L’évolution d’un instrument bibliographique : L’Année philologique

logo-aph

L’histoire des grands instruments de travail épouse souvent les contours de celle des différentes politiques de recherche. Le début du 20e siècle a ainsi vu fleurir, parallèlement à l’émergence d’un système de publications académiques de plus en plus prospère, un certain nombre d’outils destinés à faciliter l’appréhension par les savants de ces corpus en grande expansion. L’Année philologique, bibliographie critique et analytique de l’Antiquité gréco-latine, naît ainsi en 1926 à l’initiative de Jules Marouzeau et acquiert sa stature sous la tutelle de Juliette Ernst, figure des études classiques franco-helvétiques.

Au fil d’une histoire institutionnelle mouvementée, L’Année philologique s’est progressivement imposée comme l’outil bibliographique international de référence sur l’Antiquité classique, sur une période qui s’étale du 2e millénaire avant Jésus-Christ au 8e siècle après Jésus-Christ. La survie d’une telle entreprise est longtemps restée incertaine, et la création au début des années 20 de la Société Internationale de Bibliographie Classique (SIBC), société savante de droit privé destinée à soutenir L’Année philologique, s’est révélé un rempart insuffisant contre les contraintes administratives, logistiques et budgétaires subies par la totalité des projets scientifiques à la fin des années 40. Décisive pour la survie de l’instrument fut donc, en 1946, la décision du CNRS de recruter sa directrice, Juliette Ernst, afin d’héberger en son sein la direction scientifique du projet.

Cette implantation au CNRS permit en effet à L’Année philologique de garantir un rythme de publication régulier, de stabiliser une équipe française de titulaires dans un environnement scientifique, et lui donna l’assise qui lui manquait pour entamer une véritable expansion internationale, incarnée par les différentes rédactions et annexes fondées à partir de 1965 aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse, en Italie et en Espagne.

Depuis ces années cependant, le paysage international de la recherche a bien changé. A succédé, à la volonté publique de soutenir par un effort massif la diffusion et l’accroissement de projets vastes et ambitieux, la mise en concurrence des institutions dans ce qui apparaît aujourd’hui comme un marché de la connaissance soumis aux mêmes lois et aux mêmes mécanismes qui n’importe quel système commercial.

Les évolutions récentes de L’Année philologique illustrent à merveille ce mécanisme. La SIBC, trop heureuse de déléguer pendant plus de cinquante ans au CNRS le coût scientifique et humain d’édition et de fabrication de cet instrument, a patiemment récolté les bénéfices substantiels tirés de la commercialisation du dit instrument. Une telle situation, si elle pouvait perdurer dans un contexte d’euphorie budgétaire, n’avait évidemment plus lieu d’être à l’heure des revendications d’austérité sur fond de crise mondiale. Ainsi L’Année philologique, quittant le giron du CNRS, a définitivement rejoint celui de l’édition privée.

Quelles sont les conséquences scientifiques de cette évolution institutionnelle ? Que devient une bibliographie annuelle de plus de 2 000 pages lorsqu’elle se trouve ainsi décapitée ?

Le principe d’une direction éditoriale n’a pas été abandonné par la SIBC, à présent seul responsable scientifique officiel du projet. Mais à un fonctionnement strictement pyramidal, dans lequel les directeurs scientifiques de L’Année philologique recueillaient en aval les notices livrées en amont par les autres rédactions et les corrigeaient et éditaient pour produire un volume harmonisé et respectueux des normes d’indexation et de présentation, a succédé un fonctionnement collégial dans lequel chaque rédaction a une entière autonomie sur les notices qu’elle produit. Le poste de directeur éditorial existe toujours, mais il ne garantit plus une relecture systématique de chaque volume par une équipe spécifiquement affectée à cette tâche.

De ce fait, on comprend bien que la production de L’Année philologique ne peut plus se faire sans sacrifier un certain nombre d’exigences à un souci de rendement, la rigueur se trouvant immolée sur l’autel de la commodité : quand il n’y a plus personne qui puisse s’assurer que les règles ont été respectées, la seule option viable est bien de simplifier les règles.

Observons concrètement le résultat de cette nouvelle division du travail, tel qu’il s’offre à nous dans le dernier volume paru de L’Année philologique – à savoir le volume 83, correspondant aux publications de l’année 2012. Attardons-nous notamment sur certaines modifications substantielles et problématiques dans la présentation de l’information, qui la rendent parfois assez énigmatique pour l’utilisateur du volume, alors même que l’avant-propos du volume, signé par la présidente actuelle de la SIBC, Mme Dee Clayman, indique que

« [ce] tome 83, […] bien que produit dans des conditions techniques différentes, s’efforce de suivre au plus près le format traditionnel. ».

Une première constations : les parenthèses explicatives sous les subdivisions internes des différents chapitres ont disparu ; les intitulés des sections sont donc réduits à leur plus simple expression. Ces parenthèses se justifiaient dans la masse touffue constituée par la table des matières de L’Année philologique ; elles permettaient de suggérer à l’utilisateur la consultation de rubriques moins visibles mais susceptibles de contenir une partie des informations recherchées.

 

Autre disparition hautement dommageable pour le confort du lecteur : celle des sous-sections internes de la première partie (dite « Auteurs et Textes » et contenant les signalements des publications strictement philologiques, présentées par ordre alphabétique d’auteur ancien) ; les bibliographies, éditions, corpus et dictionnaires ne sont donc plus séparés des études, elles-mêmes mélangées à la réception de l’auteur. Cette absence de classement intermédiaire n’est pas annoncé dans la traditionnelle note de consultation en tête de l’ouvrage, qui indique comme les années précédentes :

« Chaque rubrique peut comporter plusieurs sections. L’ordre dans lequel celles-ci se succèdent est le suivant : Bibliographie, Méthodologie et histoire des études, Ouvrages de référence (dictionnaires, encyclopédies), Index, concordances et lexiques, Textes (éditions, traductions, commentaires), Réception et survie, Études diverses » (p. XIII).

 

L’information devient donc proprement introuvable, les notices étant disposées les unes à la suite des autres selon le hasard de l’ordre alphabétique : à C si le titre commence par « Corpus », à V s’il commence par « Virgile, édition et traduction », voire à l’initiale de l’auteur moderne selon les aléas de la présentation de la publication…Un exemple flagrant : l’édition des fragments du livre II du traité d’Épicure Sur la Nature, qui autrefois aurait figuré en tête de la rubrique, regroupé avec les autres éditions de textes, se retrouve classé à la lettre S du fait du titre de la monographie : Sulla Natura, libro 2… (notice 01357).

La numérotation a également été supprimée pour les colloques ou corpus se suivant sur plusieurs années. C’était le travail de l’équipe du CNRS de veiller à la réception des notices à ce que cette numérotation soit bien faite, afin que les titres apparaissent dans un ordre cohérent. Nous nous trouvons donc face à plusieurs cas aberrants, comme celui des 4 volumes des Mittelalterliche Handschriften der Kölner Dombibliothek, qui apparaissent dans l’ordre suivant : 3, 1, 4, 2 pour la simple raison que le sous-titre de chaque volume débute par une numérotation en allemand : Drittes, Erstes, Viertes, Zweites (notices 11617, 11618, 11619, 11620).

 

L’Année philologique a pour caractéristique un système assez élaboré de classements et de renvois permettant de rattacher chaque publication à une ou plusieurs entrées du plan de classement, afin d’attirer l’attention de son utilisateur sur l’entrecroisement des disciplines, courant en Sciences de l’Antiquité. Ce système suppose, pour être lisible, que le rattachement de chaque publication à telle ou telle rubrique soit correctement justifié. Mais la nouvelle politique éditoriale de L’Année philologique a abouti à la disparition de ces justifications, qui figuraient autrefois entre crochets droits, pour chacun des classement secondaires ; le lecteur se trouve donc dans chaque section du volume avec de longues séries de publications mentionnées uniquement par leur titre, sans sous-titre, sans mention de responsabilité, et sans aucune indication permettant de signaler pourquoi le rédacteur a jugé bon de faire figurer un renvoi à cette publication sous telle ou telle rubrique. Un exemple, concernant Cicéron : les 5 premières notices à propos de Cicéron apparaissent de la façon suivante :

1) Die Riten den Anderen ;

2) L’endettement dans son contexte social et économique ;

3) Anschaulichkeit in Kunst und Literatur ;

4) Epicurean virtues, epicurean friendship ;

5) Genesi e fortuna di un verso virgiliano ;

Le lecteur sera vraisemblablement quelque peu désorienté par ces titres peu explicites, et dont le rapport avec Cicéron ne saute pas aux yeux. Il devra donc, s’il est courageux, aller vérifier la totalité des quelques 400 notices consacrées à cet auteur une par une pour s’assurer que l’aspect qui l’intéresse est traité (ou pas) par l’une d’elles.

 

Le sort du spécialiste d’archéologie ou de géographie antique n’est guère plus enviable. Les mentions des noms antiques des sites ont disparu de l’Index géographique. L’ancienne présentation de l’Index géographique de L’Année philologique associait très souvent la forme antique du nom d’un site à sa forme moderne, afin d’éviter certaines situations de grande solitude à des lecteurs, qui ne savent pas nécessairement qu’Emporium se nomme aujourd’hui Ampurias ou Halicarnassus, Bodrum – pour ne rien dire des garnisons militaires sises au Proche et Moyen-Orient, et dont les noms varient au gré des fluctuations de l’histoire et des conflits. Cette information fait aujourd’hui défaut et son absence compromet grandement la possibilité de le manier pour un chercheur non directement spécialisé en archéologie mais néanmoins soucieux de s’informer sur tel ou tel lieu de vie important.

Une nouvelle organisation du travail ne suffit évidemment pas à expliquer ces choix et ces manques.

Depuis 2002, L’Année philologique est consultable (moyennant un accès payant) sur internet. D’année en année, le format numérique s’est révélé de plus en plus rentable.

Il ne nous appartient pas ici de trancher la question hautement débattue, et qui se pose à un nombre croissant de revues et d’instruments, de la pertinence de l’abandon du support imprimé pour une publication exclusivement numérique. Mais dans le cas de L’Année philologique, ces modifications pourraient apparaître comme dictées par le souci de ne plus consacrer aucun effort à la fabrication d’un volume imprimé lisible et facilement consultable. Une telle déperdition de qualité et de maniabilité serait alors la première étape vers une suppression pure et simple de l’instrument dans son format papier. Dans la mesure où la SIBC conserve visiblement l’intention de commercialiser ce volume, elle ne manquera certainement pas d’informer ses abonnés des pertes substantielles d’information auxquelles ils doivent s’attendre, et notre relevé ne fera donc que précéder sa propre notule d’information en ce sens.

 


Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *