seconde partie de notre compendium bibliographique. Il ne s’agit plus à présent de citer une source ancienne mais un texte moderne portant sur cette source ou sur n’importe quel aspect de notre sujet.

4. Comment citer les encyclopédies de référence

Je vais m’attarder sur deux « monstres » encyclopédiques. Il y en a d’autres mais ce sont ceux qui me semblent 1) les plus susceptibles d’être employés et 2) les plus difficiles à manipuler.

– la Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft (=RE)

On ne présente plus cette monumentale encyclopédie allemande qui présente un état quasi complet des sources et des informations sur toutes les personnages de l’Antiquité gréco-latine.

Pour notre plus grand bonheur elle est aujourd’hui en ligne sur Wikisource.

Sa taille et son système de classement la rendent d’un abord particulièrement revêche. Je ne saurais trop conseiller d’utiliser son Index (lui-même énorme) pour trouver la notice qui vous intéresse dedans. Ceci fait, comment citer cette notice ?

– vous devez dans un premier temps donner le nom correspondant à l’entrée de la notice dans la forme exacte où il apparaît (la plupart du temps en grec donc, a minima en grec translittéré). Si vous avez affaire à un nom de personne très banal il va ya voir une foule d’homonymes : il faut donc donner également le nombre associé à l’entrée qui vous intéresse.

– ensuite vous devez mentionner le tome de l’encyclopédie dans lequel se trouve cette entrée, en entier (je précise cela parce que ça ne va pas être I, II, III ou IV, non non non : ce sera plus probablement I A, 1 ou XVIII, 2 voire Suppl. IV)

– enfin vous devez indiquer les colonnes correspondant à votre notice – car chaque page de la RE est divisée en colonnes et ce sont elles qui font foi.

Cela donnera quelque chose comme :

RE Orientius 3, XVIII,1, 1033

Les notices de la RE sont signées. Il est courtois de mentionner le nom de leur auteur.

Aufstieg und Niedergang der römischen Welt (=ANRW)

Cette encyclopédie n’en était pas une à l’origine. Cette série de volumes traitant de différents aspects de l’histoire littéraire, philosophique, culturelle etc dans l’Antiquité était au départ conçue comme une sorte de suite de recueils thématiques, chaque volume contenant non pas des notices mais de véritables articles très riches et parfois très longs, tous signés. Mais la taille de l’ensemble lui donne aujourd’hui une allure tout à fait encyclopédique – au sens de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

La table des matières complète est consultable en ligne ici.

Comme pour la RE, il est indispensable de faire très attention à la tomaison du volume que vous citez et d’en donner tous les éléments. Cela ne peut pas être un seul chiffre, jamais !

Mais comme il s’agit d’articles scientifiques, il faut également les traiter comme tels : donner clairement le titre, le nom de l’auteur, et une collation correcte.

Cela donnera par exemple sous une forme minimale :

Alan Edward Douglas : « The Intellectual Background of Cicero’s Rhetorica: A Study in Method », ANRW I.3, 1973, p. 95-138

Il y a plusieurs écoles concernant l’ANRW. Pour certains la forme ci-dessus est insuffisante car elle omet le titre du volume et les informations bibliographiques liées normalement à tout recueil (date et lieu d’édition, responsable éditorial etc).

Une forme plus complète donnerait ceci :

Alan Edward Douglas : « The Intellectual Background of Cicero’s Rhetorica: A Study in Method », in Hildegard Temporini (éd.), ANRW I : Von den Anfängen Roms bis zum Ausgang der Republik, 3 : SPRACHE UND LITERATUR (1. JAHRHUNDERT V. CHR.), Berlin & New York: Walter de Gruyter & Co., 1973, p. 95-138

C’est typiquement un cas pour lequel il est indispensable de vérifier auprès du secrétariat de rédaction de la revue le type de référence qu’ils préconisent. Dans le doute, la forme longue est préférable.

5. Comment citer un article de revue, une monographie, un recueil, des actes

Citer un article de périodique, c’est facile. Il suffit d’indiquer l’auteur, le titre de l’article, le nom de la revue, le volume, le fascicule (c’est important), l’année et la collation.

J’insiste sur l’importance du fascicule car certaines revues publient 4 voire 7 ou 8 fascicules par an. Votre lecteur vous sera reconnaissant de lui épargner une fastidieuse recherche dans l’ensemble de ces fascicules (surtout si le périodique a l’idée étrange de repaginer chacun d’eux à partir de 1).

Une attention particulière doit être portée au titre de la revue, qui peut se présenter soit sous une forme développée, soit par un sigle.

Les sigles des revues ne doivent pas être créés en suivant votre fantaisie personnelle. Vous devez utiliser le sigle officiel, tel qu’il est répertorié par les grands instruments de référence ; l’Année philologique (= APh) met à jour une liste de sigles accessibles soit au début de chaque volume imprimé soit sur la page d’accueil de son site internet. Cette liste fait autorité quasiment partout.

Si vous décidez de ne désigner la revue que par son sigle, une politesse consiste à préciser au début de votre bibliographie quelle est la liste de sigles à laquelle vous vous référez.

Si la revue que vous citez est très ancienne (voire n’existe plus), il convient d’être particulièrement soigneux dans sa description. Si par exemple vous devez citer un article paru dans le Journal des savants il est de bon goût d’adopter l’orthographe du titre correspondant à la période de publication de l’article en question : Journal des sçavans de 1665 à 1790, Journal des savans de 1791 à 1830.

Ce n’est pas une coquetterie ! De même respectez les graphies originelles des titres le plus possible : ne translittérez pas un titre originellement écrit en grec ancien et ne traduisez surtout pas un titre en latin. Quelques exceptions sont tolérées : notamment si la revue dans laquelle vous publiez n’est pas équipée pour imprimer des caractères non latins (cela arrive) ou si vous mentionnez des publications dans une langue particulièrement rare. Dans ce cas vous pouvez translittérer en respectant les règles de translittération de la revue (normalement indiquée dans la charte éditoriale). Si l’auteur de la publication que vous citez a lui-même traduit son titre, vous pouvez indiquer cette traduction à la suite du titre originel de la façon suivante :

« Η ερωτική ποίηση της Σαπφούς = La poésie érotique de Sappho »

Passons aux monographies. Là encore, rien de très compliqué. Un point qui n’est pas un détail : n’oubliez pas la collection ! Et tant que vous y êtes : le numéro du volume au sein de la collection.

Une référence de monographie doit normalement comporter tous les éléments suivants : auteur / titre / lieu d’édition / maison d’édition / date / collection / numéro du volume.

Tous les autres éléments (ISBN, pagination etc) sont facultatifs – sauf demande expresse de votre éditeur. L’élément le plus difficile à retrouver à part la collection peut être le lieu d’édition. Il est parfois très ambigu sur la page de titre du volume1 .

Certaines maisons d’édition ont plusieurs lieux d’édition, voire un lieu d’impression qui n’a rien à voir avec l’adresse physique de l’éditeur. Si vous avez un doute, je vous conseille de vous appuyer sur les notices des catalogues des grandes bibliothèques. J’en utilise beaucoup et les plus riches (et les mieux vérifiés à mes yeux) sont :

– le catalogue générale de la BNF

– le catalogue du SUDOC

– le catalogue de la BVB

Si vous avez besoin de trouver une notice pour un ouvrage très rare, vous pouvez utiliser le KVK  qui vous permet d’effectuer une recherche croisée dans quasiment tous les catalogues des bibliothèques nationales d’Europe et dans plusieurs catalogues américains et bases de données de référence. Je n’ai jamais encore rencontré d’échec avec le KVK…

Abordons à présent le cas des recueils, que vous pouvez vouloir citer en entier ou par chapitre.

Il y a plusieurs éléments qui ne doivent être oubliés sous aucun prétexte :

– si vous citez des actes de colloque, même si ces actes ont un titre, il est important d’indiquer la date et le lieu du colloque en plus de ce titre. La mention « actes du colloque de l’université truc (23-24 février 2001) » est obligatoire. S’il s’agit d’un colloque qui revient périodiquement il faut indiquer de quelle édition vous parlez (Proceedings of the XVth Symposium etc etc par exemple).

– dans le même genre, des mélanges In honorem ou In memoriam doivent être correctement attribués – si vous omettez ce détail, le titre est considéré comme incomplet…

– autre mention obligatoire pour un recueil : le nom du ou des éditeurs de ce recueil. S’il y a un directeur de publication et des éditeurs, il faut aussi le mentionner en attribuant bien à chacun la bonne fonction.

– si vous citez un chapitre de recueil, vous devez avoir le même réflexe que pour un article de revue et donner une collation.

Il y a peu de données bibliographiques aussi maltraitées que les recueils et leurs chapitres. Ce sont souvent des objets un peu informes, complexes, contenant une foule de mentions dont on a du mal à discerner l’intérêt. Soyez très vigilants et vérifiez toujours bien vos informations – et si la page de titre est indigeste, allez voir la synthèse proposée par les catalogues de bibliothèques.

6. Comment citer un texte non encore publié

Parfois vous avez mis la main sur un précieux matériel pour votre propos, malheureusement non encore publié ou déposé en archive ouverte (dans ce cas, indiquer un identifiant ArXiv ou HAL peut être une bonne idée…). Ce peut être un mémoire, une thèse, une archive, une question abordée en séminaire… Ce cas est particulièrement intéressant.

Il y a d’abord une règle déontologique absolue : ce n’est pas parce que ce n’est pas publié que c’est à vous. Si vous pouvez attribuer ce travail il faut absolument le faire – sinon c’est du plagiat pur et simple, et vous ne vous ferez pas que des amis dans la profession.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE BOITE FOL-KH-385 (1, 10)

Vous avez besoin d’un nom d’auteur, d’une date, et d’un support auquel votre lecteur pourra se rapporter pour vérifier votre citation. S’il s’agit d’un propos oral ce support n’existe pas (sauf si le séminaire a été enregistré et que cet enregistrement est conservé quelque part). Dans ce cas il est correct de demander à l’auteur de ce propos s’il accepte que vous le lui attribuiez sous cette forme – en effet, si vous mettez dans sa bouche une bêtise impossible à vérifier il pourra à juste titre s’en offusquer. Si c’est une phrase tirée d’une correspondance privée il faut également avoir son autorisation.

Si vous vous rapportez à une archive, traitez-la comme un objet. Où est-elle conservée ? Quel est son numéro d’inventaire ? Quel est le numéro de la page ? Attention, il y a des règles qui régissent la citation d’archive : assurez-vous que vous avez l’autorisation des ayants-droit et des responsables de la conservation de l’archive avant de la citer.

Le cas le plus simple est celui du travail académique inédit (mémoire, thèse, rapport). Vous devez mentionner obligatoirement, en plus du titre, de l’auteur et de la nature du diplôme, le lieu de soutenance et la date de soutenance. De nos jours les Ph. D. sont indexés dans la ProQuest Dissertations & Theses Global Database et associées à un numéro identifiant qu’il peut être judicieux d’indiquer.

7. La citation de citation : danger majeur !

Mon petit tour d’horizon est à présent terminé. Pour finir sur cette question douloureuse de la bibliographie, je souhaiterais vous mettre particulièrement en garde contre un procédé tentant mais source de nombreuses erreurs : la citation de citation.

La plupart du temps, le problème se pose de la façon suivante. Vous lisez l’article ou le livre de l’éminent professeur Truc, vous apprenez une foule de choses, vous êtes heureux. Au détour d’une phrase, le professeur Truc mentionne un article crucial pour votre propos (enfin, qui semble crucial au vu du résumé qu’en fait professeur Truc). Malheureusement, il vous est impossible de consulter cet article : votre bibliothèque habituelle ne vous donne pas accès à cette revue, et vous n’avez absolument pas le temps avant plusieurs semaines d’aller le lire ailleurs. Autre cas de figure : professeur Truc, grand spécialiste de votre auteur grec favori Aristophane, cite dans un passage de sa Somme inégalable sur Aristophane une suite de vers de la pièce sur lequel vous-mêmes travaillez depuis tellement longtemps que vous pensez la connaître par cœur. Rien ne vous choque dans cette citation, les numéros ont l’air bon – et vous n’avez pas votre exemplaire sous la main, ni wifi pour accéder au TLG. Dans les deux cas, immense est la tentation de faire confiance à professeur Truc – et de citer directement l’article rare ou les vers d’Aristophane en reprenant purement et simplement ses références.

Il faut pourtant y résister. Et aller vous-mêmes, toujours, absolument vérifier le titre de l’article, sa collation, son volume, son année ; les vers grecs, leur numérotation, leur texte exact. La littérature scientifique est bourrée d’erreurs humaines et même les grands professeurs peuvent être fatigués. Mon expérience personnelle m’indique que dans 50 % des cas, vous vous féliciterez d’avoir fait cette vérification.

  1. NB : en bibliographie, ce n’est pas la couverture mais la page de titre qui fait foi. Il est parfois bien utile de consulter également le verso de cette page qui peut contenir des éléments précieux… []

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *