Les extraits philosophiques du Marc. Gr. XI, 1 : petite histoire (sans fin) de la Syllogè Marciana et de la Syllogè Laurentiana

Le manuscrit Marc. Gr. XI, 1 recèle plusieurs bizarreries, et son florilège philosophique n’est pas en reste. Les extraits dont je vais parler sont dispersés dans l’ensemble du manuscrit, du fait d’une part d’une restauration un peu hasardeuse, d’autre part de la présence conjointe de deux florilèges entremêlés, et dont l’identité est brouillée par la présence d’extraits communs. Ce (long) billet propose le résultat d’une lente reconstitution de cette partie spécifique de notre Marcianus, effectuée par Laurent Capron et moi-même et présentée cette année en janvier dans la seconde partie du séminaire Marcianus donné à l’ENS par notre groupe de travail Ecdo-Tech. Il est l’occasion de montrer par l’exemple notre méthode de travail, et ce qu’un manuscrit byzantin peut avoir encore aujourd’hui d’excitant et de mystérieux.

Une fois correctement remis en ordre, l’ensemble de folios qui nous intéresse aujourd’hui contient deux collections bien identifiées mais peu étudiées :
1)Une anthologie d’extraits de la Personnalité des animaux d’Élien, dite Syllogè Marciana dont nous n’avons qu’une partie
2)Une anthologie d’extraits des Pensées de Marc-Aurèle alternés avec d’autres extraits d’Élien, dite Syllogè Laurentiana

Un petit bout de notre long tableau descriptif… L’intérêt d’un encodage des données devient de plus en plus évident !

Le tout regroupe 71 extraits, 36 de Marc-Aurèle (= Ant.) et 35 de Claude Elien (= Ael.) ; on a donc une répartition équilibrée entre les deux auteurs, grâce aux rajouts provenant de la Syllogè Marciana. Pour certains de ces extraits, s’ajoutent des scholies dont certaines suivent ou précèdent immédiatement le texte qu’elles commentent, tandis que d’autres se situent très loin, à part, sur d’autres folios du manuscrit. Toutes les scholies des deux florilèges n’ont pas été sauvegardées : pour certains extraits communs aux deux florilèges, l’anthologue fait parfois une sélection.

Cette composition est étonnante et soulève de nombreuses questions :
– pourquoi avoir mélangé ces deux florilèges ? Se trouvaient-ils déjà réunis dans l’archétype de notre manuscrit ? Est-ce une initiative de notre mystérieux anthologue ?
– pourquoi regrouper ainsi Élien et Marc-Aurèle ? Cette alliance est étrange à plus d’un titre, comme nous le verrons.

Nous partons ici sur un terrain de recherche non pas entièrement vierge, mais très peu labouré. On constatera rapidement que, si la collection des extraits de Marc-Aurèle a relativement attiré l’attention des philologues, c’est avant tout du fait de la pauvreté de la tradition manuscrite de cet auteur. Les éditeurs se sont ainsi tardivement intéressé au texte proposé pour les extraits ; mais les scholies quant à elles sont en très grande partie inédites.Un de ceux qui en ont tenté une édition très incomplète, Stich, ont rapidement jeté l’éponge du fait de la difficulté du déchiffrement alliée à une relative pauvreté du contenu conceptuel.

En revanche, celles à Élien ont été récemment publiées par Claudio Meliado1 ; mais l’édition de Meliado est une édition complète des scholies à Élien, et bien peu nous est dit sur la spécificité de cette chaîne de transmission – et sur cet étonnant mélange sélectif de florilèges commentés.

1) La Syllogè Marciana

Elle a été décrite pour la première fois en 1971, dans un article de Lucia Marcheselli Loukas2 . On en trouve une version complète dans un autre mnuscrit de la Biblioteca Marciana (mais dans un autre fonds), le Marc. Gr. Z. 487. Notre manuscrit contient les 8 premiers extraits de ce florilège, avec au moins en partie les scholies associées (certaines sont abrégées ou plus rarement manquantes ; plusieurs sont regroupées à part, dans une autre partie du manuscrit). Lucia Marcheselli a publié dans son article certaines de ces scholies, en sélectionnant celles que l’on retrouve, à l’identique, dans le Lexique de Moschopoulos (voir p. 135-164 = p. 560).

Ce lexique, très prisé à la Renaissance (mais dont il n’existe aucune édition moderne, avis aux amateurs) nomme de nombreux auteurs, mais jamais Élien. L’ajout des commentaires de ce lexique à notre florilège est donc une initiative du premier compositeur de la Syllogè Marciana, qui aura eu l’idée d’associer à des lemmes du texte d’Élien les commentaires de Moschopoulos.

Dans notre manuscrit, la Syllogè Marciana intervient dans le folio 50r et commence directement par le premier extrait d’Élien, sans qu’aucun titre conservé ne l’annonce.

La Syllogè Marciana commence directement en haut du folio. On voit bien qu’il n’y a pas de titre.

Le texte lui-même contient très peu de variantes avec le Marc. Gr. Z. 487.

2) La Syllogè Laurentiana

Ce second florilège a été identifiée en 1904 par Edoardo Luigi De Stefani dans un article de 1904 3 . Il repère sa présence dans 13 manuscrits. La Syllogè Laurentiana contient un mélange d’extraits de Marc-Aurèle et Élien dans un ordre apparemment incohérent. Selon Stich (1882), éditeur de Marc-Aurèle, elle serait l’œuvre de Maxime Planude lui-même.

Cette syllogè possède un titulus, toujours le même : Μὰρκου Ἀντωνίνου ἐκ τῶν καθ᾿ἑαυτόν/αὑτόν : dans le Marc. Gr. XI, 1 il apparaît au f 61v en rouge.

Il nous manque pour l’ensemble de la Syllogè les fragments Ant. XI, 1 et Ael. I, 10.

3) Un compositeur soigneux… mais distrait !

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises dans ce manuscrit, et l’examen de chacune de ses parties nous rend notre copiste anonyme plus étrange et plus sympathique. De Stefani a cru que la version de la Laurentiana de notre manuscrit était incomplète – et elle l’est si on commence le décompte en 61v. Mais en réalité elle ne l’est pas puisque les extraits manquant ont été copiés au-dessus, dans les folios accueillant la Syllogè Marciana ! Notre manuscrit a été composé par un individu soigneux qui a souhaité éviter les doublons. Il a bien vu que certains extraits étaient communs entre les deux florilèges et il a voulu proposer une liste « nettoyée ».
Malheureusement, dans son nettoyage, il a « oublié » certains extraits de la Syllogè Marciana, qui ne se trouvent pas dans la Laurentiana : Ael. I, 6 (5), I, 33 (32), I, 43 (42). S’il n’avait pas commis cette erreur (si tant est qu’il s’agisse d’une erreur et non d’une omission volontaire, bien entendu), nous aurions eu affaire au seul témoin complet réunissant ces deux florilèges mis bout à bout.
Le seul, car notre manuscrit a un jumeau, le Vat. Gr. 20, qui contient lui aussi la Syllogè Laurentiana, avec les mêmes omissions et dans le même ordre que notre Marcianus, mais sans les extraits de la Syllogè Marciana qui viennent chez nous compléter la collection…
Il n’est pas impossible que notre Marcianus et le Vat. Gr. 20 aient une source commune : une sorte d’archétype α d’une version non orthodoxe de la Laurentiana.
Est-ce que notre copiste a eu à sa disposition la Marciana complète (archétype β) et qu’il a souhaité compléter grâce à elle la liste d’extraits qu’il avait ? C’est l’hypothèse la plus probable, mais elle n’explique pas entièrement a) les oublis de notre anthologie et b) la dispersion des scholies dans d’autres cahiers.

4) Quelles différences entre ces deux collections ?

Il y a des différences significatives au niveau des scholies. Celles de la Laurentiana sont en général moins longues, moins détaillées, réduites à de simples gloses interlinéaires.

Au niveau des extraits eux-mêmes, néanmoins, la différence la plus frappante est évidemment la présence de Marc-Aurèle dans la Laurentiana.

La Laurentiana mêle les extraits des deux auteurs de façon indifférenciée, sans ordre apparent. Le nom d’Élien n’est jamais mentionné explicitement dans le Marcianus, alors qu’il l’est dans certains autres témoins de ce florilège, par exemple Vat. Gr 100 et 9264

5) Hypothèses explicatives

La plupart des éditeurs se perdent en conjectures sur l’origine et la raison de ce florilège. Le mélange est tellement invraisemblable qu’il a de fait échappé aux premiers catalogueurs des manuscrits contenant la Laurentiana, notamment le célèbre bibliothécaire de la Laurentienne Angelo Maria Bandini qui les attribue tous à Marc-Aurèle.

Description du florilège dans le Plut. 55. 07 par Bandini

En revanche Lessing, le bibliothécaire-philosophe de Wolfenbüttel, lui, a identifié le mélange.

Un extrait de la description par Lessing du Plut. 55. 07

L’hypothèse de Stich dans la préface de son édition de Marc-Aurèle5 est que le mélange est volontaire, fait par Planude lui-même, à des fins d’édification morale : les exemples d’Élien donnent des marques de l’existence d’une prudence animale digne d’admiration.

« Certum utique hoc esse mihi videtur deberi illi Maximo Planudi miras istas quasi nuptias Antonini et Aeliani. […] Quemadmodum autem factum sit […] neque adhuc quisquam perspexit et ego dubitabam, an libere profiterer imbecillitatem atque inopiam meam. At ubi nihil habes certi, si verisimile aliquid inveneris, contentus esto. »

Stich, soulignant ici l’aspect étonnant de ces « noces admirables de Marc Aurèle et d’Élien », attribue directement ce mélange à Planude lui-même (tout en soulignant qu’il se sent bien penaud de son « incapacité » à expliquer entièrement cette composition).

Un autre argument, bio-historiographique, va dans le sens de Stich : les deux textes se prêtent à une juxtaposition si on les observe du point de vue de leur intention et de leur forme : ils sont tous deux en partie introspectifs et à portée philosophique sur la nature du moi/de l’intelligence ; et ils correspondent tous deux à des compositions éparpillées sans ordre, dont l’une (celle de Marc-Aurèle) n’avait même pas vocation à être non publiée.

6) L’hypothèse de Minoïde Minas

Stich n’est pas le premier à considérer que la compilation a un auteur et à s’appuyer sur des éléments autres que purement codicologiques ou philologiques pour cela. Avant lui on a trace d’une interprétation beaucoup plus loufoque par un personnage haut en couleurs : Constantin dit Minoïde Minas (ou Mynas).

Pour comprendre l’hypothèse de Minas il faut faire un détour par la tradition manuscrite de Marc-Aurèle. Elle est très mauvaise à cause de la nature même de l’œuvre : des notes personnelles non destinées à la publication (dans l’Antiquité Marc-Aurèle est surtout connu pour ses Lettres). Aréthas de Césarée découvre le premier un manuscrit des Pensées considéré comme complet vers 900. La première édition du texte est celle de Wilhelm Xylander (= Holtzmann) vers 1558-1559 ; elle s’appuie sur un manuscrit perdu (perdu déjà d’ailleurs du vivant de Xylander qui annonce ne pas avoir pu l’utiliser pour sa seconde édition.)

Le seul manuscrit ancien et complet conservé aujourd’hui est le manuscrit dit A : Vatican gr. 1950 qui date du XIVe s.

De ce fait, une source essentielle pour les Pensées de Marc-Aurèle consiste en un ensemble très vaste de florilèges et anthologies diverses qu’on trouve dans plusieurs groupes différents de manuscrits, et qui en contiennent des morceaux plus ou moins importants, dans un ordre plus ou moins proche de celui du manuscrit A ; et parmi eux, celui auquel appartient notre florilège Élien/Marc-Aurèle : le « groupe X ».

Mais pendant longtemps ces excerpta sont négligés ; les éditeurs préfèrent travailler sur le A et l’édition de Xylander dite T – donc sur un état qu’ils considèrent comme « complet » du texte. Les éditeurs sont en effet gênés par le désordre de ces florilèges par rapport au manuscrit A. Pourtant ces florilèges s’appuient visiblement sur des archétypes anciens. Dalfen propose un stemma (très compliqué!) qui prouve que le groupe X ne dérive ni de A ni du manuscrit perdu de Xylander, mais d’un archétype au moins aussi ancien que A.

Stich est le premier à utiliser les excerpta (y compris ceux du groupe X) en 1882 ; il inaugure donc une nouvelle démarche éditoriale pour les Pensées.

L’hypothèse de Minas vient directement de ce problème de tradition manuscrite. Minas est un chasseur de manuscrits, mandaté par le gouvernement français dans la seconde moitié du XIXe s. pour récupérer des manuscrits anciens en Grèce. C’est un personnage flamboyant : ancien professeur de rhétorique et philosophie en Macédoine, il tente de faire une carrière universitaire en France et n’est pas toujours d’une honnêteté scrupuleuse… Pour le compte de son protecteur et ami Prosper Faugère, qui fait un travail de recherche sur les Pensées de Pascal, il part en quête d’un manuscrit des Pensées de Marc-Aurèle.

Faugère

Il va dénicher pour lui en 1842, dans des conditions qu’il vaut mieux ignorer, un manuscrit fragmentaire,  en mauvais état, aujourd’hui le manuscrit 4591 du fonds principal de la Mazarine. On trouve dans ce manuscrit (enfin, dans ces feuillets rongés par les vers), après un titre en rouge Μάρκου Ἀντωνίνου ἐκ τῶν καθ᾿αὑτὀν, 39 extraits de Marc-Aurèle et 24 d’Elien.

Le dossier légué par la veuve de Faugère à la Mazarine contient également une lettre autographe de Minas, assez cocasse et rocambolesque, dans laquelle il tente des conjectures sur l’origine du texte. Il en attribue la copie à Moschopoulos (ce qui n’est pas si absurde) et pense que c’est Marc Aurèle lui-même l’auteur de la compilation (ce qui l’est totalement) :

« il fit donc un extrait des idées de son ouvrage, les plus simples pour instruire le peuple, et y ajouta des exemples pris dans l’histoire des animaux, comme Ésope avait placé des affabulations à la suite de ses fables ».

Une si noble attribution vient probablement de l’envie de Minas de glorifier sa découverte – qui sur le plan philologique est déjà considérable, mais peut-être selon des aspects peu sensibles pour Faugère qui n’est pas un spécialiste d’ecdotique. Elle est en tout cas assez amusante pour mériter d’être signalée !

7) Destruction des hypothèses

Les éditeurs qui passent après Minas et Stich vont mettre à sac ces hypothèses.

Ils relèvent tous à quel point il est difficile d’étayer un rapprochement thématique rationnel entre les deux auteurs : sur la question de l’intelligence animale et de sa comparaison avec l’intelligence humaine (ce qui est le propos exact d’Élien), un stoïcien comme Marc-Aurèle ne peut être qu’en désaccord absolu. Si donc le compilateur y a perçu une proximité de sens, cette proximité est anachronique, et nous parle beaucoup plus de ce que pouvait être la réception de Marc-Aurèle et Elien à l’époque byzantine que de la réalité de leurs idées.

Dalfen, éditeur d’une version critique du texte Marc-Aurèle qui se veut exhaustive dans ses collations, fait part de sa perplexité :

« In plurimis classis X codicibus Marcus mirum in modum cum Aeliano permixtus est atque confusus. Interjecta enim sunt inter excerpta e Marci libris sumpta capitula quaedam ex Aeliani de natura animaium libris. »

Il suppose qu’il n’est pas impossible que certains compilateurs aient attribué la totalité des textes à Marc-Aurèle, sans se poser davantage de questions.

Farquharson6 quant à lui souligne que « there is no obvious connexion between the contents of the passages from the two authors, nor has any explanation been discovered for the strange disorder of the extracts from Marcus. » Même son de cloche pour Schenkl7  : aucune explication ne tient, même pas l’attribution de la syllogè à Moschopoulos. Il s’agit peut-être d’extraits d’un autre florilège plus ancien, perdu (d’où le désordre).

Paul Canart 8 , familier de ces anthologies byzantines, propose quant à lui une explication un peu alambiquée mais efficace : s’appuyant sur le stemma de Dalfen il suppose qu’il y a bien un archétype β sur lequel se fonde le florilège de Marc-Aurèle, ensuite divisé en deux ensembles à peu près recouverts par les groupes de manuscrit C d’une part, W et X (le nôtre) d’autre part. Les gloses et scholies de X datent de la composition de X et sont propres à ce corpus : c’est donc une composition à visée scolaire faite ad hoc. Canart en infère qu’on peut très probablement attribuer le choix des extraits à Planude lui-même. Moschopoulos a sans doute retravaillé et produit son lexique à partir d’un corpus de scholies et gloses déjà existant. Mais sur les raisons de ces choix d’auteur précisément, il n’a pas d’hypothèse.

8) Deux stylistes, deux modèles ?

Il existe une autre possibilité, dans le prolongement de la reconstruction de Paul Canart, qui à ma connaissance n’a pas été véritablement défendue pour le moment, et que notre pratique maintenant longue de ce manuscrit me souffle à l’oreille : le choix du compilateur est peut-être tout simplement dicté par son intention de départ qui est de produire un cours de grammaire grecque, comme en témoignent les scholies – qui, et c’est la ligne directrice de notre travail sur cet objet étrange qu’est le Marc. Gr. XI, 1, constituent le cœur véritable de cette très complexe anthologie. Or, un point commun, reconnu de leur vivant déjà, entre Elien et Marc-Aurèle, est la qualité remarquable de leur langue.
Marc-Aurèle est reconnu en son temps pour écrire un grec très pur ; il privilégie un style simple et sans ornements, grammaticalement exempt de fautes, « attique ». Quant à Élien, Philostrate insiste également sur l’excellence de son style : il est dit μελίγλωσσοϲ, « à la langue de miel ».
Ces deux personnages ont également en commun d’être des romains qui choisissent d’écrire en grec, dans un style classique.
Ne sont-ils pas, à ce double titre, de parfaits sujets d’études pour des étudiants byzantins qui, comme le montre le contenu des scholies explicatives du Marcianus, sont souvent désarçonnés par les tournures et le vocabulaire du grec classique ?
Et je me prends à imaginer que notre professeur et ses prédécesseurs, en rassemblant ces textes, ont eu prioritairement non pas l’idée d’édifier moralement leurs élèves, mais avant tout de leur proposer des exemples de beau langage pour réformer leur habitus linguistique ; semblables en ce point aux professeurs de lettres qui, de nos jours, enseignent La Princesse de Clèves à des collégiens comme le modèle d’une langue classique et donc peu ou prou oubliée.

Il est évident que je suis ici passée très vite sur des questions complexes, et qu’il y a encore beaucoup à dire sur cet étrange composition. Et de fait, le travail continue : nous parions à présent que l’encodage nous permettra de mettre en valeur cet édifice pédagogique dans toutes ses dimensions, et de proposer in fine une reconstruction de ce manuscrit qui en fasse voir non seulement la lettre mais surtout l’esprit.

 

  1. Scholia In Claudii Aeliani libros de Natura Animalium, Berlin/Boston, De Gruyter 2017, Bibliotheca Teubneriana 2024. []
  2. « Note schedographiche inedite del Marc. Gr. Z. 487 = 883 », in Rivista di Studi Bizantini e Neoellenici, 18‑19, 1972/1971, p. 241‑260. []
  3. « Gli excerpta della “Historia animalium” di Eliano », in Studi italiani di filologia classica, 12, p. 145‑180. []
  4. cf la liste complète dans J. Dalfen 1979 : Marci Aurelii Antonini ad se ipsum libri XII, Leipzig, BSB Teubner. []
  5. Imperatoris Marci Antonini commentariorum quos sibi ipsi scripsit libri XII, Leipzig, Teubner. []
  6. 1944 : The meditations of the emperor Marcus Antoninus, Oxford, Clarendon Pr. []
  7. 1913 : Marci Antonini imperatoris in semet ipsum libri 12, Leipzig, Teubner. []
  8. 2011 : « Les anthologies scolaires commentées de la période de paléologues : à l’école de Maxime Planude et de Manuel Moschopoulos », in Encyclopedic trends in Byzantium ? : S.l. : Peeters. p. 297‑331 []

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pour le manuscrit Mazarin, 4591, un petit lien vers http://pinakes.irht.cnrs.fr/notices/cote/49139/ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.