Quelques notes sur le modèle commercial de l’édition scientifique en sciences de l’Antiquité (où est démenti l’adage selon lequel on ne peut pas tondre un œuf)

Par Christophe

Par Christophe

 

Une infographie du Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR), consultable en ligne, fait état d’efforts budgétaires importants en 2015 en direction de l’Éducation, tous postes confondus : avec un budget global de 88,07 milliards d’euros, nous dit-on, « l’Éducation nationale, l’Enseignement supérieur et la Recherche [seraient redevenus] la priorité budgétaire n° 1 [sic] de l’État ». Il n’est pas dans notre propos de commenter ici cette assertion en ce qui regarde les budgets des enseignements primaire, secondaire et supérieur ; il ne nous appartient pas non plus de discuter celui qui est dévolu à la Recherche : on se contentera de rappeler que les financements récurrents affectés aux Établissements publics scientifiques et techniques (5,78 Md€ sur un total de 7,76 Md€ affectés à la Recherche) sont à peine supérieurs au Crédit d’Impôt Recherche (5 Md€), et que la progression annoncée entre 2014 et 2015 (+ 0,2 %) est largement inférieure aux prévisions d’inflation (+ 0, 5 %).


Il est savoureux, à ce propos, de constater que ce Crédit d’Impôt Recherche, entièrement versé aux entreprises privées pour contribuer au financement de leur secteur Recherche et Développement, est présenté dans l’infographie comme un supplément budgétaire, alors même qu’il s’agit d’une amputation de facto, à hauteur de près de 40 %, du financement de la recherche publique.

C’est donc bien un budget de rigueur que nous présente le MENESR, et il ne fait aucun doute que chaque centime qui en sera dépensé en 2015 devra être sérieusement justifié afin que rien ne se perde… du moins quand il s’agira de financer la recherche publique et ses personnels, car le MENESR fut bien moins regardant, l’année dernière, vis-à-vis de tel de ses « partenaires » privés.

L’« affaire » Elsevier : un cas exemplaire

En 2014, le MENESR a signé, par l’intermédiaire de l’Agence Bibliographique de l’Enseignement supérieur (ABES), un accord au terme duquel il s’engage à verser, sur une période de cinq années consécutives à partir de 2014, une somme de quelque 171 millions d’euros hors taxes à l’éditeur scientifique néerlandais Elsevier ; celui-ci, en contrepartie, s’engage à fournir un accès à un corpus de 476 revues à quelque 2 000 institutions de recherche et d’enseignement supérieur. Comme on le voit, c’est quelque 2 % du budget annuel de la recherche publique qui vont être alloués à un éditeur privé en cinq ans. L’entreprise, pourtant, n’est pas en difficulté : en 2011, par exemple, elle a réalisé un bénéfice de 878 323 000 € pour un chiffre d’affaire de 2,42 Md€, soit une marge bénéficiaire de 36,29 %. Elle est, par ailleurs, bien connue pour les tarifs prohibitifs qu’elle pratique : certains abonnements institutionnels annuels se chiffrent en milliers d’euros ; certains dépassent même les 10 000 € (le catalogue est téléchargeable en ligne). Passons sur le fait que, dans le cas d’espèce, Elsevier a imposé quelques clauses ad hoc pour gonfler artificiellement la facture finale ; passons aussi sur l’absence totale de publicité et de marché public qui a présidé à cette « négociations » (on peut voir les clauses en question analysées un peu plus en détail dans l’article) : ce ne sont, à tout prendre que les circonstances aggravantes d’un marché qui révèle un peu plus crûment qu’à l’ordinaire le fonctionnement de l’édition scientifique.


On peut trouver une analyse journalistique de bonne qualité de cet accord dans cet article, dont nous nous sommes en partie inspiré pour écrire le nôtre.

 

 Ce secteur accumule en effet depuis des décennies des bénéfices confortables en appliquant un modèle économique dont le principe pourrait se résumer par l’adage populaire : « Donne-moi ta montre, je te donnerai l’heure ». Le ressort principal de ce modèle consiste à capter un ensemble d’informations et de connaissances synthétisées dans des publications — en l’espèce des publications scientifiques produites par des laboratoires de recherche publique (donc financés par le contribuable) — et à en revendre l’accès à ces mêmes salariés de la recherche publique moyennant des contrats de publications au terme desquels ceux-ci cèdent ordinairement leurs droits de reproduction, voire leurs droits de propriété intellectuelle, à l’éditeur. Ce système, on le devine, ne pourrait fonctionner sans que les contributeurs potentiels soient invités à s’y plier : sans, en d’autres termes, que les salariés de la recherche publique ne soient puissamment incités à publier dans des revues dont le modèle économique est mercantile. En l’espèce l’incitation réside essentiellement dans la notion de « facteur d’impact » (impact factor en anglais), qui constitue la base de l’évaluation bibliométrique. Rappelons ici brièvement de quoi il s’agit : en données brutes, le facteur d’impact mesure le nombre de citations dont une publication (il s’agit essentiellement des revues) a bénéficié sur un laps de temps donné.


La définition canonique du facteur d’impact telle qu’elle a été définie par Eugene Garfield en 1969 est la suivante : soit x l’année de référence : on considère le nombre de citation au cours de l’année x (cx) des articles d’une revue publiés durant les deux années précédentes (x-1 et x-2) ; puis on le pondère (en l’espèce on le divise) par le nombre total d’articles publiés dans la revue durant les années x-1 et x-2 (respectivement px-1 et px-2), pour éviter qu’une revue qui publie un grand nombre d’articles voit son facteur d’impact augmenter artificiellement. Cela donne l’équation suivante : IF = cx / (px-1 + px-2). Pour un exposé technique complet des techniques bibliométriques, on peut télécharger ce document. On y trouvera un rappel des méthodes employées par l’Institute for Scientific Information (ISI), société privée filiale du groupe Thomson Reuters, pour construire ses indicateurs de citations (Journal Citation Report-s [JCR] en anglais, soit le SCIJCR pour les sciences dures et le SSCIJCR pour les sciences humaines et sociales).

 

On comprend aisément que la notoriété individuelle des contributeurs et la notoriété éditoriale du périodique s’alimentent mutuellement : un chercheur a d’autant plus de chances d’être lu qu’il publie dans une «  revue-phare  », une revue a une visibilité d’autant plus grande que ses contributeurs sont en vue. Il ne nous appartient pas ici de juger de l’influence d’un tel système d’évaluation sur la carrière des chercheurs publiants ; en revanche, au niveau éditorial, on voit assez comment il peut favoriser des rentes de situation : la notoriété d’une revue, qui favorise naturellement sa diffusion et le facteur d’impact qui lui est associé, ne peut que se trouver conforter par le dit facteur d’impact lorsque celui-ci est élevé. Les revues sont par ailleurs classées par rang (A, B ou C) selon des critères qui peuvent varier d’une instance d’évaluation à l’autre mais prennent généralement en compte leur «  rayonnement  ». On comprend alors tout l’intérêt du facteur d’impact pour ces classements, mais aussi, une fois encore, l’effet en retour du classement en question sur la visibilité des revues : si l’on veut en voir un exemple, on peut consulter la liste publiée par la défunte AERES pour sa vague d’évaluation 2009-2012. Un chercheur a donc tout intérêt à publier dans une revue de rang A dont le facteur d’impact est élevé ; à moyen terme sa notoriété en dépend, mais à court terme ces données chiffrées auront aussi une influence sur son évaluation, donc sur sa carrière : c’est particulièrement vrai dans les situations où une titularisation, voire un simple maintien en poste soumis à un financement sur projet, dépendent de telles évaluations. On voit donc se dessiner le mécanisme d’incitation, que l’on peut grossièrement résumer comme suit : les chercheurs sont, pour des motivations diverses (maintien d’une notoriété acquise, consolidation d’une situation précaire, recherche de financements pour un laboratoire, etc.) incités à publier dans des revues à fort «  rayonnement  ». On comprend dès lors que ces revues, quand elles sont détenues par des éditeurs privées, bénéficient d’une double captivité : celle des auteurs, prêts à renoncer à la propriété intellectuelle de leurs publications dans l’espoir du précieux facteur d’impact ; et celle des acheteurs institutionnels, sommés de «  couvrir  » les publications en payant de coûteux abonnements et en privilégiant parfois, quand les nécessités budgétaires obligent à des arbitrages, le maintien en rayon des «  grandes revues  », au détriment des autres… Voilà pour l’aspect institutionnel.

Du point de vue commercial, on conçoit que les tarifs proposés soient orientés en fonction du public visé, selon une loi de l’offre et de la demande qui peut se décliner en gros comme suit : Plus le champ de recherche est concurrentiel et soumis à des impératifs d’innovation contraignants, plus le prix de la publication est élevé, à condition toutefois que l’acheteur soit solvable voire, de préférence, fortuné. On ne s’étonnera donc pas du fait que les publications les plus chères se situent dans le champ de sciences dures ou médicales à gros budget.


À ce sujet, on pourra lire avec profit le rapport de l’Académie des sciences sur les enjeux de l’édition scientifique, qui situe assez bien ces enjeux sur le plan financier, mais évite significativement de proposer un modèle non mercantile de diffusion des savoir scientifiques qui permettrait de contourner les éditeurs commerciaux.

 

Les SHS, à l’exception de quelques disciplines (dont l’économie), évoluent dans dans un autre monde, financièrement parlant, que la biologie moléculaire, la physique nucléaire ou les neurosciences. Raison de plus, justement, pour comparer ce qui est comparable : en l’occurrence il est raisonnable de rapporter le prix des abonnements aux capacités financières réelles des institutions qui constituent la clientèle pérenne des éditeurs. À titre d’exemple, observons brièvement ce qui est proposé en sciences de l’Antiquité. Imaginons une bibliothèque de laboratoire ou d’institut disposant d’un budget de quelques dizaines de milliers — voire de quelques milliers d’euros de budget annuel de documentation — ou envisageons, si une telle hypothèse apparaît par trop misérabiliste au lecteur incrédule, que la part effectivement consacrée par une bibliothèque universitaire de Lettres aux sciences de l’Antiquité soit effectivement de cet ordre de grandeur. Si cette bibliothèque veut, par exemple, s’abonner au TLG en ligne, il lui en coûtera à peu près 1000 US$ par an pour un abonnement multiposte : si elle veut réduire ses coûts, elle devra en passer par un abonnement lié à un nombre limité de postes, c’est-à-dire déclarer entre une et quatre adresses IP et s’en tenir strictement aux postes et adresses déclarés sous peine de coupure de connexion (expérience vécue).

La bibliothèque veut-elle s’abonner à des revues en ligne ? Elle devra subir une rapide érosion de son budget pour peu qu’elle s’adresse à l’un des grands éditeurs du marché : Le Muséon (Peeters) lui coûtera 100 € ; Antiquité tardive (Brepols), 122 € ; Apeiron (De Gruyter), 192 € ; le Journal of Ancient Judaism (Vandenhoeck & Ruprechet), 198 € ; Mnemosyne (Brill), 729 € ; enfin, pour les seules Studi di Egittologia et di papirologia (Fabrizio Serra), elle devra s’acquitter de 725 à 1790 € selon la présentation choisie.


Les prix mentionnés ici sont ceux de l’abonnement institutionnel en ligne à la revue mentionnée, pour autant que l’éditeur le propose en tant que tel. Dans le cas de Peeters, ce prix est celui de l’abonnement papier, car (sauf erreur de notre part) cet éditeur ne propose pas à proprement parler d’abonnements institutionnels en ligne par revue, mais un système de licence globale (« site-wide licence ») qui, moyennant la souscription à un abonnement papier au moins, donne un accès (monoposte) à l’ensemble des revues en ligne — l’autre formule étant le téléchargement à la carte (pay-per-view) à 14 € l’article en pdf. Notons d’ailleurs pour ce dernier service que si, à ce tarif, Peeters est plus cher que Vandenhoeck & Ruprecht (6, 20 € TTC), il l’est moins que Brepols (18 €), Brill (25 €) ou De Gruyter (30 €).

 

Des abonnements de ce prix, évidemment cumulés aux achats de monographies, n’ont pas besoin d’être innombrables pour venir à bout d’un budget de documentation de quelques (dizaines de) milliers d’euros. En d’autres termes, même dans les disciplines « rares » et bon marché qui sont les nôtres, les coûts d’abonnement sont considérables si on les rapporte aux capacités financières réelles des institutions concernées ; on remarquera toutefois que les éditeurs savent jusqu’où ils peuvent aller trop loin en matière de tarifs ; chez nous, un abonnement à plus de 10 000 € absorberait, voire excèderait, le budget de nombre de bibliothèques d’unité ou d’institut : il s’agit donc d’être cher sans être complètement dissuasif, sous peine de voir le client captif décéder dans sa geôle… Toute plaisanterie mise à part, nous espérons avoir montré par ces quelques exemples que des domaines aussi peu rentables que les sciences de l’Antiquité — financièrement rentables s’entend — sont aussi soumis, à leur échelle, à la mainmise de l’édition scientifique mercantile sur la diffusion des savoirs académiques.

On a pu voir, au passage, par quels biais les grandes maisons d’édition scientifiques captent les fruits de la recherche publique financée avec l’argent du contribuable. Le gros de cette captation réside dans les contrats d’édition au terme desquels les auteurs cèdent leurs droits de propriété intellectuelle aux éditeurs. On a pu dire ici ou là, de manière u npeu ramassée mais assez juste sur le fond, que les chercheurs payaient au moins deux fois la recherche : une première fois en finançant leurs laboratoires (par le biais de leurs impôts, s’entend), et une seconde fois en achetant aux éditeurs les articles de leurs collègues (quand ce ne sont pas les leurs). — Nous n’avons pas, au demeurant, évoqué ici la pratique, rare en SHS mais courante en sciences dures, qui consiste à faire payer à l’auteur le droit de publier son travail dans la revue choisie : dans ce cas, le chercheur finance trois fois la diffusion de la recherche. 

Nous ne voudrions pas, cependant, terminer cet article en laissant entendre que les salariés de recherche publique sont d’innocentes victimes rançonnées par des truands sanguinaires. Ce système, qui voit tous les ans des centaines de millions d’euros changer de main aux profit des éditeurs, ne continue à fonctionner que par le bon vouloir des intitutions qui le cautionnent, pour ne rien dire de la docilité des individus qui s’y soumettent.

On nous permettra de porter ici un bref témoignage personnel en guise d’épilogue. J’ai fait partie, pendant plusieurs années, de l’ancienne rédaction parisienne de l’Année philologique (APh) quand celle-ci était encore hébergée par feu l’UPR 76 du CNRS. L’APh publiait tous les ans un volume papier et alimentait une base de données en ligne, tous deux payants. Or l’ensemble des revenus produits par ces deux supports étaient captés par une société savante de droit privé, la SIBC. Longtemps l’attitude du CNRS vis-à-vis de la SIBC a hésité entre la neutralité bienveillante et la complicité active.

On nous dira que la SIBC n’est pas un éditeur professionnel et que cet exemple excède quelque peu le cadre de notre propos : mais il illustre assez bien, je crois, ce que peut être la captation du travail scientifique de la recherche publique par des organismes privés — fussent-ils, au moins dans leurs statuts, à but non lucratif. Au demeurant l’exemple de l’APh est développé dans un autre article : nous y renvoyons bien volontiers notre lecteur-trice.


Sébastien Grignon

Ingénieur de recherche à l'UMR 8230 • Docteur de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) • Spécialités de recherche : Œuvre de Cyrille de Jérusalem ; Catéchèse ancienne ; Christianisme palestinien ancien ; Réception et survie de l'origénisme

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.