Encoder des scholies comme un texte principal / Encoding scholia as a main text

Étude d’un cas-limite d’utilisation d’XML-TEI pour l’édition numérique d’un manuscrit

Dans notre projet d’édition numérique et d’encodage du manuscrit Venezia, Marc. gr. XI, 1 (coll. 452), qui est (selon l’hypothèse que nous développerons ci-après) un manuel de l’époque byzantine contenant plusieurs anthologies de textes accompagnées de scholies, nous avons dû prendre en compte le statut de ces scholies1 . Dans ce manuscrit les scholies ne sont pas une addition marginale du scribe ou d’un lecteur postérieur du livre, mais le cœur même du texte tel qu’il a été transmis, car elles contiennent les leçons de grammaire et de lexicologie du διδάσκαλος. Jusqu’à présent peu de choses existent en XML-TEI pour encoder ce type de données — c’est-à-dire deux textes dont l’un est associé à l’autre terme à terme. Les choix que nous avons faits pour résoudre ce problème d’encodage impliquaient de considérer comme une entité textuelle chaque anthologie avec ses scholies et ses gloses interlinéaires. Finalement la vraie question est celle du statut des scholies et des gloses dans la transmission des textes, et de ce que le scribe entendait transmettre par leur intermédiaire.

I. Description du manuscrit

1. Description codicologique

Le manuscrit est un codex palimpseste écrit sur parchemin, dont la petite taille (148 x 115 mm, soit 5” 53/64 x 4” 17/32) frappe de prime abord. Il compte de plus une trentaine de lignes par pages, avec des notes marginales très serrées.

Le codex contient 109 feuillets numérotés de 11 à 120 par suite de la perte de 10 feuillets. Il est divisé en 11 cahiers de différentes tailles (depuis le binion jusqu’au cahier de neuf folios).

Si maintenant on observe isolément un feuillet (en l’espèce le fol. 80v), en gardant à l’esprit le grand nombre de lignes accumulées sur la petite surface du parchemin, on peut remarquer qu’il y a plusieurs niveaux de texte.

Les lignes noires épaisses figurent le texte principal. Les différents niveaux d’annotations (scholies ou gloses) sont représentés ainsi : notes marginales = lignes marron étroites, interlinéaires = lignes marron épaisses, rubriques en rouge.

 

En plus de ces différents niveaux de texte, on trouve le palimpseste en arrière-plan (figuré par les lignes verticales grises).

2. Contenu

Le contenu de notre manuscrit correspond pour l’essentiel à ce que Paul Canart2 a désigné comme «l’anthologie des quatre» ou, pour parler dans les termes de Gallavotti3 , «l’anthologie scholastique». On connaît une vingtaine d’autres manuscrits de la même période qui contiennent tout ou partie de ce groupe de textes.

Mais de quoi s’agit-il ?

Les «quatre» sources de cette anthologie sont les suivantes :

1. Des extraits des Imagines de Philostrate.
2. La «Sylloge Vaticana» (extraits du livre I de l’Anthologie de Planude).
3. Les Thermes pythiques (Εἰς τὰ ἐν Πυθίοις Θερμὰ en grec), poème attribué à Paul le Silentiaire (6e s.) ou Léon Choirosphaktes (9e s.).
4. Les «Excerpta Marciana» et les «Excerpta Laurentiana» (mélange d’extraits d’Élien et de Marc-Aurèle).

Si nous croisons ces observations avec ce que nous avons déjà dit de l’écriture manuscrite (avec ses différents niveaux de texte), nous pouvons tirer quelques conclusions à propos du contenu complexe de notre manuscrit.

1. Les écrits qu’il contient sont de deux natures différentes : les extraits eux-mêmes, c’est-à-dire les différents extraits des quatre sources de l’ «anthologie des quatre», et les différentes variétés de paratexte (gloses, scolies).

Les extraits sont choisis selon deux critères :
a. Leur valeur morale éventuelle : Élien, Marc-Aurèle, certains poèmes de l’Anthologie planudéenne.
b. Leur intérêt en tant que support pour l’étude des règles de grammaire. Les scholies peuvent se concentrer sur le premier ou le second point.

2. Certains textes présentent conjointement les deux types de scholies, mais il faut noter que, dans l’ensemble, ces textes sont rarement choisis pour leurs qualités littéraires intrinsèques.

Ces considérations nous ont amenés à émettre une hypothèse concernant l’usage de notre codex : ce serait un manuel scolaire utilisé dans le cours du Moyen-Âge byzantin (début du XIVe siècle) à des fins d’enseignement du grec ancien pour un public d’étudiants qui n’en avaient plus la maîtrise, de même que dans la France contemporaine on peut apprendre le français médiéval comme on le ferait d’une langue étrangère.


II. Comment encoder des scholies?

Les « TEI guidelines » (désormais TEIG) ne nous fournissent pas immédiatement de modèle adéquat pour encoder les scholies comme un texte parallèle à part entière. Cet état de fait semble résulter d’une conception habituellement hiérarchisée de la structure des textes encodés. Les TEIG offrent des solutions tout à fait satisfaisantes pour des éléments associés les uns aux autres sur la base de relations sémantiques ou matérielles. Mais ce n’est pas réellement le cas avec un objet comme le Marc. Gr. XI, 1.

Comment encoder dans cette page d’un manuel de grammaire la relation entre le texte littéraire servant d’exemple et la règle expliquée ?

Le problème serait exactement le même si l’on voulait encoder une leçon de grammaire ou un matériau textuel quelconque. Cette difficulté augmente du fait que les textes utilisés pour chaque leçon sont des textes classiques : ils ont dû être choisis avec soin par le copiste, et ne sont pas uniquement des éléments secondaires ou ornementaux. Pour préserver l’intention du copiste, nous devons prendre les deux niveaux en compte.

Regardons les différents solutions que nous avons dû éliminer.

1. Encoder les scholies comme des notes?

Nous y avons vite renoncé. Les notes sont identifiées dans les TEIG comme «commentaire additionnel», «hors du flux textuel principal» (3.8.1 Notes and Simple Annotation).
Cet élément ne peut pas préserver l’intention du copiste dans sa linéarité, celui-ci ayant composé le manuscrit pour juxtaposer la lecture du texte et celle des scholies. Projetons-nous dans la classe, en train d’assister à la leçon : les explications grammaticales en constituent le cœur même, et sont probablement ce qui mérite, dans l’esprit du professeur, l’essentiel du temps d’enseignement.

2. Encoder les scholies comme des entrées de dictionnaire?

Il paraît également logique de considérer que les scholies ne doivent pas être traitées comme des entrées de dictionnaire, ni comme une quelconque espèce de commentaire sur le texte classique qu’elles accompagnent.

Les scholies ne disent rien du texte, ni de sa signification, ni de ses intentions. Elles y prélèvent des éléments grammaticaux et utilisent ces éléments comme des exempla servant d’illustration et de support à une leçon de grammaire.

Mais les éléments textuels expliqués par le scholiaste sont de plus choisis comme au hasard, comme des prétextes à développer une leçon; par conséquent on ne saurait trouver une structure aussi rigide que celle d’un dictionnaire dans notre manuscrit.

 

3. Encoder les scholies comme des éléments purement décoratifs ou matériels des feuillets?

Nous nous sommes aussi refusé à adopter cette solution, et ce pour deux raisons. En premier lieu leur localisation dans la page n’a aucune signification : la très courte taille du manuscrit a conduit le copiste à utiliser tout l’espace, et les scholies sont assez souvent disséminées au hasard dans les marges — et, dans quelques cas, plusieurs pages avant ou après le texte parallèle. Ensuite, du fait qu’elles varient dans leur présentation (scholies courtes, longues, à l’encre brune ou rubriquées), nous ne voulions pas prendre le risque de devoir concentrer tous nos efforts sur la description de leurs caractéristiques visuelles sans avoir de solution à notre vrai problème, qui reste le signalement du lien pédagogique entre le texte et les scholies.

Chaque étoile bleue marque l’emplacement d’une glose interlinéaire. Les deux flèches de gauche signalent, pour la première, une scholie se rapportant au paragraphe en bas de page, pour la seconde, la rubrique de titre de la section générale à laquelle appartient ce même paragraphe ! La flèche de droit marque la fin du paragraphe.

 

 

À cette étape du travail, nous devions donc trouver une solution qui fût de nature à préserver ce lien pédagogique non-hiérarchique entre le texte et les scholies, en évitant de traiter les scholies comme un corpus indépendant à part entière.

3. Notre solution temporaire (?)

Notre modèle est inspiré par le modèle Epidoc, lui-même fondé sur une logique de fragment. Nous avons décidé de considérer chaque ensemble texte + scholies + gloses comme une unité de sens. Un xml:id est associé à chaque subdivision pour permettre de faire des requêtes sur toutes les scholies / gloses / textes. Ce modèle permet une indexation de chaque cas, même s’il y a plusieurs scholies pour chaque texte.

 

 Exemple :

<div type=”section” xml:id=”Ant_VII.22″ resp=”#Ant.” n=”1″>

<div type=”texte” xml:id=”Ant_VII.22-te”>

<div type=”transcription”> <p>…</p> </div>

<div type=”traduction”> <p>… </p></div> </div>

<div type=”scholia”>

<div type=”transcription”>

<p xml:id=”Ant_VII.22-sch01″>…</p>

<p xml:id=”Ant_VII.22-sch02″>…</p> </div>

<div type=”traduction”><p>…</p></div></div>

<div type=”glossae”>

<div type=”transcription”>

<p xml:id=”Ant_VII.22-glos01″>…</p>

<p xml:id=”Ant_VII.22-glos02″>…</p></div>

<div type=”traduction”><p>…</p></div> </div></div>

 

4. Préparer l’avenir

Nous avons déjà dit en introduction qu’il y a d’autres manuscrits contenant tout ou partie des anthologies que l’on trouve dans le Marcianus, avec les même scholies et les même gloses. Par ailleurs des chercheurs ont déjà remarqué qu’une grande partie de ces scholies avaient été réutilisées par Manuel Moschopoulos pour constituer la somme connue sous le titre de Sylloge / Conlectio Vocum Atticarum. Pour autant que l’on sache, ce lexique n’a pas été publié depuis 1532. Bien que l’encodage et l’édition numérique de tous les autres manuscrits ne fassent pas partie de notre projet, non plus que celui du Lexique de Moschopoulos, nous pensons que donner un xml:id unique à toutes ces gloses serait de quelque utilité pour celles et ceux qui seraient, dans l’avenir, intéressés par un projet d’édition plus important de ces textes. Ici encore il est important de se rappeler que notre « petit » projet, comme tout projet numérique, n’a pas vocation à être isolé, mais au contraire à partagé et compatible avec des projets plus importants. Depuis le début il nous a semblé important d’encoder ce manuscrit de telle manière que non seulement sa structure, mais aussi son contenu puissent être réutilisés facilement. Le langage XML/TEI confère suffisamment de flexibilité pour créer une structure simple où tous les contenus d’un tel manuscrit pourraient trouver leur place, et l’xml:id nous permet d’assigner un identifiant unique à chaque élément pris séparément.

  1. Ce texte est la version rédigée d’une communication présentée par l’équipe Ecdo-Tech au congrès El’ Manuscript à Vienne (Autriche) le 14 septembre 2018. []
  2. Canart, Paul. “Les anthologies scolaires commentées de la période de paléologues: à l’école de Maxime Planude et de Manuel Moschopoulos.” In Encyclopedic trends in Byzantium ? : proceedings of the international conference held in Leuven, 6-8 May 2009, Edited by Van Deun, Peter and Macé, Caroline. Orientalia Lovaniensia Analecta; 212, 297-331. Leuven ; Paris: Peeters, 2011. []
  3. Cf. la série des Planudea. []

Sébastien Grignon

Ingénieur de recherche à l'UMR 8230 • Docteur de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) • Spécialités de recherche : Œuvre de Cyrille de Jérusalem ; Catéchèse ancienne ; Christianisme palestinien ancien ; Réception et survie de l'origénisme

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.