Sources anciennes et numérique : quand les éditeurs patinent…

Il y a parfois des échecs risibles. Et des situations dans lesquelles la confrontation d’une évidente bonne volonté et d’un manque absolu de lucidité aboutit à des résultats tragi-comiques. Cela s’appelle ne pas avoir les moyens de ses ambitions.

On en donnera trois exemples. Le but n’est pas de dresser un pilori ni de tourner en ridicule personnes et entreprises ; il s’agit plutôt de souligner que, dans le climat actuel de tension et de défiance qui organise en zone de conflit la collaboration des auteurs et des éditeurs commerciaux, ce genre de bévues ne joue pas en faveur du maintien de la mainmise des seconds sur la diffusion du savoir…

Cas numéro un : jouons à cache-cache

 En 2016, la collection GF des éditions Flammarion fait paraître une traduction nouvelle du De finibus de Cicéron par José Kany-Turpin, grande traductrice française du latin philosophique impérial. Pour respecter le format léger de la collection, le texte latin n’est pas imprimé. Mais, bonheur pour le lecteur, la traductrice annonce p. 45, dans la note liminaire : « Le texte latin que je traduis, téléchargeable sur le site Internet des éditions Flammarion, est généralement conforme à celui qu’a établi Jules Martha pour les Belles Lettres en 1928 et en 1930. Les conjectures sont indiquées en italiques dans le texte latin. Lorsque, sur un point significatif, j’ai chois une leçon des manuscrits ou une conjecture différente de celle qu’a retenue Jules Martha ou quand une conjecture lui est propre, je le précise dans les notes à ma traduction ».

Las, las, pour le lecteur qui souhaiterait consulter ce texte latin : il n’est nulle part sur le « site Internet des éditions Flammarion ». La rédactrice de ce billet offre un café à celui qui trouvera le lien de téléchargement.

Cas numéro deux : la disparition

En 2010, Gallimard publie dans la prestigieuse collection de la Pléiade un volume intitulé Les Épicuriens, sous la direction de Daniel Delattre et Jackie Pigeaud. On lit dans la Note sur la présente édition, p. lxvii, après un paragraphe expliquant les difficultés d’établissement des textes de transmission strictement papyrologique, la chose suivante : « Étant à même désormais de mieux comprendre toute la difficulté d’édition puis de traduction de ces « ruines textuelles », le lecteur ne s’étonnera pas que nos traductions (y compris celles de certains des textes transmis par les manuscrits médiévaux comme ceux de Plutarque ou de Diogène Laërce), en raison des variantes manuscrites choisies ou de conjectures papyrologiques qui nous sont propres, s’écartent parfois considérablement des traductions italiennes ou anglaises disponibles pour les textes d’Épicure et de ses successeurs, jusqu’à Démétrios Lacon et Philodème compris. Eu égard au grand nombre de ces variantes ou écarts textuels, dont le relevé n’entrait pas dans le cadre de la Bibliothèque de la Pléiade, nous avons pris le parti de les regrouper, auteur par auteur et œuvre par œuvre, sur le site internet du « Centro Internazionale per lo studio dei Papiri Ercolanesi Marcello Gigante » (CISPE), qui a accueilli notre demande d’hébergement avec enthousiasme, et où il sera aisé pour les spécialistes de les retrouver et de les consulter, à l’adresse suivante : www.herculanensiacispe.org. »

Voici ce que l’on trouve en suivant le lien en question…

Cas numéro trois : l’enfer est pavé de bonnes intentions

En 2016 paraît une somme de grande importance : l’édition et traduction d’une collection majeure établie par André Laks et Glenn W. Most des textes des philosophes jusqu’ici appelés à tort « présocratiques ». L’ouvrage est simultanément publié en français et en anglais, par Fayard et Harvard University Press (dans la fameuse collection Loeb). Les experts saluent ce travail considérable, appelé à modifier largement les usages en matière de citations et références pour ces textes rares et complexes. Quelques erreurs de transcription et de traduction sont relevées, ce qui n’est pas très étonnant dans un livre de cette dimension.

De ce fait, et comme le signale la critique de Alexander P. D. Mourelatos publiée le 15/03/2018 sur le site de la Bryn Mawr Classical Review, une liste d’errata a été mise en place, comme c’est l’usage dans ce genre de cas. Elle est à l’heure actuelle uniquement disponible… sur la page Academia du professeur Most :

« Laks and Most are aware of the defects cited in the two preceding paragraphs. And (just as it happened with the early editions of Diels-Kranz), there will be lists of errata in future editions or printings of the Loeb set and of the corresponding French edition by Fayard. In the interim, until such future editions, corrections have now been posted on the academia.edu in the sites, respectively, for Glenn Most (for the Loeb set) and for André Laks (for the French edition). »

Ni Fayard ni Harvard n’ont donc eu la présence d’esprit de mettre en place quoi que ce soit d’un tantinet pérenne et d’un chouïa ouvert pour diffuser ces données essentielles. Pas plus que Flammarion ou Gallimard pour les deux exemples précédents. Ces grandes maisons d’édition manquent apparemment de la plus élémentaire compétence en matière de diffusion numérique et abandonnent à la bonne volonté des auteurs le soin de bricoler des solutions dont on constate qu’elles ne peuvent pas être efficaces, concernant des données complexes et de première importance. Il est aberrant qu’aujourd’hui il faille expliquer à un éditeur qui prétend diffuser des sources anciennes que le texte en langue originale avec ses variantes fait partie intégrante de la source à diffuser ; il est encore plus aberrant que cet aspect soit ainsi laissé à l’abandon, par des entreprises dont la surface financière pourrait pourtant laisser penser qu’ils ont parfaitement les moyens de prendre en charge cette dimension numérique du travail éditorial.


Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *